Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Grippe saisonnière: Le ministère de la Santé sur les dents

par Yazid Alilat

Toutes les dispositions de prise en charge des malades atteints par la grippe saisonnière ont été prises, alors que le dispositif de prévention d'urgence a été, également, enclenché. C'est ce qu'a déclaré, hier, mercredi, à la radio nationale M. Djamel Fourar, directeur général de la Prévention et de la Lutte contre les maladies transmissibles au ministère de la Santé. Interrogé sur les mesures mises en place par le ministère après les neuf décès dus à la grippe saisonnière, il a expliqué que «le ministère a toujours eu un dispositif de prévention contre la grippe saisonnière, dont une campagne de sensibilisation entamée en septembre dernier, en plus d'une campagne de vaccination, qui a commencé le 15 octobre et qui se poursuit jusqu'à maintenant». Il a ajouté qu' «il y a également la réactivation du dispositif de prise en charge de cas compliqués qui a été enclenché, le 14 novembre dernier, avec la mise en place de la réservation de lits spécifiques dans les hôpitaux pour prendre en charge ces cas».

Selon M. Fourar, ce dispositif, en vertu de la situation épidémiologique, dans les régions touchées, «a été mis en alerte pour dire aux gens qu'il peut y avoir des cas compliqués, mais imprévisibles». «Il y a, a-t-il rassuré, un dispositif, qui est mis en place en dépit de la grève des médecins résidents, qui prend en charge tous les cas graves», rappelant qu'il y a eu «23 cas graves hospitalisés, mais malheureusement on a eu neuf décès.» La grippe saisonnière touche, cette année, «certaines catégories de populations, dont celles des maladies chroniques sous-jacentes», a t-il expliqué. Le DG de la Prévention, au ministère de la Santé, a indiqué par ailleurs qu'il y a eu, cette année, l'importation de «2,5 millions de doses de vaccin anti-grippal, en fonction des besoins des populations vulnérables exposées au risque, dont 1,3 million affectés aux structures de santé pour les personnes âgées, les femmes enceintes et les malades chroniques». «Sur le 1,3 million de doses réservées aux structures de santé, on a consommé 82% du lot. Et, compte tenu de l'activité grippale, on va atteindre jusqu'à février un -pic-, et donc la campagne de vaccination va être poursuivie jusqu'au mois de mars», a t-il souligné, avant d'indiquer que «des instructions ont été données aux établissements pour réactiver leurs stocks de vaccins afin de répondre aux besoins des populations et il y aura un appoint de 40.000 doses pour répondre aux souhaits éventuels» , estimant que cette quantité de vaccins «est suffisante, car on a déjà vacciné un peu plus de 1,2 million de personnes.» Réfutant d'autre part catégoriquement qu'il y ait eu des cas de grippe porcine, le représentant du ministère de la Santé a expliqué qu'il s'agit bien du virus H1N1, ou grippe saisonnière. «Il y a trois types de virus de la grippe, le A, le B et le C.» «Le virus C entraîne généralement des affections bénignes, et il n'y a pas d'épidémie. Le virus B peut entraîner des épidémies et le virus de type A est beaucoup plus agressif, et c'est le virus H1N1, qui est actuellement dénommé H1N1PDM09.» «C'est le virus qui a provoqué la pandémie de 2009. C'était un nouveau sous-type du virus H1N1 apparu en 2009, et c'est celui, qui est actuellement en circulation, qui est beaucoup plus agressif que le virus précédent.» Le représentant du ministère a poursuivi en démentant tout cas de grippe porcine, «c'est un virus de la grippe saisonnière, c'est le virus A H1N1pdm09. C'est le virus de la grippe saisonnière de routine.» En 2015-2016, il y a eu 30 décès, a t-il rappelé, soulignant que la grippe saisonnière a toujours entraîné des décès dans le monde, «et même l'OMS est en train de revoir les cas de morbidité».

Il a prévenu, par ailleurs, qu'en fonction des donnés du réseau national de surveillance de la grippe, qu'il y aura «durant les mois de janvier et février un pic un peu plus important que les autres mois. Mais, on a retrouvé à l'Institut Pasteur des souches du virus B ‘'H3N2», ce qui veut dire aussi que l'activité du virus A H1N1 va diminuer progressivement, d'ici à la fin de la saison hivernale».

Il a, également, rassuré que ‘'tous les cas de grippe hospitalisés sont pris en charge, et tous les moyens ont été déployés, les établissements ont eu les quotas de vaccins, on a demandé que tous les établissements mettent en place des structures de veille». Il a ajouté que «le ministère a mis tous les moyens pour que les équipes travaillent dans de bonnes conditions, conformes aux standards internationaux.»

Enfin, M. Fourar a indiqué que des instructions ont été données pour que la distribution des nouveaux quotas de vaccins se fasse à partir de ce samedi. «On va reconstituer les stocks pour répondre à une demande qui est là».