Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

La statue de la grotte du sanctuaire de Notre Dame saccagée: Quatre individus arrêtés

par K. Assia

La statue de la Vierge Marie de la grotte située sous l'esplanade «Vivre ensemble en paix» au sanctuaire Notre Dame de Santa Cruz a fait l'objet d'un acte de vandalisme perpétré, dans la nuit de lundi 4 mai dernier.

Celle-ci posée sur un socle de pierre a été renversée et les deux bras ont été cassés, un acte que de nombreux Oranais ont fortement condamnés. Dans un communiqué publié sur la page Facebook du sanctuaire Note Dame de Santa Cruz, l'évêque d'Oran Monseigneur Jean Paul Vesco précise que contrairement à ce qui a été rapporté dans la presse la statue n'a pas été décapitée mais renversée avec son socle de pierre et ses deux bras ont été endommagés dans la chute. «Ce geste ne fait pas honneur à ceux qui l'ont commis et qui en portent seuls la responsabilité» lit – on dans le communiqué et d'ajouter qu' «il n'y aura pas le dernier mot sur la volonté de vivre ensemble en paix et dont nous célébrons la Journée mondiale qui a donné son nom à l'esplanade du sanctuaire. En effet, l'Evêché d'Oran a été avisé, le 6 mai de cet acte de vandalisme qui a ciblé la statue de la grotte, a fait savoir notre interlocuteur précisant qu'aucune plainte n'a été déposée «La chose est prise aux sérieux par les autorités, et il ne nous a pas semblé bon d'en faire publicité afin de ne pas donner prise à toutes les interprétations et instrumentalisations qu'un tel acte symbolique peut susciter» a-t-il noté. Par ailleurs, le dossier étant pris en main par les autorités locales et une enquête a été ouverte par les services de Sécurité. Les investigations diligentées ont permis d'interpeller quatre individus chargés de garder les lieux. Lors de leur interrogatoire, les enquêteurs ont conclu que les versions rapportées par ces derniers étaient totalement contradictoires, au moment des dépositions. Le procureur de la République du Tribunal d'Oran a, en outre, ordonné le placement sous mandat de dépôt des quatre suspects qui sont fonctionnaires de la municipalité d'Oran. Notons que cet acte de vandalisme fait suite à d'autres actes constatés, ces derniers mois. Pour rappel l'esplanade a été baptisée ‘Vivre ensemble en paix' le 17 décembre 2018 indique-t-on.