Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Interdit de quitter le territoire national: Ali Haddad intercepté à la frontière algéro-tunisienne

par Yazid Alilat

Le patron de l'entreprise de BTP ETRHB, Ali Haddad, considéré comme la seconde fortune du pays, a été arrêté dimanche, au poste frontière avec la Tunisie d'Oum Tebboul, à moins d'un kilomètre de la ville balnéaire tunisienne de Tabarka. Selon plusieurs sources médiatiques, il aurait été intercepté dans la nuit de samedi à dimanche. Jusqu'au milieu de la journée d'hier dimanche, il se trouvait toujours à ce poste frontière. Selon TSA, qui cite une source informée, «les policiers attendent des instructions». Selon d'autres sources, il aurait été arrêté par des éléments des Douanes algériennes, dimanche vers 3h00 du matin. Pour ‘El Bilad TV', qui a indiqué qu'Ali Haddad voyageait avec un passeport britannique, il a été arrêté et serait détenu par la police des frontières. Selon des sources douanières, les douaniers ont trouvé dans le véhicule un autre passeport, deux permis de conduire, quatre téléphones mobiles et des sommes d'argent (5.000 euros, 100 dollars et 410.000 DA). ‘El Bilad TV' citant une «source officielle», indique qu'Ali Haddad fait bien l'objet d'une interdiction de quitter le territoire national et qu'il a été interrogé au poste frontière d'Oum Tebboul en vertu de cette disposition. Le 3 mars dernier, il avait fait l'objet de rumeurs selon lesquelles il aurait été arrêté, à la suite de sa conversation fuité avec l'ex-directeur de campagne de Bouteflika, Abdelmalek Sellal. Il a démenti dans une déclaration à un quotidien arabophone ces «rumeurs», et affirmé qu'il a toujours son passeport et qu'il est «totalement libre» de ses mouvements.

La semaine dernière, des avocats avaient interpellé la Banque d'Algérie à prendre les dispositions nécessaires pour empêcher des transferts de fonds illicites, qui s'apparentent à des fuites de capitaux. Samedi, c'est l'Union nationale des ordres des avocats (UNOA), qui a appelé les procureurs de toutes les spécialisations à «ouvrir des enquêtes sur la corruption liée à l'argent public dans les plus brefs délais et à prendre des mesures conservatoires». Autre mesure conservatoire pour empêcher certaines personnes de quitter le territoire national, dont celles des milieux économiques et politiques, notamment d'anciens responsables gouvernementaux, et d'entreprises, celle prise il y a quelques jours par la direction de l'aviation civile, qui aurait décidé d'interdire le survol, l'atterrissage ou le décollage de jets privés sur l'espace aérien national. Depuis hier dimanche, tous les avions privés, immatriculés en Algérie ou à l'étranger, sont interdits de vol selon une instruction de la direction de l'Aviation civile, qui a été adressée, hier matin, à tous les aéroports du pays. Tous les jets privés stationnés dans les aéroports du pays sont cloués au sol. Au moins deux «industriels» algériens ont des jets privés.