Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Saidani lève le voile sur les intentions de Bouteflika

par Radji Chaker

Ainsi donc, c'est à Saidani qu'est revenu le privilège de lever, à partir de Blida, le gros du voile sur la participation de Bouteflika aux élections présidentielles de 2014. Et c'est à Chorfi qu'est revenue la charge de baisser le rideau, à partir de Tizou Ouzou, derrière son ex-patron, Ouyahia. Ce n'est encore pas l'actuel chef de l‘Etat qui s'est prononcé personnellement et ce n'est pas l'ex Premier Ministre qui nous a annoncé son « intention » de faire partie « du passé», mais, à une période où il n'est plus nécessaire de parler pour dire, la communication politique a appris à faire des raccourcis.

Blida, la ville choisie pour une telle annonce est tout un symbole. Elle est, depuis quelques temps, déjà un lieu fort dans la mémoire collective des algériens car cette ville, jadis connue pour ses roses, est maintenant liée à l'équipe nationale, aux rencontres passées et, surtout, à celle qui se prépare, c'est-à-dire celle qui consacrera probablement une qualification de cette équipe à la prochaine coupe du monde. Blida est donc une ville qui a son pesant d'or dans l'imaginaire des algériens et, surtout, dans celui de la jeunesse qui constitue une bonne part du peuple algérien. Pour un coup de com, c'en est un. D'un autre côté, le RND est, lui aussi, un autre « lieu » chargé de symbole. Surtout, en cette période précise. Choisir une réunion du RND pour siffler la fin de partie pour l'ex SG du RND est, quelque peu, une manière forte d'étaler la volonté de ceux qui ont été chargés de lui succéder.

le FLN et le RND ont annoncé, presque simultanément, la fin de la période d'hésitation, si hésitation il y avait. Les deux grand partis ont fait savoir, à mots à peine voilés, que Bouteflika veut un quatrième mandat et, pour cela, si le parti de Saidani a donné les arguments qu'il juge suffisants, celui resté sans tête, le RND, se contente d'exprimer son appui à un quatrième mandat.

Il n'y a plus de secret là-haut. Plus de suspens. Le brouillard est levé. Ceux qui attendaient que Bouteflika se prononce n'ont plus d'excuse. Ils n'ont plus qu'à s'exprimer pour nous dire s'ils vont se porter candidats pour ces élections ou si, au contraire, ils préfèrent jeter l'éponge avant même que commence le match.

Parions que les réactions de la classe politique vont être nombreuse à suivre !