Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Bitumage et traitement des nids de poule: Vaste opération de réhabilitation de la voirie dans six secteurs urbains

par J. Boukraâ

Une importante opération de pose de bitume et de traitement de nids de poule a été lacée, le mois en cours, par la division communale de la Voirie et de la Circulation de l'APC d'Oran à travers six secteurs urbains. Cette opération a touché plusieurs rues et ruelles réparties sur les secteurs urbains de la ville d'Oran. Selon la cellule de communication de l'APC d'Oran l'opération a touché la RN 2, Haï El Badr, Akid Lotfi et cité du 20 Août, (El-Menzeh), Bouâmama), le boulevard Colonel Ben Abderrezak , le rond-point El-Bahia, le CW 37 etc…

D'autres opérations de bitumage et de réhabilitation du réseau routier ont ciblé le centre-ville, Es-Seddikia, El-Makkari, la Pêcherie, la route du port, et la rue Rahmani Khaled, ainsi que El Hamri et la place ‘Kleber', dans le secteur urbain de Sidi El-Houari.

La division de la Voirie a, en outre, procédé au revêtement de la chaussée et les aires de stationnement, dans le nouveau projet de réalisation d'un marché de vente de véhicules d'occasion.

Ce marché sera ouvert au public, le mois de mars prochain. Cette opération a été lancée, suite à une situation faisant état de la dégradation d'une bonne partie des routes de la commune. En effet, plusieurs routes et ruelles des quartiers d'Oran sont sinueuses, très abîmées et à une seule voie non appropriée pour une circulation automobile, sans cesse croissante. Pas un seul quartier ou cité n'échappe, désormais, à la dégradation continuelle de parcelles entières de l'asphalte qui se trouve dans un piteux état. Les incessantes interventions des gestionnaires, des différents réseaux, souvent après les travaux de bitumage, sont à l'origine des crevasses et des nids-de-poule, dans plusieurs quartiers. Une situation, péniblement, ressentie par les automobilistes qui, de peur d'endommager leurs véhicules, sont obligés de faire, tout le temps, des manœuvres parfois dangereuses et de bien «négocier» les nids-de-poule, afin d'éviter d'éventuels accidents. Aussi, aux moindres gouttes de pluie, ces quartiers se transforment en vrais lacs. Les dernières averses ont, aussi, détérioré la chaussée. Pour colmater les nids de poule, les ouvriers de la DVC ont utilisé 121 tonnes de bitume.