Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Constantine - Evacuations des wilayas limitrophes: Le CHU étouffe

par A. Mallem

  A l'orée de cette année 2017, le Centre hospitalo-universitaire Dr. Benbadis de Constantine, son personnel et son matériel continuent toujours à souffrir de la prise en charge des nombreux malades venant des 17 wilayas de la région Est. «On n'en peut plus de subir la pression induite par les évacuations abusives des malades, notamment les parturientes, venant des autres wilayas. Ces évacuations mettent nos moyens humains et matériels à rude épreuve. Par exemple, le scanner fonctionne sans arrêt et dépasse les normes techniques d'utilisation: au lieu de 500 malades par mois, il fait 1.500. Il en est de même pour l'échographe de la maternité, les appareils des laboratoires pour le FNSA et le groupage qui sont soumis à un fonctionnement non-stop. Et beaucoup d'autres interventions», a expliqué le directeur général du CHU, M. Benissad, considérant qu'à ce rythme, il arrive souvent que les appareils tombent plus fréquemment en panne. Et de révéler que son établissement hospitalier songe à acquérir un second appareil scanner, rien que pour faire face à l'afflux des malades venant des autres wilayas. Et de pointer du doigt les wilayas voisines de Mila, Skikda, Oum El-Bouaghi et Jijel dont les services concernés «ne se cassent pas la tête et, pour un oui ou pour un non, décident d'évacuer leurs malades au CHU de Constantine», a affirmé le DG du CHU. Pourtant, a-t-il fait remarquer, les directeurs de la Santé (DSP) de ces wilayas ont été convoqués dernièrement au ministère de la Santé et ils ont reçu comme instructions de s'abstenir désormais d'envoyer leurs malades à Constantine en les traitant sur place, du moment qu'ils disposent des structures médicales et des capacités médicales adéquates. «Malgré tout, l'afflux, surtout les évacuations abusives, n'ont pas cessé. Et le plus grand ‘fournisseur' de malades reste toujours la wilaya de Mila, dans le domaine de la gynécologie-obstétrique, quand bien même cette wilaya possède un nombre suffisant de gynécologues», a constaté avec regret M. Benissad.

Le directeur adjoint de l'administration et de l'activité paramédicale (DAPM) du CHU, M. Fawzi Benmessioud, tout en faisant le même constat, a donné des statistiques en signalant que, durant les seuls mois de septembre et octobre 2016, le service gynécologie-obstétrique du CHU a réalisé 6.000 consultations et procédé à l'admission pour accouchement de 2.934 parturientes, toutes wilayas confondues. «A titre indicatif, ajouta notre interlocuteur, et rien que durant la semaine du 30 décembre au 4 janvier, la maternité du CHU a accueilli 215 parturientes hors wilaya, dont 70% viennent de celle de Mila».