Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Graves malfaçons après l'installation d'une conduite d'eaux usées: Les habitants de Paradis-Plage interpellent le wali

par Rachid Boutlelis

Une requête de dénonciation, revendiquant l'ouverture d'une enquête sur les travaux outrancièrement bâclés, après l'installation d'une conduite d'eaux usées, qui ont consisté à la remise en état de la chaussée et de l'indicible et morbide dégradation de la rue Carnot ainsi que la place portant le même nom , dans la localité de Paradis-Plage, sera incessamment adressée au wali d'Oran et ce, après la récolte des signatures des habitants et des commerçants. Le calice a été bu jusqu'à la lie par ces derniers, dans l'après-midi du mardi, lorsque les roues d'un fourgon transportant des denrées alimentaires, appartenant à un fournisseur privé, se sont empêtré dans l'une des nombreuses ornières béantes tapissant désormais la prestigieuse rue Carnot et sa place à Paradis- Plage, qui sont apparues au terme de ces travaux. La rue a été ainsi bloquée pendant des heures à la circulation dans les deux sens, pour pouvoir dégager le véhicule et ce, dans un tohubohu indescriptible de klaxons et de vociférations d'automobilistes. Ce n'était en fait pas le premier accident de ce genre dans cette rue, ayant été provoqué par la lamentable détérioration de la chaussée depuis le lancement dudit projet. Celui-ci a, notons-le, acquis une funeste célébrité à Aïn El Turck avec la mort dans des conditions atroces d'un ouvrier et des blessures à différents degrés de gravité sur un autre, qui ont été malheureusement surpris au fond de la tranchée par un subit affaissement de la paroi. Selon le constat établi sur les lieux, de larges et profondes fissures, causées par les travaux, stigmatisent une grande partie de la chaussée alors que l'autre partie où les engins ont creusé une tranchée pour la pose de la conduite, s'est carrément affaissée. Et comme le ridicule ne tue point, les gros dégâts sont répertoriés juste en face de l'école primaire ‘Ahmed Wahby', qui est fort heureusement, fermée depuis le début du confinement. « C'est tout simplement de la dégradation d'un bien public et cela doit, en principe, être puni par la loi. Ils ont démantibulé, endommagé et mis sens dessus-dessous, la rue et la place Carnot en s'en carrant royalement l'oignon des néfastes impacts sur notre cadre environnemental. C'est inadmissible et aberrant ! C'est une absurde transgression aux règles élémentaires en vigueur. Nous interpellons le wali pour désigner une commission d'enquête, qui aura à mettre toute la lumière sur les tenants et aboutissants de ce sordide massacre à ciel ouvert » a postillonné, sous l'effet de la colère, un groupe d'habitants de la place Carnot, abordés à ce propos par ‘Le Quotidien d'Oran'.