Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Tlemcen: Forêt et grotte pour échapper à la canicule

par Khaled Boumediene

A Tlemcen, le thermomètre affichait déjà plus de 30 degrés ces derniers jours. Certains habitants et visiteurs préféraient la grande bleue pour fuir la ville, se baigner et se rafraîchir, d'autres se réfugiaient dans les paysages variés du plateau de villégiature de Lalla Setti, des cascades escarpées de l'Ourit, de la grotte féerique de Béni-Add et la forêt dense d'« Ahfir ».

Ce dernier espace naturel récréatif, situé à seulement 20 minutes de la ville de Tlemcen, est un havre de paix qui attire en ces journées caniculaires des dizaines de familles et de passionnés de nature. Les arbres de pins d'Alep, de chênes verts et de cyprès poussent en équilibre sur ses falaises s'élevant à plus de 1.000 mètres d'altitude et la douceur des températures, offrent un couvert de verdure remarquable accessible de la route nationale desservant les communes de Khémis, Azail, Béni-Bahdel de la région de Béni-Snous. « Le point sympa de cette forêt au décor boisé, c'est que ce coin récréatif est l'endroit parfait pour effectuer un pique-nique même si les températures sont très hautes. Depuis le début de l'été, on y vient souvent pour profiter des coins d'ombre, admirer le vert des conifères et le gris des sommets et sentir des plantes aromatiques de toutes espèces. Il fait très chaud cet été et des vents très chauds soufflent, il faut échapper par tous les moyens à l'atmosphère caniculaire du centre-ville. En plus ce n'est pas loin de chez nous, des gens viennent aussi de partout à cet endroit où règne une ambiance très estivale», témoigne un père de famille de Tlemcen.

Il faut dire que la forêt d'Ahfir ravit les parents en mode détente et séduit les enfants de tout âge qui se régalent avec des balançoires et des jeux se trouvant dans cet espace.

À pied, il existe tant de chemins de randonnées que le mois d'août ne suffirait pas pour tous les écumer. Pour des randos en vélo dans la nature, beaucoup d'amateurs et de sportifs surgissent en petits groupes pour faire une pause à l'ombre des arbres de la forêt, tandis que les plus sportifs poursuivent leur balade au départ de la cité des Zianides pour faire le tour du barrage de Béni-Bahdel.

La vue imprenable offre un formidable panorama sur les gorges de la grande vallée de Béni-Snous. « Le retour vers la ville de Tlemcen des cyclistes qui doivent escalader les rampes de ‘trik El hnach' devrait faire chauffer nos cuisses, c'est très pénible », nous dit un jeune cycliste.

Par ailleurs, à une vingtaine de kilomètres de là, la grotte historique de Béni-Add de la commune d'Aïn Fezza, reste l'un des sites les plus visités de la wilaya selon un guide professionnel, qui affirme que près de 3.000 visiteurs se rendent chaque jour dans ce lieu souterrain, afin d'admirer l'extrême élégance des dessins naturels des trois salles qu'offre cette grotte. Cette belle curiosité géologique attire des familles de tous les coins du pays, qui sont fascinés par des dessins représentant des endroits des cinq continents, comme la tour de Pise, en Italie, la statue de la Liberté aux Etats-Unis, ou encore l'orgue africain.

A noter un incident survenu mercredi dernier. Selon nos informations, lors d'une excursion organisée, une vingtaine d'individus refusant de payer leur ticket d'entrée ont envahi, vers 17h, ce lieu qui sort de l'ordinaire. Une fois à l'intérieur, ils ont sauté les barreaudages de protection de la première salle (la plus grande des trois galeries) et investi ensuite la grande coulée centrale, les belles colonnes ainsi que la statue de la liberté, en poussant de grands cris, avant d'être délogés par les éléments de la brigade de la Gendarmerie nationale d'Aïn Fezza aidés par les agents de sécurité de ce patrimoine préhistorique. Les responsables de la grotte craignaient surtout l'endommagement des stalactites et stalagmites des ères préhistoriques de cette fantastique grotte.