Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Une guerre sans gloire !

par Chaalal Mourad

«… Un témoignage émouvant fut celui d'un père de famille qui, suite à un bombardement israélien, venait de perdre toute sa femme, ses petits, une fille étudiante en médecine qui s'apprêtait à soutenir sa thèse , ce brave homme, interpellé par les médias ,alors qu'il se trouvait sous le choc , disait une chose si hallucinante, si grandiose : «Si la perte de ma famille et mes enfants puis contribuer à réaliser la paix entre juifs et palestiniens, je l'accepte volontiers !.» Un combat universel pour le respect des droits de l'Homme devrait engager derrière lui toutes les bonnes volontés...».

QUAND TSAHAL FAISAIT FACE AUX ARMEES REGULIERES ARABES REUNIES !:

Tsahal, abréviation de Tsva Haganah Le Israël, traduit, ça nous donne, forces de défense d'Israël, crée en 48, elle a livré quatre vraies guerres consécutives celle de 48, de Suez en 56, la guerre de Six en 67 - la guerre d'usure , la guerre de Kippour en 73, celles du Liban en 82 et 2006 ne peuvent être nommés ainsi, en plus de Six opérations militaires, comme celle de Gaza 2014 et la destruction du réacteur nucléaire irakien en 81, et d'autres opposant Tsahal à des organisations de la résistance palestinienne et libanaise du Hamas et le Hizbou Allah, déclarées comme des organisations terroristes, selon la nomenclature occidentale bien sûr.

Il est difficile de séparer l'histoire de Tsahal à celle de l'Etat d'Israël lui-même, ses racines s'étendent aux organisations juives installées en Palestine les années 30, véritable pilier de leur Etat, elle est une pépinière pour ses gouvernements successives.

L'Esprit et valeurs de base présumées de Tsahal sont : Son héritage militaire, tradition l'Etat d'Israël, ses principes démocratiques, ses lois et institutions; Tradition du peuple juif tout au long de son histoire ainsi que, les valeurs morales universelles, basées sur la valeur et la dignité de la vie humaine. Enfin, ce sont ceux déclarées par Israël elle-même.

Les « victoires» écrasantes de Tsahal sur les armées arabes régulières, non idéologiques pour appartenir à des Etats pour la plupart laïcs( du panarabisme); Depuis leur défaite écrasante en 48, Israël leur «bouffa» plus de territoires, les territoires qui auraient dû constituer un Etat palestinien, sont soit annexés par Israël, soit rattachés à la Jordanie (Cisjordanie) et à l'Egypte (Gaza), idem pour la guerre de 67 où la quasi-totalité de l'aviation égyptienne fut détruite par Tsahal.

Ainsi, au soir du 5 juin, Israël était le seul maître du ciel dans la région, Deux jours plus tard a eu lieu l'une des plus grandes batailles de blindés au Sinaï, opposant des milliers de chars de chaque côté; Le même jour, les Israéliens s'emparent de la bande de Gaza et une unité de la marine prend le contrôle de Charm-el-cheikh. C'était la guerre entre soldats et non pas contre des villes et des civils.

L'acquisition du premier avion F15 américain en 76, était une tournure dans l'histoire des guerres arabo-israélienne et lui donna une supériorité aérienne absolue et une maîtrise du ciel comme on dit en jargon militaire; Les soldats de Tsahal sont vénérés en Israël.

L'expansionnisme de l'Etat d'Israël qui visait à dominer la région a constitué indéfiniment le casus-belli, et comme disait le général De Gaulle « Un peuple d'élite, sûr de lui-même et dominateur », ses voisins arabes pensaient que la menace de le réduire suffisait.

L'autre idéologie militaire israélienne est : Tu m'attaque et Je te bouffe encore plus de territoire, en une guise de persuasion.

Suite à ses opérations militaire cycliques et violente contre les palestiniens et ses voisins Israël ne laisse aucune chance à»la paix des braves» comme disait feu»Arafat»; Beaucoup dans le monde arabe commencent à se poser de sérieuses questions sur l'avenir du conflit israélo-arabe.

DANS LE BOURBIER GLAZIOU !

S'étalant de presque 41 km sur les cotes orientales de la méditerranée, d'une surface de quasi 360km2 et une population avoisinant le 2.000.000 d'habitants, dont une grande proportion composée de réfugiés de la «Nekba» de 1948 et avec 4.700 habitants au mettre carrée, c'est l'une des zones les plus peuplés au monde.

Mais quel est donc le statut juridique en droit international de Gaza ? Les accords d'Oslo ont mis ce territoire sous l'administration intérimaire de l'autorité palestinienne, comme faisant partie avec la Cisjordanie de la Palestine. Depuis le retrait unilatéral de Tsahal opérée en 2005 par Ariel Charon et où 9.000 colons ont été déplacés de ce territoire (opération :Fekk el irtibat) ; Cette zone ne peut être considérée ni comme un pays souverain et libre, ni faisant partie d'une pays souverain et libre, ni même peut être perçue comme une sorte de zone de droit internationale, où la population puisse y vivre paisiblement comme tout le monde sur cette terre de Dieu.

Assiégée de partout, son ciel est ouvert aux avions de guerre et aux drones israéliens, qui chassent et pourchassent les hommes du Hamas de jour comme de nuit, ses eaux sont permises à ses frégates qui sillonnent le littoral Ghazaoui et limite la zone de pêche à Six milles nautiques, sachant que l'abondance de pêche se trouve bien au-delà, ses frontières sont donc entièrement sous contrôle militaire israélien, le passage de Rafah avec l'Egypte est souvent fermé, cette Egypte, sous une nouvelle équipe gouvernante, celle du général président el Sissi, dont l'arrivée au pouvoir à été applaudi par les israéliens et les américains, du fait qu'il a pu et d'une façon violente et cauchemardesque, destituer le premier président civil de l'Egypte d'obédience ikhouaniste, l'allier idéologique du Hamas, ennemi jurée de l'état hébreux.

Ni paix durable, ni guerre durable, à Gaza comme ailleurs dans les territoires occupés de Cisjordanie, seul une forme de statu-quo bizarre, rythmé par des incursions de Tsahal quant elle le veut, où elle le veut et piétinant souvent l'autorité palestinien du pauvre Mahmoud Abbas, pourtant reconnue par Israël elle-même et ses amis. Cette Cisjordanie qui ne lance aucune roquette contre Israël et pourtant, celle-ci tue là-bas aussi.

A Gaza, Israël est otage de sa propre stratégie de riposte, de persuasion et qui trouve dans l'intitulé de son opération à Gaza, «le recouvrement du prix» toute les réponses à la question posée : Pour quoi tant de dégâts? Selon Israël, c'est le prix à faire payer au Hamas, pour avoir oser défier Israël et le dissuader de penser un jour de l'attaquer ; Hassan Nasrou Allah disait,suite à la guerre de 2006 contre le Liban en ce qu'était le sens :» Si je savais qu'Israël irait à frapper nos villes et nos infrastructures sans retenue et causer tant de dégâts, je ne l'aurais pas attaquer !».

Tsahal veut donc, faire payer aux civils de Gaza, la plus lourde facture des requêtes du Hamas, inscrite elle dans une logique d'autodéfense et de libération du territoire. Si ce n'est pas toi, c'est ton frère ; Cette guerre, ou plutôt cette agression, car il faut l'appelé ainsi, est à mon avis la guerre de trop pour Tsahal. Le prix payé par les Gazouis est sans commune mesure, disproportionné, comparé aux seuls dégâts psychologiques ou presque que provoquent ces roquettes lancées sur les Israël, protégée par le dôme de fer (the Iron. dome ) et système patriotes, qui rendent son espace aérien quasi étanche à toute attaque balistique. Mais le prix morale et d'image à payer par Israël et son armée de Tsahal, serait lui aussi lourd, une armée disent être» la plus morale au monde».

Certes, le »Irone dome» protège Israël des attaques balistiques palestiniennes mais, le protégera-t-il son image dans le monde, celle de l'immoralité et de l'inhumanité de ce qu'elle fait à Gaza, sous couvert de vouloir neutraliser les attaques de la résistance palestinienne ?.

En plus par ses guerres fréquentielles avec son voisinage, Israël se trouve elle aussi assiégée par ses voisins, aucune frontière n'est ouverte autour d'elle, les seuls issus qu'ils ont, se sont les aéroports et les ports c'es tout, ce n'est pas normal pour un pays un qui cherche la normalité et la normalisation avec son voisinage.

LA LOGIQUE ISRAELIENNE !

Les Israéliens disent que : Si quelqu'un affiche l'intention de vous tuer, il vous faudra donc se lever tôt pour le tuer, avant qu'il ne passe à l'acte! C'est l'autre idéologie de Tsahal, tuer celui qui déclare l'intention qui seulement pense à vous tuer. Massacrer des civils pour défendre ses propres civils, c'est moralement inadmissible. En toute état de cause, et plus qu'ailleurs, Tsahal mène à Gaza une guerre sans aucune gloire !

L'adéquation israélienne est la suivante, que feriez-vous si des roquettes sillonnent vos agglomérations de droite à gauche et menacent vos citoyens ?

Les gazaouis, eux formulent une autre adéquation: Que feriez-vous face à un état hyper armé et nucléaire, qui vous assiège, vous étouffe de la mer, des cieux et des terres à vous couper l'aire et qui pour un oui ou un non, attaque, bombarde quant il le veut,là où il le veut et ne vous reconnait aucun droit même celui d'exister, ferme devant vous les horizons, vous prive de toute perspective d'une vie libre et digne, vivre libre ou mourir à vous de choisir ?

Le dilemme qui se pose à Israël en fait est le suivant : Comment faire la guerre aux arabes récalcitrants, au Liban et en Palestine avec une telle cruauté et violence et la faire passer aux yeux du monde pour morale et justifiée? Les amis d'Israël font de leur mieux pour soigner son image dans le monde ; On commence par justifier l'injustifiable, puis diaboliser la victime et pour quoi pas arriver à développer chez l'autre ce que le psychiatres nomment, le syndrome de l'Amour du bourreau ?

Ayant converti Gaza en une sorte de souricière, Israël n' offre aux Gazaouis en fait, que deux choix, périr en martyres, déchiquetés sous son bombardement, ou bien mourir à petit feu, assiégé dans ce purgatoire fait par des hommes pour leurs semblables.

L'ampleur des dégâts humains et matériel perpétrés aux palestiniens, l'étendue des souffrances, du désespoir affligés à des civils paisibles, qui n'ont absolument rien avoir dans la chose militaire; Et qui du jour au lendemain se retrouvent dépourvus de tout leurs biens, de leurs proches ; Des vies gâchées qui n'ont désormais rien à perdre, peuvent s'ils tombent entre les mains vicieuses de groupes fondamentalistes moins disciplinés, moins cadrés et moins organisés que le résistance palestinienne de Palestine, les convertir en des Kamikazes, qui peuvent causer bien des tracas à Israël .

L'ennemi des israéliens n'est pas prêt d'abdiquer, tendis que le compteur des victimes des raides sur Gaza ne cesse lui de suivre sa course folle, l'opinion internationale, n'est pas prête à digérer les arguments de cette guerre et se remonte de plus en plus contre elle.

La demande israélienne de désarmer le Hamas, n'aura pas plus d'effet que celle de vouloir désarmer le Hizbou Allah en 2006.

LES DEUX ALLIANCES D'ISRAËL, AVEC DIEU ET L'AMERIQUE.

Par son soutient inconditionnel et absolu à Israël, l'Amérique a perdu aux yeux des arabes et ceux d'une partie du monde occidental et de son opinion publique toute crédibilité dans sa médiation infructueuse dans ce conflit, qui dure une soixantaine d'années sans aucune solution à l'horizon, les négociation sont devenus une sorte de gestion du conflit dans le temps,en attendant le retour du messier des uns et l'antéchrist des autres peut être ?

L'impuissance du monde face à ce conflit, à imposer une solution viable, pour sortir le peuple palestinien de l'injustice, de la souffrance dont il est victime depuis plus de 60 ans déjà et le rétablir dans son droit légitime, celui de vivre sur sa terre à l'instar des peuples du monde ;Ce peuple complètement abandonné à son sort, face à la 4eme puissance au monde qui ne lui laisse aucune alternative, lui ferme tous les horizons.

Les cameras et médias internationales se sont habitués à filmer les palestiniens et tourner en boucle les images de la morts d'enfant de femmes, des vieillards et la souffrance de ce peuple, on a tellement vu ça, en Syrie, en Iraq, au Liban au Yémen en Lybie etc. .Que le monde s'est habitué à voir les arabes mourir, il développa une forme d'insouciance et d'insensibilité envers notre malheur.

Reconnaître au peuple juif une présence historique en Palestine en est une chose, mais la nier au peuple palestinien, le persécuter, le massacrer,pour l'expulser de ses terres s'en est une autre paire de manche.

Par ses attitudes guerrières contre un peuple démunis, cette génération d'israélienne, juive en l'occurrence, fit perdre tout le patrimoine sympathie et solidaire que les le monde ne cessait de le lui témoigner pour de la souffrance de ce peuple les années 30/40 notamment.

A cause des grandes injustices et l'énorme souffrance qui lui ont été infligés ; Le monde a été injuste envers le peuple palestinien, il lui doit pardon,hommage et reconnaissance et à l'instar de ce qu'a été fait pour les juifs de la Shoah et lui permettre de donner un nom à sa citoyenneté !.

Plus que jamais, l'Amérique, ce pays des droits de l'homme et des libertés dans le monde par excellence, se retrouve face à ses responsabilités morale et historique, envers le peuple palestinien désarmée, démuni, abandonné et désespéré et qui, depuis les années 90, mit toutes ses cartes dans le panier de la médiation américaine, dans l'espoir que celle-ci serait à même de trouver une issue équitable à cette occupation génératrice d'injustice et de souffrance, sinon, l'histoire dans toute sa rigueur et objectivité la jugera.

Cette Amérique qui depuis 1948 reconnut l'Etat d'Israël ; 1950 fut l'autre date importante dans le rapprochement israélo-américain, durant le second mondât du président Eisenhower notamment, ce rapprochement semblait répondre plus à une politique intérieur qu'à une nécessité de la diplomatie américaine; Bien que Israël jouait un rôle important dans l' atmosphère de compétition entre Américano-soviétique les années 50, mais, le point culminant dans ces relations, fut les années 80 lors de « la guerre fraîche «, décrite par Leonid Brejnev, comme une variante de la guerre froide.

Par son Alliance avec l'Amérique, Israël c'est convertie selon certain analystes, en une sorte « citadelle de l'impérialisme américain «, un poste avancé de l'Amérique dans la région,Israël semble donc, bénéficier de deux alliances, l'une antique avec le « Dieu d'Israël» et une autre moderne, avec les Etats Unis d'Amérique.

LES DESSOUS DE LA GUERRE SUR GAZA :

La guerre contre Gaza est en fait,une guerre contre la réconciliation des deux grandes mouvements palestiniens le HAMAS et le FATAH, devenu trop modéré, flexible et qui reconnait l'Etat hébreux ; En échange, ce dernier le considère comme un interlocuteur acceptable, pouvant faire «partie de la solution» made In Israël, il est donc impliqué dans le processus de négociations, alors que le HAMAS lui, ne reconnait pas l'Etat d'Israël et c'est ce qui irrite les israéliens, bien que le Hamas n'est le seul parti sur l'échiquier politique palestinien, l'exercice démocratique aurait du régler ce problème à l'instar de ce qu'on voit en Israël elle-même, des voix extrémistes et «exterministes» qui ne reconnaissent aucune droit aux palestiniens, positions qui semble être tolérées.

Par le bombardement intensif des civils, Israël veut faire pression sur le Hamas, une lourde facture humaine est à même de faire abdiquer l'ennemi et arrêter les hostilités sous conditions israéliennes bien sûr ! En plus l'indistinction dans les cibles est une chose bien connue, l'Afghanistan, l'Iraq nous montrent bien l'exactitude des frappes « chirurgicales « américaine qui ne faisant en faite, aucune différence entre un armé et un civile, «si ce n'est pas toi c'est ton frère».

Pour le courant religieux en Israël, accorder aux palestiniens un centimètre carrée de Terre, relève de la haute trahison au peuple Juif, à son histoire voir même, au Dieu d'Israël lui même, le statuquo doit coûte que coûte perdurer; Ni paix, ni solution à l'horizon ,seul l'impératif cyclique de confrontation, de tic militaire qui sont à l'honneur dans ce conflit éternisé par les gardiens du temple biblique, la paix réelle et équitable entre Israël et ces pays ne se trouve donc pas à l'ordre du jour.

Poussée par le politique qui suit sa propre agenda, le zèle de Tsahal, qui s'implique de jour en jour dans le bourbier palestinien et le sang qui cule à flot, semble donner malheureusement raison, aux adeptes du « tout ou rien « et de la non coexistence des deux peuples. Ces même religieux israélites semble oublier peut être que; Dieu demanda au Roi Salomon, dit le pacifique et le sage de bâtir sont temple, et non pas au roi David( prophète chez nous), le guerrier dont les mains étaient tachées de sang des peuples,selon leurs écriture bien sûr!.

Le «Dieu d'Israël», celui qui fit un pacte avec ce peuple élu et scella avec lui une alliance, perçu par les Juifs comme un pacte éternel, non révocable ; Ayant devenu avec l'avènement de l'Islam, le Dieu des univers ou le Dieu universel (rabbou el Aalamin), le 1er pacte, fut le pacte «adamique», originel, celui que Dieu proposa (Aaradna el Aamana) le dépôt aux cieux, à la terre et aux montagnes et qui pour sa lourdeur le refusèrent alors que, l'homme (Insan) lui, par son ignorance, le porta (sur son dos) de ce fardeau, l'humanité toute entière devra en répondre le jour du dernier jugement; Le second pacte est celui que va tenir Allah avec Abraham et sa descendance après lui, hormis les injustes d'entre eux, le Coran dit :»Et rappelle-toi quand ton Seigneur eut éprouvé Abraham par certains commandements, et qu'il les eut accomplis, le Seigneur lui dit: «Je vais faire de toi un guide (imamen) pour les nations (gens) Et parmi ma descendance? » demanda-t-il. - «Ma promesse, dit Allah, ne touche pas les injustes parmi eux», AL-BAQARAH -124.

 Blinque ce conflit à une connotation religieuse, les arabes via leur ligue accepte le partage de la Palestine et de Jérusalem, alors que la partie Israélienne elle,avorte toute tentative de solution et refuse de se référer au droit terrestre et aux décisions onusiennes inhérentes à la décolonisation et fait allusion à un droit céleste, face auquel aucune juridiction au monde n'est à même d'apporter une réponse ou une solution.

LES ARABES ET LE CONFLIT DE GAZA.

Avec l'initiative saoudienne de 2002 à Beyrouth, on se trouve bien lion des trois non arabe du 1er septembre 1967, au sommet du Soudan: «Non à la paix avec Israël, non à la reconnaissance d'Israël, non à la négociation avec Israël.».

La ligue arabe, cette institution sans poids réel dans la scène arabe, et qui ne marche que sur indications américaine ou en appui à celle-ci, les quelques positions que prend cette instance sortent rarement de l' indignation!.

Devant les israéliens, les arabes ne peuvent parler de moralité, puisque leur palmarès des droits de l'homme vis-à-vis de leurs peuples, ne leur permet pas d'ouvrir la bouche et de blâmer ce qu'eux même ont commis contre leur propre population, et c'est encore plus grave. Oui Tsahal et vu de cet angle là, est une armée morale, puisque de toute son histoire elle n'a pas tué de juifs, ou bombardé ses propres civils par des barils de poudre, elle n'a pas exterminé des villages entiers de sa carte présumée.

Par leur silence envers ce qui se passe en Palestine, les chantres des droits de l'homme et de l'humanité ainsi que, les leaders, «zouaama «‘ arabes, se retrouvent dénudés et complètement à découvert. Ça me rappelle une phrase de feu Ferhat Abbas, l'un des Instigateurs de la guerre de libération, qui disait : «Une bien triste humanité qu'est la nôtre!»

Démunis, piétinés dans leurs humanité, de surcroît massacrés; Les palestiniens ont perdu tout espoir de délivrance, Saddam Hussein est venu, et ils ont vu en lui le sauveur, qui va les délivrer de l'emprise »des nouveaux soldats de David», puis vint» Khomeiny», une autre note d'espoir fut jouée fois encore, cette république islamique d'Iran, dont le slogan est » mort à Israël, mort à l'Amérique»; Se trouve bien loin d'eux et trop préoccuper à consolider sa place géostratégique, gérer son dossier nucléaire et prêter une main aux alliés syrien et irakien ; Hélas,la question palestinienne ne dépasse point sa valeur de»carte d'échange» dans l'échiquier de la géostratégie, donne moi ici, je te donnerai là-bas !.

Les palestiniens comptent désormais sur la conscience du monde «moderne», qu'ils espèrent voir bouger, par ses atrocités et barbaries commises devant son nez, viendra-t-il au secours de ce peuple, l'appuyer dans sa juste cause ? Halas, le monde souffrant encore d'une conscience altérée par une déformation médiatique sans précédant, cultive l'art et la manière de passer le blanc pour noir, la vie des hommes pour dérisoire!

Les arabes scindés entre ceux du printemps arabe et ceux de la contre-révolution, ne sont pas unanime concernant Gaza, au moment où les seconds voient ce conflit comme une continuité de leur guerre à eux contre l'islam politique et»les ikhwan», souhaite qu'Israël éradique le Hamas comme en 2006 AU Liban, certains arabes souhaitaient que Tsahal fasse disparaître le Hizbou Allah,Alors que les autres soutiennent inconditionnellement les Palestiniens dans leur résistance légendaire. En fait, le Hamas est entrain de payer une position arabe anti ikhwanistes, orchestrée notamment par l'Arabie saoudite, les Émirats arabe unies et l'Egypte sous le général président el Sissi.

Imputé à la résistance palestinienne à elle seule la responsabilité de ce qui se passa à Gaza, pour avoir refuser l'initiative égyptienne d'arrêt des hostilités, jugée bien au-deçà de leurs attentes et leurs espoirs de voir un jour, ce maudit, honteux et asphyxiant état de siège casser à jamais ; Et se taper l'œil des atrocités commises contre ce peuple désespéré et injuste seul face à la 4eme puissance militaire au monde.