Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Crise syrienne, la mascarade continue

par Khatir Soltana *

« Il faut s'approcher des mirages pour qu'ils se révèlent tels, il faut aussi prendre les mauvais chemins pour découvrir qu'ils ne mènent nulle part » (Paul Watzlawick)

L'occident impérialiste persiste et signe dans son acharnement contre le régime de Damas en présentant comme acquis l'implication du régime syrien dans l'attaque chimique du 21 aout. Cet occident devient de plus en plus autiste en écartant toute voix qui ne concorde pas avec sa vision perverse. Pourtant plusieurs sources, notamment russes et américaines, indiquent la responsabilité des rebelles terroristes financés et armés par ce même occident et ses valets des monarchies rétrogrades (qataris et saoudiens)

Qui mérite le prix Nobel de la paix ?

Obama dans sa croisade piétine le droit international et méprise l'ONU tout comme François hollande qui reste sourd à son opinion national hostile à la guerre et plus préoccupée par l'énorme crise économique. Dans ce contexte de bruit de bottes, Monsieur Poutine, en privilégiant la voie diplomatique (la fameuse mise sous contrôle par l'ONU de l'arsenal chimique syrien) prend une posture d'un médiateur crédible et efficace et en même temps confirme l'importance de la Russie sur l'échiquier international. Désormais, on pourra de nouveau parler de la bipolarité du monde.

L'initiative de Poutine offre une alternative à la guerre annoncée, d'ailleurs acceptée par la Syrie et accueillie favorablement par la communauté internationale. Si cette initiative venait à réussir, on se demandera alors qui mérite mieux le prix Nobel de la paix ?

Quelqu'un qui respecte le droit internationale et veut éviter une guerre potentiellement dévastatrice en vie humaine (Poutine)

Ou bien quelqu'un qui bafoue ce même droit international et qui est prêt à attaquer un pays souverain et bombarder tout un peuple avec le risque d'y installer le chao (Obama)

A notre avis il n'y a pas photo

Quand la démocratie devient l'autre nom de la dictature

L'occident impérialiste ne rate jamais une occasion pour donner des leçons aux peuples de la terre qui ne sont pas à sa solde. Certains mots magiques sont éternellement remâchés (laïcité, démocratie, liberté) pour critiquer les autres et justifier les guerres. Donner des leçons de morale est le privilège des fauteurs et des coupables. Ce sont des puissances au passé peu glorieux et qui ont à leur actif des crimes atroces de colonisation, bombardement de population et domination des démunis. L'occident ne veut ni la paix dans le monde ni le développement du tiers monde, bien au contraire il met tout en œuvre pour entraver et saper les démarches de paix (l'exemple le plus flagrant reste le conflit israélo-palestinien). Personne n'est dupe, ce qui arrange l'occident impérialiste c'est plus de pauvreté dans le monde, plus de conflits et de déchirures. Un monde sur et équitable reste la hantise est un cauchemar pour les puissances néo colonialistes.

Les alliances mal saines qu'entretient l'occident impérialiste avec des organisations terroristes procède de cette logique d'encourager les dissensions et instaurer les divisons dans les pays récalcitrants. De tout temps, cet occident a soutenu et protégé des tyrans au nom de ses intérêts comme l'Egypte de Moubarak, la Tunisie de Ben Ali et bien sur les régimes bédouins du Golfe où la femme n'a même pas le droit de conduire une voiture.».

Les états unis et leurs alliés ont eu toujours un discours manifeste et un discours latent dans leurs relations avec le monde arabe et musulman. Le discours manifeste se veut rationnel appelant à la démocratie et à la liberté. Le discours latent se veut haineux et manipulateur. Les deux discours s'alternent au gré des situations et des intérêts. On condamne l'extrémisme religieux tout en sellant des pactes avec les régimes wahhabites et en armant des terroristes criminels. N'oublions pas qu'el Qaida est une création de la CIA.

Ces Grandes démocraties mobilisent leurs espaces médiatiques pour relayer la version voulue et ne tolèrent pas les écarts de conduite. Le président français a clairement réprimé un journaliste du Figaro pour avoir publier récemment une interview du président syrien. Le journaliste n'est pas sensé donner une information objective mais pour imposer l'information voulue par le sérail politique. Où est la sacro sainte liberté d'expression ?

On qualifie le régime syrien d'état policier en oubliant au passage ce qu'a révélé au monde l'affaire Snowden sur la pratique des USA en matière de surveillance et de pistage des citoyens américains et à l'étranger.

Quand la sécurité prime sur la liberté

N'importe quel initié à la psychologie doit connaitre la Pyramide de Maslow(1) qui place le besoin en sécurité, en termes d'importance, juste après le besoin physiologique. Donc avant d'aspirer à la liberté, une personne ou un peuple aspire d'abord à la sécurité.

Les peuples libyen et irakien avaient peut être un déficit en liberté mais personne ne conteste le fait qu'ils étaient en sécurité. Quoiqu'on pense de Kadhafi ou de Saddam Hossein, leurs peuples respectifs se portaient beaucoup mieux sous leurs règnes, avec un système de santé et d'éducation performant

Le projet étasunien vise clairement à reproduire le même scénario en Syrie afin de l'émietter et le faire régresser des décennies en arrière au grand bonheur d'Israël qui est un pays criminel, artificiel, crée de toute pièce, sur la base d'un mythe religieux celui de terre promise. Un état d'un racisme primaire et flagrant fondé sur la notion du peuple élu.

Faisons le pari devant l'histoire que personne ne détruira Israël mais il explosera de l'intérieur, tôt ou tard.

* Psychologue consultant - Paris

1- Abraham Maslow (1908/1970) psychologue américain qui a élaboré une théorie sur les besoins de la personne où il a hiérarchisé, sous forme pyramidale, les besoins de base allant du besoin physiologique (manger, boire etc.…) au besoin

de réalisation de soi