Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Réalisés pour parer à l'informel: 21 marchés «parisiens» désertés depuis plusieurs années

par J. Boukraa

Plusieurs mesures ont été prises durant la dernière décennie, dans le cadre de la lutte contre le commerce informel et la régulation des marchandises. Des investissements ont été réalisés, comme les marchés parisiens censés recadrer le secteur. Ces mesures ont abouti dans leur majorité à un échec. Réalisés dans le but de donner un nouveau souffle pour la commercialisation des produits à large consommation et lutter contre l'informel, ces espaces n'ont pas connu l‘aboutissement espéré par les pouvoirs publics. A Oran, selon les statistiques communiquées par la direction du commerce, 21 marchés sont désertés. Les marchands refusent de regagner les locaux, fuyant les charges de location et d'entretien. Ce sont des sommes faramineuses qui ont été dépensées pour ces marchés couverts, désertés finalement par des commerçants qui ont préféré plutôt le commerce informel, devenu de plus en plus florissant. Le commerce informel, de toute nature, ne semble pas aller vers l'éradication que souhaitaient les pouvoirs publics dans leurs diverses actions pour endiguer le phénomène. Pour rappel, un grand plan d'organisation des marchés et de lutte contre l'informel est lancé depuis 2010... Dans ce cadre, la wilaya d'Oran a bénéficié de la réalisation d'une trentaine de marchés de proximité (marchés parisiens). Aussi, 25 anciens marchés ont été réhabilités. Parallèlement, les autorités publiques ont mis en place un ensemble de mesures et de dispositifs visant à inciter les opérateurs informels à s'insérer dans la sphère légale. L'aménagement et la réhabilitation des marchés couverts n'incitent pas les commerçants informels à se mettre en règle avec la loi. Ce qui est valable pour les fruits et légumes est aussi valable pour tous les autres secteurs d'activité où les commerçants informels mènent la vie dure aux opérateurs légitimes restants. Les différents services de lutte contre l'informel qui pullule auront beau multiplier les opérations de saisie, le marché noir demeure très profondément ancré dans nos mœurs et continuera de miner notre économie pendant de longues années encore.