Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Tébessa: La bataille d'El Djorf revient

par Ali Chabana

La bataille d'El Djorf, un haut fait d'armes remarquable dans l'histoire des Aurès Nememchas. Une bataille qui s'est déroulée pendant plusieurs jours, à partir du 22 septembre 1955, dans la vallée d'El Djorf, située à une centaine de kilomètres au sud-ouest de Tébessa. Soixante-six ans après, la bataille mémorable reste vivace dans les esprits des moudjahidine et la population locale. Symbolique à plus d'un titre, tant elle représente encore aujourd'hui, l'engagement déterminé de l'ALN contre la présence coloniale de la France. Stratégique, menée de main de maître, par les chefs militaires de la Révolution, à leur tête Bachir Chihani et ses valeureux lieutenants Abbes Laghrour, Adjel Adjoul, Ouardi Guetel, Sai Farhi, afin de briser le mythe de l'invincibilité de l'armée coloniale. Elle s'est déclenchée juste après l'offensive du nord-constantinois (20 août 1955), quelques mois après le début de la Révolution du 1er Novembre 1954. La caractéristique montagneuse et le relief accidenté du site d'El Djorf a permis d'attirer les unités militaires coloniales, dans un véritable guet-apens, l'endroit idéal pour les combats par petits groupes de djounoud, afin d'harceler l'ennemi. Dès le déclenchement des hostilités, les forces de l'armée coloniale ont fait appel à des renforts venus de Bir El Ater et Chéria. Selon certaines sources historiques, quelque 400 combattants de l'ALN ont pris part à la bataille d'El Djorf, encerclés par 40.000 soldats ennemis, appuyés par l'artillerie et l'aviation. Les djounoud ont pu briser l'encerclement, malgré l'utilisation par les militaires français, d'armes chimiques prohibées. Cent-vingt martyrs s'étaient sacrifiés sur le champ d'honneur. Sur le plan international, la bataille d'El Djorf a eu un écho sur la lutte que menait le peuple algérien pour son indépendance. Mettant en échec, la propagande et la désinformation du colonialisme sur « simples troubles causés par des groupes d'hors-la-loi ». A présent, la question est de savoir que reste-t-il de cet épisode dans la mémoire de la jeunesse post-independance ? Un travail de mémoire doit être effectué afin que personne n'oublie, une tâche qui revient, en premier lieu, aux historiens qui seront chargés de mettre de la lumière sur les faits et les personnages militaires et civils ayant été directement engagés dans la bataille d'El Djorf. Pour que le temps n'efface pas les traces indélébiles de cette date charnière et ne pas se contenter d'une simple commémoration- anniversaire. Notons, toutefois le travail réalisé, en 2018, par Soltane Djebaili consistant en un documentaire de 26 minutes intitulé : ‘La grande bataille d'El Djorf', en effectuant des recherches durant presque 10 ans, dans les archives et les témoignages de moudjahidine.