Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

La Syrie, le journalisme chrétien et la science d'Etat en France : Lettre ouverte au journal La Croix à propos de son dossier «Quelle paix en Syrie ?»

par S. Bensmail

3ème partie

C. Grand explique ensuite que “grâce au soutien financier et militaire résolu de ses parrains russe et, surtout, iranien, le régime contrôle encore une partie significative de la Syrie utile, au-delà de la seule zone alaouite”. Il suggère par là que Damas ne se préoccupe que des territoires utiles sur les plans économique et confessionnel et que son temps est compté. Nul mot bien sûr sur les flux ininterrompus d'argent, d'hommes49 , de matériels50 et de renseignement aussi, de la part des sponsors régionaux et extrarégionaux du terrorisme islamiste.

En dépit de toutes les évidences, tel le pyromane qui prédit une forêt plus verte après son incendie, ce directeur de la Fondation de Recherche stratégique rappelle curieusement plus loin : “la Syrie de demain sera toujours multiethnique et multiconfessionnelle”. Dans cette dissonance cognitive continuelle, la “gestion confessionnalisée” du conflit reste l'un des leitmotivs les plus puissants de cette doxa obligatoire.

Vraie guerre confessionnelle ou vraie volonté qu'elle le devienne ? Da'ech est en guerre contre tous, sauf contre ses sponsors -pour le moment…-, en Syrie comme ailleurs, pour asseoir son propre pouvoir, mais aussi pour répondre à un projet anglo-saxon déjà ancien : disloquer complètement le Moyen-Orient, et avec lui tous les Etats-nations arabes, les réduire en petits Etats vassaux antagonistes. Nous devons donc remercier Samuel Huntington et son Choc des civilisations, qui a préparé le terrain, rappelé que ce chercheur a été avant tout «un conseiller très proche des présidents étatsuniens en matière de conduite de la guerre au Vietnam.»51 A qui donc profitent ces forces qui poussent à la confessionnalisation du conflit sans fin, à l'affrontement perpétuel dans cette si riche partie du monde ? Pourquoi une telle explication en dépit des massacres dont sont victimes toutes les composantes religieuses et ethniques de la région, sunnites y compris ? Étrange pour ceux qui veulent «rationaliser des scénarios menant à la paix».

Dans sa «narrative» officielle, C. Grand met en évidence la construction artificielle et perverse du discours convenu sur la question syrienne (et arabe), autant dans les milieux intellectuels que médiatiques, sans parler du politique. Lisons quelques-uns des thèmes favoris qu'il reprend sans rougir :

- Bashar al Assad52 ne peut faire partie de la solution “tant il porte une responsabilité écrasante dans les massacres comme dans l'émergence de Da'ech”. A noter à ce titre que «Bashar» a été plébiscité par plus de 80% de voix dans les dernières élections reconnues par les instances internationales53 !

- L'existence d'une “frange démocratique”, alors que tous les rapports de renseignement occidentaux ont acté la disparition des unités «modérées» de l'ASL depuis au moins mi - 2013 ?! “L'opposition est faible militairement et divisée entre ses factions islamistes et sa frange plus démocratique.”…!

- Le découpage surprenant mais réfléchi de la société syrienne, millénaire, rappelons-le, en éternelles «franges», allant de la «frange la plus extrême de l'opposition islamiste» et de la «frange démocratique». Entre les deux, rien ? Aucune composante refusant autant l'autocratie fasciste islamiste que les impasses et les contradictions de la démocratie occidentale n'existerait donc ?! Cette société ne serait donc constituée que de franges, nullement de centre ?!

- la nécessité de “renforcer l'opposition modérée et rechercher les moyens de retirer au régime ses soutiens internes et externes.” Or, nul doute qu'au vu des terribles crimes contre l'humanité de Da'ech et des autres milices -«qui font du bon boulot…», dixit le grand collectionneur d'œuvres d'art L. Fabius54 , les soutiens sont au contraire plus forts encore, tant dans la majorité de la population55 , que dans l'opinion arabe et iranienne, sans parler de l'appui iranien et Hezbollahi, des milices irakiennes auxquelles s'ajoutent quelques bataillons panarabes56 . Une mobilisation générale est en passe d'être décrétée dans les prochains jours…

- un “soutien sans équivoque des grandes puissances comme des acteurs régionaux (Turquie, Iran, Arabie saoudite)”. Hormis l'Iran, dont l'appui (avec la Russie) a été déterminant dans l'abandon des frappes aériennes par les USA début septembre 2013 (suivi de leur supplétif français mondialement ridiculisé), tout le monde -sauf ces fameux experts médiatiques- sait que la Turquie d'Erdogan et l'Arabie saoudite des Ibn Seoud décadents et wahabi sont les moteurs régionaux de cette guerre par procuration. Même les supporteurs du club de Bastia l'on récemment exprimé avec leurs banderoles anti-PSG 57 !

Ah, ces incorrigibles Corses !

On note par ailleurs de significatives erreurs discursives : la guerre en Syrie n'oppose pas «plusieurs factions entre elles» mais bien celles-ci contre le pouvoir de l'État organisé comme tel, quoiqu'on en pense. D'autre part, de quelle «radicalisation de la frange la plus extrême de l'opposition islamiste» s'agit-il ? Les factions ou «groupes islamistes extrémistes» – donc terroristes si je ne m'abuse ? – ne sont-ils pas par définition radicaux et violents ?! Comment la «frange la plus extrême» peut-elle être encore «plus radicale» ?! Y a-t-il un extrême de l'extrême ?! La répétition continuelle du discours officiel – mantra, qui devrait transformer la réalité vraie par sa seule force incantatoire, fait dire des choses surprenantes.

En plus des contre-sens, de l'illogisme, de l'absence surtout de connaissance de ce qui se passe en Syrie et alentours, C. Grand redessine les lieux communs du seul «story telling» autorisé. Comment, par ailleurs - si l'on en croit son curriculum-vitae -, un spécialiste de la non-prolifération nucléaire du Quai d'Orsay, propulsé à la tête de la FRS58 , fréquentant les cercles et think tank euro-américains, a priori sans publication sur la Syrie ou le Moyen-Orient politique d'aujourd'hui, peut-il être invité au débat sur la Syrie? Mystère ! La mise au pas de l'Iran, comme sujet de recherche et «danger nucléaire» à neutraliser, passerait-elle d'abord par le chemin de Damas ?! Tout pourrait commencer à s'éclaircir!

Journaliste-écrivain, notamment ancien responsable au service diplomatique de l'AFP, René Naba, nous éclaire différemment sur l'Iran :

«Comme un pied de nez à l'ensemble arabe, l'Iran, malgré guerres, embargo et ostracisme, accédera au rang de «puissance seuil nucléaire», alors que le monde arabe, qui a engagé près de 2000 milliards de dollars au titre des dépenses militaires depuis le dernier tiers du XXème siècle, soit environ 50 milliards de dollars par an en moyenne, demeure privé des trois attributs de la puissance moderne – la capacité de projection de puissance, la capacité de dissuasion nucléaire, la capacité spatiale du renseignement -, autant d'attributs qui lui font cruellement défaut à l'ère de la société d'information»59

Monsieur J. -C. Ploquin, vous qui avez été en charge de ce dossier, nous aimerions vous poser la même question initiale : combien avez-vous effectué de séjours en Syrie depuis le début des violences pour avoir une haute et juste vue de son actualité, pour affirmer, entre autres, que cette guerre est «civile» ?

N'est-elle pas alimentée par des batailles et des attentats – ciblés ou aveugles – opposant une armée loyaliste d'un pays souverain60 à des groupes armés de djihadistes internationaux ? Qui sont «les chefs de guerre» et leurs «parrains internationaux» dont vous parlez ? Bashar al Assad? Son ministre de la Défense et ses généraux le sont-ils ? Voudriez-vous ramener sur le même plan les chefs d'états-majors et généraux d'un pays souverain aux chefs d'une milice de terroristes? Dans un temps qui semble se rapprocher selon de sombres nuages dont la météo ne veut pas nous alerter, l'UE, et avec elle la France, risque probablement de lutter sur leurs sols contre de nouveaux chefs de guerre terroristes autant islamistes que néo-nazis (de l'Ukraine et d'ailleurs)61 . Croyez-vous à une plaisanterie de mauvais goût, de mauvais augure ? Lisez les articles des journalistes, diplomates et politiciens les plus lucides, hélas étouffés par l'Omerta générale62 à laquelle vous participez.

Justin Raimundo relate pourtant dans «L'Empire du Chaos s'installe en Europe. L'État islamique en Ukraine» :

«Le Bataillon Doudaïev compte environ 500 combattants, mais il y a aussi d'autres brigades djihadistes en Ukraine (…) Comme l'aide des États-Unis coule à flot en Ukraine, dans quelle mesure va-t-elle retomber sur ces alliés de l'EI -et quelle sera son utilisation future ? Si John McCain et Lindsey Graham arrivent à leurs fins, les armes américaines vont bientôt se trouver dans les mains de ces terroristes, dont il est sûr que le djihad contre les Russes se tournera vers l'Ouest et frappera les capitales de l'Europe. C'est un retour de flamme avec une vengeance : nous créons nos propres ennemis, et leur donnons les armes pour nous faire du mal, alors même que nous affirmons notre besoin d'une surveillance universelle pour les combattre. Les savants fous formulant la politique étrangère américaine sont en train de créer une armée de monstres de Frankenstein- qui ne manqueront pas d'attaquer leurs créateurs bercés d'illusions.»63

Qu'écririez-vous alors ? Iriez-vous jusqu'à parler symétriquement de «guerre civile» et de «chefs de guerre»? Prendriez-vous en dernier recours les armes au risque de perdre la vie pour défendre votre famille, votre quartier, votre ville et votre pays, comme le font des centaines de milliers de Syriens, d'Irakiens, d'Ukrainiens du Donbass, de Libyens, de Libanais?...

Monsieur Ploquin, sans aller aussi loin dans cette hypothèse dramatique, combien de dizaines, de centaines d'heures avez-vous passées à vous documenter à toutes les sources possibles, à téléphoner à vos contacts, à séjourner ne serait-ce qu'à Beyrouth ou à Amman, pour pouvoir présenter ce dossier et ceux à venir? N'est-ce pas là le propre et l'honneur du journaliste intègre, soucieux de faits avérés ? Comment, dans votre «Forum et débats», un tel dossier au titre prometteur -au moins sur le plan méthodologique et programmatique- «Quelle paix en Syrie ?», peut-il être biaisé par une propagande à mille lieux de sa meilleure tradition journalistique?

M. Rey et C. Grand sont, hélas, dans leurs rôles respectifs de cautionnement et de réitération de la voix officielle – de plus en plus inconfortable depuis les attentats de janvier dernier? – de l'Élysée, de Matignon et du Quai d'Orsay64 . Sans légitimité scientifique sur la question (autre que celle que leur donnent leur fonction d'intellectuels appointés par l'État), et de manière flagrante en ce qui concerne C. Grand, ils expriment ce qui est attendu d'eux, ce pourquoi ils sont rétribués65 . Rendez-vous compte pour M. Rey : enseigner un moment dans des lycées du «93» (Saint-Denis), face à des classes majoritairement constituées d'enfants d'immigrés musulmans66 et passer en deux ans du statut d'étudiant à celui de professeur au Collège de France ! Une ascension pyrotechnique ! Les mettre avantageusement en scène au détriment de la juste et inquiète parole de Mgr Gollnisch et des évêques d'Alep67 , parole sincère et minimisée curieusement réduite dans un média pourtant chrétien est une faute et une trahison à l'égard de vos frères en religion.

A suivre

Notes

49 http://www.mondialisation.ca/des-milliers-de-freres-kouachi-ravagent-le-nord-syrien-avec-laide-de-loccident/5446809; Pour l'implication du Canada par exemple, lire http://www.mondialisation.ca/m-harper-que-vont-faire-nos-soldats-en-syrie/5438035 ou ce texte de S. Charbonneau, « Combattre la propagande est quasi impossible » : http://arretsurinfo.ch/combattre-la-propagande-est-quasi-impossible/

50 Et parmi eux des centaines de missiles sophistiqués anti-char TOW, Milan et sol-air MANPAD. 14000 missiles auraient été acquis par les terroristes, http://www.slate.fr/story/101291/France-armes-Syrie

51 Comaguer, « Sciences sociales et propagande : le cas Huntington » in Global research.

52 Pour cet expert, “Bashar” ; on pourra donc analyser sérieusement la France en parlant de « François », de son “régime” et de ses virées nocturnes en scooter ! Sur ce dernier plan « Bashar » semble de toute évidence un peu éloigné de ces pratiques insouciantes!

53 “François” et son parti PS au pouvoir ne font qu'environ 10 à 15 % au maximum à chaque échéance électorale, en prenant en compte les chiffres du vote blanc ou nul et de l'abstention. Rappelons que la France s'est opposée à ce que les Syriens ne puissent voter sur son sol.

54 Et impliqué dans un grand scandale d'Etat – celui du sang contaminé, http://www.comite-valmy.org/spip.php?article4542

55 Et même, au péril de la vie des habitants qui, régulièrement, manifestent contre l'ultra-violence des Tribunaux islamiques et le pillage, le viol et le kidnapping, des groupes terroristes qui les gouvernent, et se font mitraillé…

56 Qui parle dans les médias de ces bataillons de volontaires arabes de tout âge, venus en Syrie lutter aux côtés des comités de Défense nationale? Ou des unités combattantes féminines ?

57 Voir ici : http://www.corsematin.com/article/bastia/la-banderole-anti-qatar-de-furiani-na-pas-preche-dans-le-desert.1661512.html

58 L'une des têtes pensantes de la Direction des Affaires Stratégiques (DAS) du Ministère des Affaires Étrangères, dont on sait le rôle qu'elle joue dans l'approche dure sinon intransigeante de la France dans les négociations entre les 5+1 et l'Iran.

59 René Naba, « Liban : Beyrouth, le Vietnam d'Israël »: http://www.mondialisation.ca/liban-beyrouth-le-vietnam-disrael/5442666

60Armée loyaliste qui, contrairement à l'imagination des uns et des autres, ne s'est pas effondrée en quelques semaines ni en quelques mois, n'est-ce pas monsieur Fabius ? Malgré les budgets importants mis en jeu, les défections d'officiers supérieurs syriens ont été très rares. Plus encore, le corps diplomatique n'a pas cédé aux offres mirobolantes faire défection.

61 Voici un bon début en Ukraine : http://www.globalresearch.ca/the-isil-is-in-ukraine-americas-agents-of-chaos-unleashed-in-eurasia/5446989; Lire aussi : http://www.globalresearch.ca/truth-has-been-murdered/5446009; Ainsi que : http://www.mondialisation.ca/quand-lukraine-devient-officiellement-nazie/5444101ou ceci : http://www.mondialisation.ca/le-dirigeant-fasciste-yarosh-nomme-conseiller-de-larmee-ukrainienne/5441550

62 http://arretsurinfo.ch/les-etats-unis-et-la-grande-bretagne-arment-les-bataillons-neo-nazis-de-la-garde-nationale-ukrainienne/

63 http://www.mondialisation.ca/lempire-du-chaos-sinstalle-en-europe-l-etat-islamique-en-ukraine-2/5438794; Lire la déclaration du général étatsunien, Wesley Clark: «L'EI a été fondé grâce au financement de nos alliés les plus proches» : http://www.globalresearch.ca/gen-wesley-clark-isis-got-started-with-funding-from-our-closest-allies/5432707

64 Qui s'agitent de plus en plus pour reprendre les canaux de coopération au moins sécuritaire avec l'État syrien qu'ils ont eux-mêmes rompus, en dépit des mises en garde de leurs chancelleries arabes et de la communauté du Renseignement.

65 Rémunération, privilèges et ascension rapide obligent, à un moment où les places sont chères.

66 Il serait tellement intéressant d'en savoir plus au sujet des rapports de cet agrégé d'histoire avec ses classes, de ses cours, des débats éventuels !

67Le poumon économique de ce pays, livré depuis 4 ans aux groupes armés terroristes grâce aux services secrets turcs.