Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Retards dans l'octroi de la prime de scolarité: Les parents d'élèves en colère

par J. Boukraa

Plus de deux mois après la rentrée scolaire, nombreux sont les élèves démunis qui n'ont pas encore reçu la prime de scolarité. « A l'instar de tous les autres élèves mes enfants ont effectué leur rentrée 21 septembre et à ce jour, ils n'ont pas reçu cette prime. Je me suis endetté pour leur acheter les affaires scolaires et payer les frais d'assurance », dira un père dont les enfants sont scolarisés dans un établissement au centre-ville d'Oran. « Je ne vois pas l'intérêt de verser cette prime en retard, vu que les parents ont été obligés d'assumer les frais de scolarisation de leurs enfants, bien avant aujourd'hui », ajoute-t-il. Contacté M. Kamel Mohamed le président de la Fédération des associations des parents d'élèves de la wilaya d'Oran reproche aux autorités concernées «le retard marqué pour l'octroi de ces primes dans les établissements scolaires, notamment dans les daïras d'Oran, Bir El Djir et Sidi Chami ». «Cette situation trouve son origine dans la lenteur de la procédure qui doit passer par plusieurs étapes avant le versement de la somme dans les comptes postaux des parents. Avant, la prime était distribuée directement par les intendants, mais cette année elle est versée dans les CCP. Une opération précédée par plusieurs étapes en passant par les établissements scolaires, les APC, les daïras, les contrôleurs financiers…» dira M. Kamel Mohamed qui a aussi souligné que l'octroi de la prime a été lancé un peu en retard a souhaité de voir cette opération lancée un peu plus tôt l'année prochaine. « Je vais contacter les services concernés pour voir s'il ya une possibilité d'entamer les procédures dès le mois de mai pour éviter les retards» a-t- il affirmé.

De leur côté les familles qui n'ont pas encore reçu cette prime lancent un appel aux chefs de daïra, aux P/APC et aux cadres du secteur chargés de piloter l'opération du versement pour l'achever dans les plus brefs délais. «Quelque 100.000 primes de scolarité devaient être distribuées cette année scolaire à Oran. Une grande partie des familles concernées ont reçu cette allocation.

Le retard de l'octroi de ces primes a été signalé dans quelques établissements scolaires, notamment dans les daïras d'Oran, Bir El Djir et Sidi Chami », a precisé M Kamel Mohamed.

Ces actions entrent dans le cadre des mesures initiées par les autorités locales et visant à aider les familles démunies et leur permettre de scolariser leur enfants et faire face à la déperdition scolaire liée dans plusieurs cas à la pauvreté. Pour le palier primaire de nombreux élèves, notamment les filles, des régions enclavées, ont été contraints par la force de choses à quitter les bancs de l'école car le père souvent en chômage est dépourvu des moyens lui permettant de prendre en charge la scolarité de sa progéniture. Il y a aussi les enfants handicapés, les orphelins et les enfants dont les parents perçoivent un salaire inférieur au SNMG.