Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

M. Saci Ahmed Abdelhafid, wali de Tlemcen, au «Le Quotidien d'Oran»: La contrebande, le logement et des déficits

par Entretien Réalisé Par Khaled Boumediene

Le Quotidien d'Oran : Quelle lecture faites-vous Monsieur le Wali de l'évolution globale de la wilaya ?

Saci Ahmed Abdelhafid: Compte tenu des moyens financiers qui ont été mobilisés, dans le cadre de l'exécution du programme de Son Excellence Monsieur le Président de la République, je peux confirmer, sans complaisance, qu'en matière de prise en charge des besoins de la population, la situation est satisfaisante. Pour ce faire, la wilaya de Tlemcen a d'emblée adopté la démarche qui lui a semblé être la plus fonctionnelle, notamment par la prise en charge efficace des missions qui lui sont dévolues en sa qualité d'instrument privilégié de mise en œuvre des actions du Gouvernement en matière de développement local. Et c'est pour aller au-devant des préoccupations des citoyens que nous avons programmé une série de tournées de visites et de contrôles sur le terrain. Ainsi l'ensemble des communes et localités ont reçu, et continuent de recevoir, des visites du Conseil exécutif, qui a donné pour chaque cas étudié des directives précises de nature à lever les contraintes. L'amélioration qualitative et quantitative des relations de l'administration avec le citoyen a été également un des axes principaux de notre intervention. C'est ainsi que l'usager a pu constater et apprécier ces dernières années, sa mise en confiance dans un milieu transparent et accueillant, avec l'allègement de certaines procédures administratives, bien que cet aspect rassurant n'est pas encore devenu un réflexe chez des agents souvent jeunes et inexpérimentés. En ce qui concerne l'évolution globale, les programmes de développement dont a bénéficié la wilaya ont permis d'atteindre plusieurs objectifs, notamment : la répartition équitable des flux de développement et la résorption des disparités, dans l'ensemble du territoire de la wilaya, le désenclavement des zones rurales, la modernisation des infrastructures de base de manière à enclencher et garantir la relance des activités productives qu'elles relèvent du secteur primaire, secondaire ou tertiaire, l'amélioration du cadre de vie des citoyens et la lutte contre l'habitat insalubre, le renforcement substantiel des infrastructures d'éducation, de formation et d'enseignement supérieur, la sécurisation des citoyens et de leurs biens, la résorption du chômage par l'insertion de jeunes chômeurs. Pour preuve, le taux de chômage est situé actuellement à moins de 10%. Je peux même avancer que les chantiers ouverts de la wilaya enregistrent un déficit chronique en main-d'œuvre ordinaire et qualifiée, la protection de l'environnement. En somme, il s'agit de promouvoir toutes les actions qui feront de nos villes et de nos villages des établissements humains sereins, économiquement viables et intégrés.

Q.O. : La lutte contre la contrebande est une des priorités de la wilaya. Les résultats sont-ils à la hauteur des espérances des pouvoirs publics ?

S.A.A.: La contrebande a pris, jusqu'à la fin 2013, des proportions inquiétantes portant de graves préjudices à notre économie et touchant même la population adolescente et juvénile par l'introduction de grandes quantités de drogue à travers nos frontières Ouest. C'est pourquoi, il a été procédé au niveau local à la mise en place d'une stratégie comprenant des actions d'interventions opérationnelles pour lutter contre ce fléau. Parmi les mesures prises, on peut noter : le renforcement des points de contrôle et de surveillance au niveau de la bande frontalière, la localisation et destruction de plusieurs dépôts de stockage de produits destinés à la contrebande, la redynamisation des activités des brigades mixtes chargées du contrôle et des inspections de la marchandise transportée vers la zone frontalière, la réalisation de tranchées de séparation le long de la bande frontalière. Dans l'élargissement de ces mesures, la wilaya a mobilisé, dans le cadre des programmes d'équipements publics, des enveloppes financières conséquentes pour prendre en charge le développement économique et social de cette zone sensible. La conjugaison des efforts de tout un chacun a permis d'atteindre des résultats très satisfaisants en matière de lutte contre la contrebande. C'est ainsi qu'il a été enregistré une réduction systématique de la valeur des marchandises introduites dans les rayons douaniers, une réduction importante des approvisionnements de la wilaya en carburant. Cette quantité qui était de l'ordre de 40 000 m3/mois a diminué de 50%, une grande fluidité dans la distribution du carburant au niveau des stations et disparition totale des files d'attente, un recul d'une manière significative des volumes saisis opérés sur les produits de contrebande ; synonyme de la régression des activités de contrebande.

Q.O.: Voulez-vous revenir pour nos lecteurs sur les mesures prises pour l'encouragement de l'investissement dans les secteurs de l'agriculture et de l'industrie.

S.A.A.: En ce qui concerne le secteur agricole, les pouvoirs publics ont pris à bras-le-corps le secteur de l'agriculture, en le plaçant au centre des intérêts nationaux. C'est ainsi qu'il a été mis en œuvre et traduit sur le terrain, dans le cadre d'un programme de modernisation de ce secteur stratégique, une démarche prospective destinée à la libération des initiatives en offrant aux exploitants agricoles les meilleures conditions d'épanouissement et en leur assurant des facilités en matière de financement et de crédits. C'est ainsi que plus de 08 milliards de dinars ont été mobilisés au profit des fellahs ayant permis la réalisation de projets importants, comme les chambres froides, les confiseries d'olives, les huileries, les laiteries, les moissonneuses-batteuses, les tracteurs et autres matériels d'accompagnement. Ces investissements ont permis l'amélioration des productions animale et végétale dont les valeurs de la production végétale sont de 38,938 milliards de dinars en 2014 et 52,5 milliards de dinars en 2015, et 21,8 milliards de dinars en 2014 et 29,4 milliards de dinars en 2015 pour la production animale, l'implication des principaux intéressés, en l'occurrence les fellahs, dans la prise en charge de leur destin. Des contrats de performance lient ces derniers à l'administration concernée qui assume le rôle de vulgarisateur et de régulateur. L'obligation de résultats, devant l'effort sans précédent des pouvoirs publics en matière de soutien financier, constitue l'épine dorsale du processus engagé, l'encouragement et la généralisation des systèmes aptes à favoriser les économies d'eau. Grâce aux techniques modernes introduites par les fellahs, la méthode d'irrigation, évoluant du système traditionnel dit saguia à l'irrigation par goutte à goutte et par aspersion. Compte tenu de la prise en charge, dans une large mesure, des besoins de la population en AEP à partir des deux stations de dessalement d'une capacité journalière de 400.000 m3, la mobilisation et l'affectation des ressources hydriques superficielles à l'irrigation ont permis une augmentation sensible de la superficie irriguée qui est passée, dans un laps de temps très réduit (2014-2015), de 20.741 ha à 26.977 ha. L'objectif à atteindre par la wilaya à l'horizon 2019 est une superficie irriguée additionnelle de 17.000 ha, et ce à la faveur de l'affectation exclusive des volumes d'eau mobilisés dans les cinq barrages à l'irrigation. S'agissant du secteur industriel, la stratégie mise en place depuis novembre 2013 s'est axée sur l'orientation des efforts pour réunir les conditions propices permettant une promotion réelle de l'investissement économique créateur de richesse et d'emplois. A cet effet, il y a lieu de rappeler que la wilaya dispose d'une base industrielle non négligeable ainsi que d'un tissu dense et varié de petites entreprises qui interviennent dans divers secteurs d'activité, notamment, ceux des matériaux de construction, de la céramique, de l'électronique, du textile… Cette base industrielle gagnerait, cependant, à être véritablement soutenue et ce, dans le cadre de la création de nouvelles zones d'activités et industrielles. La wilaya, compte tenu du nombre important de demandes de création de projets introduits par les promoteurs potentiels, a procédé en 2014 à la création de deux parcs industriels d'une superficie totale de 403 ha à El Aricha et à Ouled Bendamou commune de Maghnia, dont les travaux de viabilisation sont en cours d'étude et de finalisation des procédures administratives de désignation des entreprises de réalisation. Des prospections sont lancées à travers le territoire de la wilaya pour dégager des assiettes de terrains répondant aux normes requises devant servir à la création d'autres parcs industriels. D'autres actions ont été engagées durant les exercices 2014 et 2015 et ont touché la réhabilitation de six (06) zones d'activités existantes, ceci devant permettre aux promoteurs déjà installés d'activer dans les meilleures conditions. La wilaya a accueilli très favorablement la décision prise par le Gouvernement, en juillet 2015, visant à l'assouplissement des procédures liées aux demandes introduites par les promoteurs pour l'acquisition des terrains. En dépit des contraintes objectives liées à la disponibilité de terrains d'assiettes, la wilaya a examiné favorablement 53 dossiers de création d'activités dans les secteurs de l'industrie (20), services (22), matériaux de construction (5), commerce (02), autres (04). Ces projets qui nécessitent une superficie de 33,7 ha, permettront dès leur mise en exploitation de générer plus de 3020 emplois permanents. Parmi ces projets, on peut citer ceux relatifs au montage de véhicules industriels, à la fabrication de motocycle, à la mécanique de précision, à un aquaparc ainsi qu'un grand centre commercial sous l'enseigne de la firme multinationale « Carrefour ».

Q.O.: L'urbanisme conditionne en grande partie la vie de la population de tous les jours. Quelles sont les grandes opérations ou projets futurs à envisager dans ce domaine ? Quelles sont les mesures prises pour la restauration immobilière, la résorption de l'habitat précaire et la protection des terres agricoles ?

S.A.A.: Il est tout à fait évident que la dégradation du cadre de vie du citoyen à l'intérieur des grandes agglomérations urbaines et l'émergence de l'habitat spontané aux périphéries de ces centres, de par ses retombées sur l'esthétique de nos villes, a fait réagir les autorités locales qui ont pris en charge très rapidement ce volet important dans le cadre des programmes d'actions de la wilaya. Devant ce phénomène, la wilaya s'était résolument engagée, dans le cadre de l'amélioration du cadre de vie des citoyens, à la réalisation des actions liées notamment à l'aménagement urbain, la création d'espaces verts, l'extension de l'éclairage public… C'est ainsi que pas moins de un (01) milliard de dinars sont injectés annuellement sur les plans communaux de développement pour réaliser les équipements y afférents qui touchent le citoyen dans son quotidien. Par ailleurs, la lutte sans répit contre les constructions anarchiques exige la mobilisation de tous les moyens légaux pour venir graduellement à bout de la situation actuelle. Il s'agit d'un problème sérieux sur lequel la wilaya s'est longuement attardée pour essayer d'explorer tout ce qui est de nature à faciliter sa prise en charge dans des délais raisonnables. C'est ainsi que dans le cadre du respect des normes d'urbanisme beaucoup d'efforts ont été déployés dans la lutte contre les constructions illicites. Il s'agit d'une véritable guerre qui a été menée dans le l'objectif de mettre un terme à ce phénomène qui porte préjudice à l'aspect architecturale de nos villes. Pas moins de 300 constructions illicites ont fait l'objet de démolition durant les deux dernières années et plusieurs actions ont été introduites en justice contre les contrevenants. Par ailleurs, dans le but d'assurer une vie décente à la population établie dans des constructions précaires, les pouvoirs publics ont pris en charge ce volet par l'inscription d'un programme spécial RHP destiné à cette frange de citoyens. C'est ainsi qu'il a été procédé, durant les exercices 2014 et 2015, au relogement dans des appartements neufs de 1525 familles dont 1065 pour la seule année de 2015. D'autres actions toucheront également le relogement des populations concernées au niveau des localités de Sidi Ahmed dans la commune de Remchi, cette opération interviendra avant l'Aïd El Fitr de l'année en cours, et à Koudia dans la commune de Tlemcen, cette opération sera effectuée durant le 4ème trimestre 2016. La protection des terres agricoles est inscrite conformément aux instructions des instances supérieures de l'Etat dans le programme des priorités de la wilaya. L'exploitation des ces terrains, dans la réalisation des équipements publics et autres projets, obéit à une réglementation stricte caractérisée par la formulation de dossiers de distraction pour utilité publique à soumettre à l'appréciation de la commission interministérielle installée au niveau du ministère de l'Agriculture et du Développement rural. C'est ainsi que 156 dossiers ont été soumis à l'appréciation de ladite commission dont 122 ont reçu l'avis favorable.

Q.O.: Monsieur le Wali, on parle d'un nouveau pôle pour l'extension du tissu urbain du grand Tlemcen. Pouvez-vous nous en dire plus ?

S.A.A.: En ce qui concerne la gestion proprement dite du grand Tlemcen, il a été a procédé à la création d'une zone d'habitat au nord de Tlemcen, plus exactement à Boudjelida, une nouvelle ville qui abritera à son achèvement, très prochainement, une population estimée à plus de 35.000 habitants. Tous les équipements collectifs d'accompagnement sont d'ores et déjà programmés et réalisés dans des proportions très satisfaisantes, de même que les travaux de viabilisation et qui ont nécessité des enveloppes conséquentes sont actuellement en voie d'achèvement. La création de cette nouvelle ville s'est en effet imposée d'elle-même, dès lors que les problèmes que connaissent Tlemcen, Mansourah et Chetouane ont atteint un seuil de saturation très critique. Cependant, l'importance des besoins à court terme en espaces urbanisables, conjuguée à l'impérieuse nécessité de préserver les terres agricoles, ont amené les autorités de la wilaya, conscientes des enjeux et des défis qui restent à relever, à privilégier une nouvelle approche tendant à désengorger les principaux centres urbains et à créer de nouveaux espaces de vie, de convivialité et de loisirs. Pour ce faire, un nouveau pôle urbain d'une superficie de 2000 ha, situé entre Tlemcen et Béni-Mester, est en cours d'étude par l'URBAT. Ce pôle qui connaîtra la réalisation d'un important programme d'habitat ainsi que de l'ensemble des équipements nécessaires, vise au final le support et réserve foncière du groupement urbain de Tlemcen (Tlemcen-Chetouane-Mansourah) qui se trouve sur le point d'une saturation très avancée avec les conséquences qui en découlent, la prise en charge des besoins, sans cesse croissants, de la population en matière, notamment, de logement, de scolarité, de santé, la délocalisation de certaines fonctions des villes constituant le groupement par la construction des nouvelles structures publiques permettant de désengorger les milieux urbains actuels.

Q.O.: Différents programmes de logements tous types confondus et d'habitat rural sont achevés. D'autres sont en voie d'achèvement. Où en est la situation aujourd'hui ?

S.A.A.: Il est vrai que le secteur de l'habitat n'a jamais suscité autant d'intérêt, même si des efforts gigantesques ont été déployés, par les pouvoirs publics pour satisfaire une demande sans cesse croissante. Consciente de l'importance stratégique de ce secteur et de ses retombées, en termes de stabilité et de cohésion sociale, la wilaya a pris d'importantes mesures pour traduire dans les faits le programme inscrit à son indicatif. Dans le prolongement des actions entreprises antérieurement, les autorités locales ont procédé durant les deux derniers exercices (2014 et 2015) à la livraison de 13.587 logements (toutes formules confondues). Pour ce qui est du programme en cours de réalisation et dont la wilaya a levé toutes les contraintes qui ont handicapé sa bonne exécution, il se présente comme suit : 9800 logements sociaux locatifs, 7389 logements ruraux, 2101 LPA/LSP, 2600 logements en location-vente. Concernant le volet attribution des logements sociaux locatifs, il a été procédé en 2014 et 2015 à la répartition de 1759 logements attribués par les commissions de daïra, 1525 logements attribués dans le cadre du RHP. Les stocks de logements non encore attribués sont de 6000 unités. Ce programme sera attribué progressivement durant 2016 dès l'achèvement des travaux de viabilisation qui sont en cours. Il y a lieu de noter que la wilaya a pris l'initiative louable, dans le cadre de la promotion de l'habitat rural, notamment, au niveau de la zone steppique, par la création de 19 lotissements comprenant 3540 lots. L'objectif recherché à travers ces actions est la sédentarisation de la population au milieu rural permettant, dans le prolongement des avantages accordés aux fellahs, d'assurer un développement harmonieux et continu de l'agriculture, qui constitue dans la conjoncture économique actuelle une richesse inépuisable.

Q.O.: Lors d'une rencontre avec les élus locaux sur la gestion participative, vous avez particulièrement insisté, Monsieur le Wali, sur le rôle du citoyen dans la prise de décisions sur son cadre de vie. Le citoyen doit-il être au cœur de la problématique du développement local ?

S.A.A.: Il est clair que l'implication pleine et entière du citoyen dans la prise en charge de son destin a été au centre de la préoccupation de la wilaya. C'est ainsi qu'aucun projet, de quelque nature que ce soit, n'est imposé ou inscrit à l'insu de la société civile et des associations des quartiers. Son individualisation dans le plan d'action de la wilaya doit, au préalable, recevoir l'adhésion de non seulement les élus locaux mais aussi et surtout les représentants de la société civile. De même une stratégie destinée à faciliter la prise en charge des doléances exprimées par les citoyens a été mise en œuvre. Les tournées périodiques du conseil de wilaya qui sont effectuées à travers les communes de la wilaya sont sanctionnées par des réunions avec les différentes associations pour leur permettre de s'exprimer dans un cadre citoyen et responsable sur les problèmes qui les préoccupent. L'adhésion du citoyen au processus préconisé en matière de prise en charge et de règlement de ses propres préoccupations a également été recherchée à travers la restauration d'un climat social serein et confiant, en faisant appel à toutes les formes de participation à travers le mouvement associatif et le mode traditionnel d'organisation sociale en vigueur dans la région.

Q.O.: Un vaste programme de mise en valeur des terres agricoles a été lancé dans la wilaya. Qu'apportera-t-il de plus pour la production agricole ?

S.A.A.: Effectivement, dans le cadre de la consolidation de la stratégie de développement de l'agriculture, les actions engagées ont donné des résultats très satisfaisants, notamment, en ce qui concerne la production laitière, où la wilaya de Tlemcen, grâce au soutien accordé aux 380 éleveurs, est devenue, avec une production annuelle de 88 millions de litres, un pôle par excellence de produits laitiers, la production de pomme de terre dont une production moyenne de 02 millions de quintaux est enregistrée chaque année. La superficie irriguée s'est accrue de 20.741 ha en 2013 à 26.977 ha au terme de l'exercice 2015 soit une évolution de plus de 30%. Cette performance a été réalisée grâce à la généralisation de l'électrification rurale qui a touché 196 forages au profit de 195 bénéficiaires sur un linéaire de 120 km. Il est clair que cette liste n'est guère exhaustive dans la mesure où d'autres performances non moins importantes ont été accomplies au titre de la période considérée dans la production d'autres produits agricoles. En effet, que ce soit dans le domaine de la production animale, de gros ou petit élevage, du renforcement en machinisme agricole, par le biais de la formule leasing ou de la réhabilitation de la filière lait, les réalisations accomplies ont été bel et bien à la mesure des grands objectifs arrêtés dans le cadre de la valorisation du potentiel agricole. Les réalisations en question ont eu un impact favorable sur l'amélioration des conditions de vie de la population dans la mesure où elles ont permis la création de 10.443 emplois, en 2014 et 2015, dont 1390 à titre permanent et une amélioration du taux de couverture de certains produits.

Q.O.: Qu'en est-il de l'amélioration du service de l'eau, la réduction des fuites et la mobilisation des ressources en eau dans la wilaya ?

S.A.A.: Les actions engagées par la wilaya ces deux dernières années concernant notamment le raccordement des régions Est et Sud et le renforcement des capacités d'alimentation du GUT Tlemcen et des communes situées tout le long de la bande frontalière sud, ont permis d'atténuer dans une large mesure la pression à laquelle a fait face la wilaya plusieurs années durant. Cette amélioration sensible dans l'AEP des populations a permis une nette augmentation des plages de distribution, qui sont passées, avant 2013, il faut le rappeler quand même, de 01 jour sur 4 voire plus au niveau de certaines communes, à une distribution quotidienne pour ce qui est des grands centres urbains et à 01 jour sur 02 pour les agglomérations secondaires. Cette performance est concrétisée grâce au volume important mobilisé par la wilaya à partir des deux stations de dessalement qui couvrent plus de 70% des besoins de la population ainsi que de l'exploitation des forages réalisés et équipés dans le cadre des différents programmes d'équipements publics. A la faveur des réalisations effectuées en 2014 et 2015 à savoir 258.870 ml de réseau d'AEP et 229.308 ml d'adduction, le taux de raccordement qui était de moins de 93% s'est accru à plus de 97%. Parallèlement à ces actions, la wilaya, devant l'ampleur des déperditions d'eau, estimées au 31/12/2013 à 10% sur les réseaux d'adduction et à 15% sur les réseaux de distribution, a entrepris un vaste programme de réhabilitation et de rénovation des réseaux et qui a touché, notamment, les grands centres urbains. Ce programme, qui se poursuit, ainsi que l'intervention rapide des services de l'ADE pour la réparation des réseaux endommagés ont ramené le taux de déperdition à des proportions relativement acceptables à savoir 7% sur les réseaux d'adduction et 10% sur les réseaux de distribution.

Q.O.: Le secteur des travaux publics connaît de grandes avancées dans la wilaya de Tlemcen et ce grâce aux efforts considérables consentis par l'Etat et les autorités de la wilaya. Quels sont les projets en cours destinés à améliorer l'infrastructure routière de la wilaya ?

S.A.A.: Le secteur des travaux publics de par ses retombées positives sur les autres secteurs d'activités a fait l'objet d'une attention particulière pour avoir bénéficié d'importantes enveloppes financières. La wilaya consciente de l'importance de la route comme vecteur d'équité sociale, dans le cadre du désenclavement des localités des zones éloignées et de la fluidité au niveau des centres urbains, le secteur a connu de substantielles améliorations, plus particulièrement, ces dernières années. Ces améliorations concernent, à la fois, les déviations de trafic autour des agglomérations, la modernisation d'axes routiers, la création de nouvelles routes, l'extension de profil de chaussées uniques à routes, à chaussées séparées, ainsi que l'aménagement de carrefours. C'est ainsi que pas moins de 430 km ont été réalisés durant les deux derniers exercices entre dédoublement (60 km), renfoncement et modernisation (260 km) et entretien (120 km), avec l'achèvement en 2015 du projet portant extension du port de pêche de Honaine, la réalisation de 02 échangeurs à Remchi, 02 trémies à Maghnia et Chetouane, une passerelle à Zenata ainsi que 05 ouvrages d'art à travers la wilaya. A la faveur de ces réalisations et tant d'autres, l'état du réseau routier s'est amélioré sensiblement de plus de 30% en 2015 par rapport à 2013. D'autres actions importantes sont en cours de réalisation et feront l'objet de réception durant l'exercice 2016, il s'agit du dédoublement de la RN7A entre Maghnia et Marsa Ben M'hidi sur 60 km, la réalisation de la rocade côtière entre Ghazaouet et Marsa Ben M'hidi sur 50 km, la réalisation de la liaison autoroutière à partir du port de Ghazaouet sur 13 km, la réalisation de l'évitement de Maghnia sur 11 km, l'achèvement de la RN 22 sur 58 km entre Sebdou et El Aricha, la réalisation de deux échangeurs à Remchi ainsi que l'entretien et le revêtement en béton bitumineux de divers chemins de wilaya et communaux. Dans le cadre des perspectives de développement de ce secteur, les actions suivantes seront lancées au courant de l'exercice en cours, il s'agit du dédoublement de la RN 22 entre Tlemcen et Terny sur 13 km, route considérée la plus accidentogène de la wilaya, du dédoublement de la RN 7AA entre Ghazaouet et Sidi Boudjenane sur 24 km, et l'évitement Sud de Maghnia.

Q.O.: Les capacités pédagogiques et d'hébergement de l'Université Abou Bakr Belkaïd de Tlemcen seront renforcées lors de la rentrée universitaire prochaine par de nouvelles structures. Lesquelles ?

S.A.A.: Une attention particulière est accordée au secteur de l'enseignement supérieur par notamment la réalisation de structures aptes à contenir le nombre, sans cesse croissant, de la population estudiantine. En effet et dans le prolongement des actions initiées, antérieurement, la wilaya a pris dès le mois de décembre 2013 un certain nombre de mesures visant à instaurer une dynamique réelle liée à un suivi régulier et permanent sur le terrain des projets inscrits à l'indicatif de ce secteur ainsi qu'une évaluation périodique, sur la base des réunions tenues au niveau de la wilaya en présence de l'ensemble des intervenants. Cet effort s'est traduit par le lancement en réalisation de 9000 places pédagogiques, de 2500 lits d'hébergement, d'une bibliothèque et de 02 restaurants centraux. Au plan physique, il a été procédé à la livraison en 2014/2015 de 2000 places pédagogiques, de 4000 lits d'hébergements et de 120 logements de fonction au profit du corps enseignant. Concernant les prévisions de livraison pour la prochaine rentrée universitaire, objet de votre question, il s'agit de 2000 lits d'hébergement et de 5000 places pédagogiques. Avec ces structures et tant d'autres, la wilaya est tout indiquée à prendre en charge en matière de scolarisation et d'hébergement l'ensemble des effectifs attendus durant la rentrée universitaire 2016/2017. Pour rappel, la population estudiantine au niveau de l'université de Tlemcen dépasse, actuellement, les 43.000 étudiants. Dans le cadre de la préparation de la rentrée scolaire 2016/2017 et pour atténuer la pression existante au niveau de certains établissements scolaires, les projets suivants sont inscrits dans le programmes de livraison : 07 lycées, 07 CEM, 08 groupes scolaires, 05 cantines scolaires et 03 demi-pensions.

Q.O.: Monsieur le Wali qu'en est-il du secteur de la santé ?

S.A.A.: Concernant le secteur de la santé et à la lumière des infrastructures existantes et du niveau de prise en charge des malades, la wilaya de Tlemcen du point de vue couverture sanitaire se situe bien au-delà par rapport à la moyenne nationale en matière d'hôpitaux et de polyclinique. En effet, la wilaya enregistre un indice de 2,13 lits d'hospitalisation pour 1000 habitants et une polyclinique pour 30.700 habitants contre un lit et une polyclinique respectivement pour 1000 et 48.000 habitants au niveau national. En matière d'investissement, ce secteur, de par ses retombées positives sur la préservation de la santé de la population, a bénéficié d'une attention particulière. Il a été procédé durant les exercices 2014 et 2015 au lancement d'un hôpital à Marsa Ben M'hidi, de 03 UMC et de 07 polycliniques. Les livraisons effectuées en 2014 et 2015 se présentent comme suit : un hôpital de 120 lits à Remchi, un centre de transfusion sanguine à Chetouane, 08 polycliniques. En outre, plusieurs projets sont en voie d'achèvement, il s'agit entre autres du centre anti-cancer de Chetouane. Concernant la fonctionnalité des structures sanitaires, on constate que le CHU Tlemcen et le complexe mère-enfants de Tlemcen sont exploités à plus de 100% de leur capacité normale, alors que les autres hôpitaux (Ghazaouet, Sebdou, Maghnia, Nedroma) fonctionnent à moins de 50% de leur potentiel. Le challenge donc est de faire améliorer l'efficacité des entités hospitalières dans les différentes daïras pour permettre aux patients d'être pris en charge localement et ne pas être l'objet, à chaque fois, de transfert vers la ville de Tlemcen avec tout ce que cela engendre en termes de désagréments et de stress chez le patient et ses proches. Les responsables du secteur conscients de ce défi ont entrepris la mise en place de réseaux et de protocole d'actions qui permettront de fluidifier les relations entre les différents hôpitaux et de mutualiser les moyens tant matériels que humains pour une meilleure prise en charge et une exploitation rationnelle des infrastructures dont dispose la wilaya.

Q.O.: A vous de conclure, Monsieur le Wali ?

S.A.A.: Les efforts déployés au niveau de la wilaya sont appréciables dans tous les secteurs. Toutefois, certains déficits se font encore sentir et dont la prise en charge constitue l'une de nos principales priorités. Dans ce cadre, les objectifs de la wilaya s'inscrivent bien évidemment dans la politique nationale de développement définie par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika. La concrétisation de ces objectifs fait appel au concours de tous les cadres, des élus, de la société civile, des médias, des entreprises de réalisation et surtout du citoyen dont l'implication au processus de développement local est plus qu'indispensable. Je profite de cette interview pour remercier tous les journalistes de la wilaya de Tlemcen. Toutes les portes sont ouvertes à la presse pour informer la population sur les efforts gigantesques déployés en leur direction dans tous les domaines d'activités et de les sensibiliser pour qu'ils puissent adhérer pleinement et entièrement à la politique menée par les pouvoirs publics dans le cadre de la prise en charge de leurs préoccupations. Cela dit, nous veillerons à garantir aux journalistes le droit d'accès aux sources d'information dans le souci d'assurer aux citoyens le droit à l'information.