Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Nigeria -Tunisie, aujourd'hui à Garoua (20h00): Les Aigles de Carthage à l'épreuve

par M. Zeggai

  La Tunisie est-elle la sélection la plus maudite de cette 33e édition de la CAN ? C'est du moins l'impression qui se dégage. Après avoir été battus par le Mali dans un match qualifié de « scandale », les Tunisiens se sont ressaisis en étrillant la Mauritanie avant de retomber dans leurs travers face à la Gambie. En cours de route, la Tunisie a été fortement décimée par le coronavirus. Pire encore, les ‘Aigles de Carthage' ont raté trois penalties durant cette CAN et écopé d'une suspension du gardien Farouk Ben Mustapha. Ce n'est pas fini, puisque le tirage au sort leur a offert le redoutable Nigeria, qui a fait un carton plein dans les matches de groupe. Les hommes du sélectionneur Mondher Kebaier n'auront pas une partie de plaisir lors de ces 1/8es de finale, une affiche similaire de la petite finale de 2019 remportée par la Nigérians (1-0). Pour cette rencontre, les ‘Super Eagles' veulent confirmer leur suprématie sur les Tunisiens et sont décidés, plus que jamais, à composter leur billet pour les quarts de finale. Avec un bilan partiel de trois victoires en autant de matches, six buts inscrits et un seul concédé, le Nigeria est considéré comme le favori de cette édition, d'autant plus qu'il possède une armada de grands joueurs à l'image des Wilfred Ndidi (Leicester), qui fait aujourd'hui partie des meilleurs milieux défensifs africains, Moses Simon (FC Nantes), nommé dans le meilleur onze pour la phase de groupe de cette CAN, Chukwueze (Villarreal FC), Iwobi (Everton), Iheanacho (Leicester) pour ne citer que ceux-là. Selon tous les observateurs, le Nigeria, qui tire sa force de son jeu collectif et l'état d'esprit de ses joueurs, vise une quatrième consécration continentale après celles des 1980, 1994 et 2013. Le directeur technique national Augustine Eguavoen et son staff technique, composé des anciens Okocha, Kanu et Lawal, ne veulent pas rater leur passage. En face, la Tunisie n'a pas encore convaincu ou confirmé son statut de prétendant au sacre, mais cela ne veut nullement dire qu'elle va se présenter conne une victime expiatoire. Au contraire, les ‘Aigles de Carthage' disposent d'une belle opportunité pour poursuivre leur aventure, mais pour cela ils devront appuyer un peu plus sur l'accélérateur car le Nigeria, c'est du solide.