Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Enseignement supérieur: Le système LMD sera révisé

par El-Houari Dilmi

  «Nous avons élaboré, au niveau du ministère de l'Enseignement supérieur un projet de décret visant à redéfinir tous les concepts du LMD, qui n'étaient pas clairs dans la tête de beaucoup de personnes, y compris celles appartenant à la communauté universitaire», a déclaré, hier, le Directeur Général des enseignements de la formation supérieure, au ministre de l'Enseignement supérieur, Boualem Saidani, au micro de la Radio nationale. Intervenant à l'occasion de la rentrée universitaire qui s'est déroulée, hier, à travers tout le pays, marquée par la propagation du Covid-19 et la reprise des cours à distance depuis deux semaines, l'invité de la radio a estimé que le LMD «est arrivé a sa limite», ajoutant que «c'est l'heure de l'évaluation et d'identification des dysfonctionnements», a-t-il dit. «Nous voulons harmoniser les formations et les diplômes universitaires et surtout donner plus de visibilité à nos diplômes», a, en outre, expliqué le DG des enseignements de la Formation supérieure, précisant, au passage, que le ministère de tutelle veut «renforcer la relation Université-Entreprise, qui demeure très fragile, voire parfois inexistante», a-t-il relevé.

Estimant qu'il s'agit là d'un «chantier extrêmement important», l'invité de la radio a, également, indiqué que le décret «est en très bonne voie puisqu'il est déjà soumis à l'appréciation du gouvernement, j'espère qu'il apportera ses fruits» a-t-il dit.

Au sujet de la loi d'orientation de 1999, Boualem Saidani a expliqué qu'elle présente «un certain nombre de dysfonctionnements, notamment l'absence d'un outil de gouvernance et la non-adoption des normes de qualité de formation dans l'Université» a-t-il souligné. «Cette loi qui a été révisée en 2008 pour introduire le système LMD, n'a pas donnée de résultats», a indiqué l'invité de la Chaîne 3, précisant qu'on «devrait démarrer sur une vision pragmatique et une reforme de fond, mais malheureusement, on a continué à faire fonctionner deux systèmes en parallèle, le LMD et le Classique, ce qui a donné lieu à une dilution de nos activités et un manque de visibilité par rapport à nos programmes d'enseignements», a-t-il déploré.

Le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, a promis, hier depuis la wilaya de M'sila, de «résoudre tous les problèmes socio-pédagogiques des étudiants, notamment ceux liés à la situation sanitaire exceptionnelle causée par la Covid-19». La résolution de ces problèmes «se fera en coordination avec l'ensemble des acteurs de l'Université sous l'égide du ministère de tutelle», a affirmé Abdelaziz Djerad, ajoutant que toutes les mesures ont été prises pour améliorer les conditions des étudiants notamment en ce qui concerne la prévention contre le nouveau coronavirus. A M'sila, le Premier ministre, a également inauguré, à l'Université ‘Mohamed Boudiaf'», 2.000 places pédagogiques relevant de l'Institut d'Education physique et sportive.