Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

El Tarf: Des projets à la traîne, des stations thermales à l'abandon et le reste…

par A. Ouélaa

Lors du conseil de wilaya tenu dimanche, auquel ont pris part tous les directeurs concernés, chefs de daïra et les maires des 24 communes, le wali a ordonné aux P/APC d'achever tous les projets en cours, la consommation des crédits restants dont ceux destinés aux zones d'ombre. Outre cet aspect, les points inscrits à l'ordre du jour de ce conseil, il y avait les stations thermales, nombreuses dans la région, mais qui demeurent exploitées d'une manière archaïque. Ces stations thermales aux vertus indéniables sur la santé et leur impact sur le plan socioéconomique sont quasiment à l'abandon, et attendent des études sérieuses pour leur exploitation dans le cadre des investissements.

L'autre point a concerné les préparatifs liés à la saison estivale et la lutte contre les incendies de forêt. Il a été question des plans de secours, de prévention à mettre en place, des moyens humains et matériels qui seront mobilisés durant la saison estivale. Tour à tour, le directeur de la protection civile et celui de la conservation des forêts ont étalé leur programme respectif.

Lors de la présentation du compte rendu du conservateur des forêts, le wali est intervenu à plusieurs reprises pour contester certains chiffres et statistiques relatifs à l'ouverture des pistes par exemple.

Tous les partenaires, principalement les communes, ont été invités à apporter leur contribution pour une bonne saison estivale, qui doit rimer avec hygiène, sécurité et quiétude pour les familles et les estivants qui viendront passer des vacances dans les villes côtières d'El Tarf. Les services agricoles ont évoqué les préparatifs pour la campagne moissons-battage et les moyens qui seront mobilisés durant cette campagne.

Le DUAC a expliqué les modalités relatives à l'application du décret exécutif de la loi 55/22 qui limite les modalités d'application de constructions non conformes. En ce sens, les commissions des communes sont appelées à traiter les cas de ces constructions illicites en vue de leur régularisation. Enfin, le wali n'a pas apprécié l'absence de certains maires à ce conseil, ne manquant pas au passage de fustiger cet état de fait.