Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Des dispositions pour lutter contre les forages illicites: Une quinzaine de puits détruits à El Hassi, Ain El Beida et Sidi El Bachir

par J.Boukraa

  Les opérations de lutte contre les forages illicites et la surexploitation de la nappe phréatique se sont soldées par la destruction d'une quinzaine de puits forés illicitement à El Hassi, Sidi El Bachir et Ain El Beida, a-t-on appris de sources proches de la wilaya d'Oran. L'opération qui se poursuit toujours cible essentiellement les forages sur des terres agricoles et les puits sans autorisation alimentant les colporteurs d'eau. Pour lutter efficacement contre cette pratique qui menace sérieusement la nappe phréatique, nos sources indiquent que les services des ressources en eau de la wilaya d'Oran avaient instruit toutes les communes pour lutter contre ce phénomène. Nos interlocuteurs indiquent que tout forage doit être soumis à une autorisation délivrée par l'Agence du bassin hydrographique ou la direction de l'Hydraulique, disposition jusque-là ignorée par certains agriculteurs, assurant au passage que face à la menace qui touche la nappe phréatique, le nombre d'autorisations délivrées a été revu à la baisse. Le constat établi à l'issue des opérations de contrôle effectuées dans plusieurs communes fait état de la dégradation de la nappe phréatique. Ces opérations ont aussi révélé que ces dernières années quelque 400 puits ont été creusés illicitement dans la wilaya. Aussi, des centaines de forages illicites sont recensés à travers le territoire de la wilaya, notamment dans les communes périphériques (Es-Senia, Douar Belgaïd, Sidi El Bachir, Haï Bouâmama, Aïn El-Beida…). Ces forages sont en train de causer des dommages irréversibles aux ressources naturelles.

Nos sources affirment que la quasi-totalité des eaux souterraines, soit quelque 75%, puisées de la nappe phréatique ne sont ni facturées ni déclarées. Les propriétaires des forages «déclarés», en particulier les unités industrielles et les établissements à caractère commercial (hammam, stations de lavage…), ne respectent aucunement les clauses du cahier des charges en matière d'exploitation rationnelle des eaux souterraines. La réglementation du 26 avril 2006 insiste sur l'équipement des puits de compteurs pour mesurer les quantités d'eau pompées. Il y a lieu de signaler que les forages illicites ont progressé ces dernières années notamment avec l'arrivée des Syriens spécialisés dans le forage profond et l'utilisation de sondes artésiennes. Le matériel et les techniques utilisés par ces Syriens sont considérés comme une véritable atteinte à l'environnement. Ces dix dernières années, les autorités de la wilaya d'Oran ont pris des mesures fermes pour procéder à la destruction de tout forage illicite. Un arrêté du wali a été promulgué en 2006 pour recenser et détruire tous les forages illicites à Oran. L'arrêté stipule, entre autres, une saisie d'une durée de six mois du matériel utilisé dans le forage illicite et des sanctions contre les contrevenants, conformément aux dispositions pénales prévues pour ce genre de délit.