Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Carrières d'agrégat, constructions illicites, informel...: La municipalité d'El Ançor perd sa véritable vocation

par Rachid Boutlélis

Initialement à vocation agropastorale, la municipalité d'El Ançor a, cependant, commencé à faire ses premiers pas dans le tourisme balnéaire, au début des années 1980, avant de sombrer, fort malheureusement, dans le sordide et l'exécrable informel moins d'une décennie plus tard et ce, à la faveur de l'ignorance manifeste du sujet et l'absence d'esprits créatifs. L'entrave bureaucratique sur laquelle ont buté nombre d'investissements, qui auraient été en mesure de relever la barre et sauver les meubles, en termes de promotion du tourisme, a finalement grandement contribué à l'installation du morbide, dans cette municipalité où la bidonvilisation a, par contre, connu un grand essor. En effet, selon le constat établi sur le terrain par ‘Le Quotidien d'Oran', c'est à la sortie nord-ouest de cette circonscription, non loin du bas-côté de la route menant à la daïra de Boutlélis, au pied du Mont Murdjadjo, qu'est né, au début des années 1990, l'un des premiers regroupements de constructions illicites, communément appelé ‘bidonville plastique' en référence à cette matière, qui a été utilisée pour recouvrir les toits des ces masures. Ce bidonville où ont élu domicile des centaines de familles sinistrées et, qui s'est étendu aussi rapidement qu'il a pris forme, a, par la suite, fait des émules à travers le subit foisonnement de regroupements de masures ayant insidieusement, envahi d'autres zones essaimées à travers ladite municipalité et ce, à la faveur de l'indifférence de tout un chacun. L'ironie du sort veut, encore, que la population de cette municipalité soit en plus, durement, confrontée aux effets très néfastes sur la santé, des carrières d'agrégats, qui ont rendu l'air irrespirable et sont la cause directe d'un taux très élevé de personnes souffrant de maladies respiratoires. La population a, à mainte reprises, dénoncé ce malheureux état de fait et les graves conséquences dont elle est exposée notamment, les enfants et les personnes âgées. Il importe de noter sur le volet des constructions illicites, que même les terres agricoles fertiles ont été, malheureusement, bidonvillisées dans certaines zones dépendantes administrativement de cette municipalité où l'informel semble vraisemblablement avoir de beaux jours devant lui. Là où le bât blesse réside dans le fait que cette municipalité a été désignée, au milieu des années 1990, comme tremplin dans la contrée d'Aïn El Turck pour la relance du Tourisme balnéaire.