Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Encore une année meurtrière sur les routes d'Oran: 59 morts et 2.240 blessés en 2018

par J. Boukraâ

La route continue de tuer en endeuillant des familles.Un bilan sur les accidents de la circulation, de l'année précédente, rendu public, hier, par la cellule de communication de la protection civile, fait état de 59 morts (dont 52 hommes, 5 femmes et 2 enfants) et 2.240 blessés pour un total de 2.394 accidents de la route. L'excès de vitesse et l'inattention des conducteurs sont les principales causes de ces accidents.

Même si le facteur humain demeure la cause essentielle, il n'en demeure pas moins que d'autres facteurs méritent d'être relevés, en particulier le mauvais état des routes, le manque d'éclairage et de signalisation, les pièces de rechange dites ‘Taiwan'. Ainsi les service de la protection, civile, lancent un appel aux usagers de la route et aux automobilistes pour faire preuve de prudence sur les routes. Des déplacements qui engendrent, malheureusement, des accidents mortels sur nos routes. Les radars sont le symbole de la politique de sécurité routière impulsée par les pouvoirs publics, mais ils n'ont pas permis une modification du comportement des conducteurs. Plus que la peur du gendarme, toujours dissuasive, il est important d'aller vers la diffusion d'une culture de la sécurité routière. Cette situation n'est pas près de changer, surtout que les transports, en Algérie, s'effectuent à 90% par route.

De plus, ces accidents engendrent des dépenses: assurances, soins médicaux, arrêts de travail, sans compter les conséquences sociales. L'analyse de ces chiffres montre que le nombre des accidents et de victimes a reculé en 2018 par rapport à 2017 où il a été recensé 2.655 accidents ayant fait 60 morts et 2.538 blessés.