Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Des espaces de convergence à l'abandon à Aïn El-Turck: La forêt récréative de Aïn Khadija… un projet mort-né

par Rachid Boutlelis

  La criarde insuffisance d'espaces verts et autres lieux de convergence suscite le désappointement de nombre de familles de la contrée côtière d'Aïn El-Turck. En effet, hormis le jardin public de Claire-Fontaine qui, du reste, nécessite plus d'attention et d'entretien, aucun lieu de détente n'a été aménagé pour le besoin. Le peu d'aires de jeux pour enfants, à l'exemple de celui de Bouisseville, à proximité de l'Unité de la Protection civile, se trouve dans un état délabré en raison de l'absence d'un entretien régulière.

Il importe de rappeler dans ce registre que l'annonce de la réalisation d'une forêt récréative au lieudit Aïn Khadija, sur les hauteurs de la commune de Mers El-Kébir, a suscité la joie des familles qui ont salué cette initiative mais ont vite désenchanté en ne voyant rien venir. Il s'agissait en fait d'une superficie de 20 hectares qui a été ciblée, quatre ans auparavant, par une étude de faisabilité pour le lancement d'un projet d'aménagement qui devait comprendre, entre autres, l'installation d'un mobilier urbain adéquat. Le but était de transformer cette zone en un lieu de détente pour familles. Un comité de suivi a été chargé d'évaluer les moyens financiers et autres nécessaires à la réalisation de cette forêt récréative, qui aurait été la première du genre dans cette contrée et dont la réception était prévue, selon les estimations élaborées, au cours de la saison estivale 2014. Le projet de réalisation de cet espace de détente dans cette zone magnifiquement boisée a malheureusement été renvoyé aux calendes grecques, de toute vraisemblance. Plusieurs autres projets de lieux de loisirs et d'espaces de détente pour familles ont été annoncés au cours de l'année 2015 dans d'autres zones essaimées à travers cette région qui renferme d'énormes potentialités touristiques mais aucun n'a vu le jour. Il a été question, au cours de la même époque, d'une étude de faisabilité d'un projet de grande envergure relatif à la réalisation d'un parc aquatique et d'un lieu de détente pour familles ainsi que des aires de jeux pour enfants, prévus sur la superficie ayant abrité l'ex-décharge communale de Cap Falcon, qui a été éradiquée auparavant. Un projet également mort-né.