Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Arrêt de travail de 2 heures au lycée «Yadjouri Abdelkader» (ex HLM) : Les enseignants lancent un ultimatum d'une semaine à l'Académie

par S. M.



Rien ne va plus dans les établissements scolaires de la wilaya et essentiellement dans le cycle secondaire. Après l'arrêt de travail des enseignants du lycée ‘Omar El Mokhtar', c'était, hier, le tour du personnel enseignant du lycée ‘Abdelkader Yadjouri' (ex HLM) de débrayer, pour protester contre la détérioration des conditions de travail. Les professeurs de ce lycée ont observé un arrêt de travail de 2 heures de 10 à 12h.

Une AG a été organisée par les enseignants pour dénoncer la surcharge des classes, le déficit en encadrement administratif et le manque des équipements pédagogiques. «L'AG a été sanctionnée par le lancement d'un ultimatum d'une semaine à l'Académie pour trouver des solutions urgentes, faute de quoi un mouvement de contestation sera enclenché par le personnel enseignant», affirme le coordinateur du Snapest du lycée ‘Yadjouri Abdelkader', Kotb Abdelkader. Le problème de la surcharge des classes n'est pas un phénomène nouveau, dans ce lycée, qui souffre, depuis plusieurs années, d'un sureffectif des élèves. «Le problème s'est aggravé, ces trois dernières années, après que l'Académie ait déclassé, en 2011, le nouveau lycée de la cité 937 logements Cosider en un collège», confie un autre syndicaliste.

L'Académie avait été contrainte de déclasser ce lycée pour faire face aux flux des élèves admis à la 1re année du cycle moyen suite au taux de réussite exceptionnel, enregistré en 2011, dans l'examen du Certificat de l'enseignement primaire. «Le lycée ‘Yadjouri' qui a une capacité maximale de 700 élèves accueille, actuellement, plus de 1.200 élèves venus de 4 collèges de la zone-est de la ville. Une école primaire a été annexée pour prendre en charge les classes de terminales ; cependant, le problème de la surcharge des classes demeure entier. Nous avons ainsi 4 classes roulantes c'est-à-dire sans salles de cours. Il y a aussi le manque terrible en encadrement administratif. Nous avons ainsi 3 adjoints pour encadrer plus de 1.200 lycéens (un adjoint pour 400 élèves).

Nous souffrons, également, d'un manque criard en matière d'équipements didactiques.

Nous n'avons ni micro-ordinateurs ni data-show. Les laboratoires ont été transformés en salles de cours, sans oublier la pièce qui fait office de salle des professeurs qui est dépourvue même de tables», précise le représentant des enseignants de ce lycée. Ce dernier ajoute que le sureffectif des élèves et le manque des salles de cours se sont répercutés, négativement, sur l'aménagement des emplois du temps du personnel enseignant.