Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Tlemcen: Le nouveau procureur général prend ses fonctions

par Khaled Boumediene

Le ministère de la Justice accorde un intérêt particulier au fonctionnement du système judiciaire par la nomination de compétences judiciaires ayant fait leurs preuves dans la magistrature, pour insuffler une dynamique et un nouveau souffle aux juridictions, en vue de garantir les droits et protéger les libertés. C'est ce qu'a affirmé hier à Tlemcen le président de la cour suprême, Mamouni Tahar, représentant du ministre de la Justice, Garde des sceaux, qui a présidé, en présence du wali de Tlemcen, Mermouri Amoumène, et des autorités civiles, militaires, sécuritaires et société civile ainsi que la famille de la justice (Magistrats, greffiers, avocats, huissiers, experts, notaires, interprètes…), la cérémonie d'installation du nouveau procureur général de Tlemcen près la cour d'appel de Tlemcen, Mahboubi Noureddine. Ce dernier occupait le même poste au niveau de la cour de justice de Blida et remplace l'ex-procureur général près la cour d'appel de Tlemcen, Chemlal Mohamed (installé dans ses fonctions en août 2020). Conscient des défis à relever dans le secteur de la justice qui exige du corps de la justice l'unification des rangs et davantage d'efforts pour répondre aux aspirations des citoyens en cette étape cruciale et décisive que traverse le pays, M. Mamouni a souligné que : « Ce mouvement vise à rehausser le niveau des magistrats et la promotion qualitative de leurs responsabilités au sein de la hiérarchie de la justice et promouvoir leur rendement pour être en adéquation avec les mutations nationales en cours ce, à l'instar des autres institutions du pays.

Il vise aussi à instaurer davantage d'immunité pour l'autorité judiciaire, pour bâtir une justice indépendante et neutre et renforcer la construction des institutions de l'Etat », a-t-il précisé.

Par ailleurs, le président de la cour suprême a rappelé les textes juridiques promulgués après la révision de la constitution en 2020, permettant d'instaurer un Etat moderne à travers une réforme globale de ses institutions, de renforcer l'indépendance de la justice, ainsi que la protection et la sécurité juridique et démocratique.