Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

OFF OF THE OFFS - Le monde est zen-zen

par T. H.

«Voulez-vous participer à un événement un peu décalé ? Si oui nous avons le plaisir de vous inviter à nous rejoindre dimanche 13 mai à 11 heure du matin, Hôtel Eden à Cannes».

L'envoyé spécial du Quotidien d'Oran est assez décalé par les nuits sans dormir, les papiers qu'il faut écrire en quatrième vitesse et les envoyer illico presto sans même les relire, les courses sandwich pourri et néanmoins très cher à la main pour rejoindre les longues files d'attente à chaque projection. Sans compter tous les rendez-vous indispensables à honorer le jour si on veut profiter des fêtes de la plage machin ou machine la nuit. Alors une invitation pour un autrement évènement décalé, non merci je passe mon tour, je suis crevé.

Mais ma parole, ils ou elles insistent : «Si vous êtes fatigué, il faut venir à notre BDM». La fatigue aidant on a cru entendre BDS (Boycott Désinvestissement Sanctions, le boycott des produits et manifestations en guise de réponse citoyenne et non-violente à l'impunité d'Israël). Je préparais déjà une réponse diplomatique, et quelque peu évasive, mais mes insistants interlocuteurs m'ont vite rassuré. BDM veut dire Blessed Detox Morning. «Nous avons programmé 2 heures très zen, en plein Festival de Cannes, où nous vous présenterons 2 documentaires bouddhistes, accompagnés de diverses expériences méditatives. Dans la fournaise de Cannes, nous pensons qu'un intermède organisé le dimanche en fin de matinée surprendra agréablement des festivaliers stressés et leur permettra de recharger leurs batteries avant d'attaquer la 2ème semaine de rendez-vous professionnels. Nous accueillerons nos invités dès 11h00 et la séance finira à 13h00.Un Detox brunch se tiendra de 13h00 à 13h45. Nous projetterons 2 documentaires bouddhistes au format «trailers». Quelques notions de méditation seront présentées par notre invité Tulku TDamcho Rinpoche, moine lama qui viendra spécialement du Népal pour cet événement». Il faut trouver vite un prétexte pour décliner l'offre si peu séduisante (la cuisine népalaise c'est comme la cuisine des Touaregs de Tamanrasset, non seulement c'est infect mais on est obligé de tout finir et de dire qu'on a jamais mangé aussi bon). Prétexte? Mais au fait demain c'est le Ramadan, dommage chers amis, j'aurai tellement aimé goûter à la viande de Lama…