Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

La Syrie, le journalisme chrétien et la science d'Etat en France : Lettre ouverte au journal La Croix à propos de son dossier «Quelle paix en Syrie ?»

par S. Bensmail

Suite et fin

De qui parlent ces derniers évêques? Qui défendent-ils ? Par qui sont-ils bombardés ? A qui s'adressent-ils en disant « verrouillez les portes des armements » ? A l'Armée syrienne ? À l'iranienne ? Pourquoi cette lettre de ces gens d'église parle-t-elle de « Patrie », notion férocement combattue par ces « franges islamistes » même « démocratiques », et très éloignée de leur conception politique d'un Dar el Islam réduit à un Dar el Harb pathologique – un état de guerre perpétuelle? Les auteurs ne prennent-ils pas position sans équivoque pour un retour à la stabilité de l'Etat syrien? A qui s'adresse, enfin, Mgr Gollnisch quand il demande « la sécurisation rapide des lieux où les chrétiens ont été chassés. » 68 ? Aux légions de Jobhat Nousra ou d'Ahrar el Cham ?

Pour suivre l'actualité syrienne, je peux vous dire que c'est bien l'Armée arabe syrienne, appuyée par les quelque 5000 combattants du Hezbollah (selon certains recoupements) et des groupes de volontaires irakiens et iraniens, aidés aussi par des conseillers Pasdaran iraniens et russes, que les chrétiens -sans parler des autres communautés confessionnelles et religieuses- de Syrie ont échappé au massacre général. Chaque semaine, des centaines de vidéos sur la toile, des milliers de photographies autant que de témoignages directs prouvent, indiscutablement, que le Hezbollah, pour ne prendre que lui, défend de toutes ses forces les quartiers, villages et églises chrétiennes placées sous sa protection69 .

Dans ce que je considère comme la meilleure boulangerie de notre ville, au sud de Paris, j'ai plaisir à discuter avec son aimable patron libanais. Chrétien, celui-ci me confie que son « village (chrétien) est entouré depuis très longtemps par douze villages musulmans qui le protègent ; et que le Hezbollah les protège depuis quelques dizaines d'années ». A la stupéfaction des quelques clients pressés derrière moi, sous hypnose médiatique. Pensez-vous que j'invente cette histoire ?

Pourquoi alors plusieurs familles que je connais, dont celle de l'épouse d'un ami, franco-libanaise et arménienne dont la famille vit à Beyrouth, plusieurs étudiants libanais, m'ont indiqué, au fil de mes rencontres depuis plus de vingt ans déjà, ici et ailleurs que le Hezbollah est aimé et respecté par leurs communautés respectives, qu'il accueille même en son sein des combattants chrétiens?

Comme le dit André Vitchek :

« Le Hezbollah est le seul grand mouvement dans le pays qui se bat pour le bien-être social de la population. Il se bat aussi contre Israël lorsque ce dernier envahit. Et maintenant, il est aux prises avec l'EI dans un combat épique. Mais le mouvement figure sur la liste des organisations terroristes dressées par l'Occident, parce qu'il est chiite, et parce qu'il est trop « socialiste » et trop critique envers l'Occident. »70

Chers journalistes, cher rédacteur en chef, qui lutte sur le terrain de l'horreur et de la mort brutale contre Da'ech et ses groupes satellites ? Non pas avec des avions à l'altitude prudente, mais « on the ground » ? Seuls, l'AAS, le Hezbollah71 , l'Iran, l'Armée du Yémen, ses tribus et comités révolutionnaires pas seulement Houthis (maintenant, de très nombreuses tribus sunnites - merci aux bombardements inouïs de la Coalition menée par l'Arabie saoudite dans l'indifférence générale72 !-) ainsi que des groupes palestiniens73 . Qui d'autres?

Pensez-vous qu'une demi-douzaine de sorties quotidiennes au maximum de nos 12 Rafales -qu'on a tant de mal à vendre depuis 20 ans et qui subitement sont commandés par le Qatar !- et 9 Étendards, depuis le pont de notre glorieux porte-avions « le Charles de Gaulle », voire un peu plus en comptant les bases de Djibouti et ailleurs, puisse suffire à lutter contre Da'ech? Sans blague !

Pourquoi alors les autorités étatsuniennes viennent-elles de le faire sortir, ce Hezbollah, de ses listes noires ? Pourquoi, aussi, des personnalités politiques françaises, des hauts fonctionnaires, reprennent-ils langue avec cette organisation « terroriste », de manière confidentielle ou, il y a quelque temps, publique comme avec F. Fillon, ancien Premier ministre de N. Sarkozy -qui a pris position également en faveur d'un accord 5+1 / Iran juste74 ? Pourquoi, enfin, les plus hautes autorités de la diplomatie russe -et pas uniquement elles- ont-elles des relations de plus en plus suivies et étroites avec le Hezbollah devenu un acteur incontournable au Moyen-Orient - ce qui est reconnu même dans une certaine presse à Tel-Aviv75 ?

Sur uniquement la Syrie, l'Irak et le terrorisme islamiste, et notamment, Da'ech, avez-vous pris le temps d'écouter avec attention les derniers discours de leur leader, le charismatique Seyyed Hassan Nassrallah, respecté même par les anciens chefs militaires israéliens (non pas les ambitieux proches de Bibi) ? Les médias arabes relèvent toujours, lors de ses discours, des rues, des places quasi-vidées de leurs passants du Nil à l'Euphrate. Pourquoi ? Analysez les déclarations de ce chef, homonyme par ailleurs -c'est dire l'Orient- d'un prêtre gréco-catholique, « un marathonien au grand cœur » localement respecté pour son aide à 30.000 réfugiés, dans le nord-est de la Bekaa et dont parle l'Œuvre d'Orient76 .

 Quant au président Bashar al Assad, même certains médias israéliens reconnaissent sa grande intelligence et sa haute personnalité. Par exemple, le quotidien israélien Maariv affirme, décembre 2014 :

« L'immense tâche qu'est celle d'Assad pour gérer une guerre d'usure qui dure (…) sans que sa popularité en pâtisse (…) C'est en ceci, qu'on devrait reconnaitre en Assad un leader authentique. »

Ce journal se réfère à un des commandants du front nord (frontières de Palestine occupée près du Liban) :

« Assad reste toujours le maitre dans des régions qu'il contrôle car c'est un vrai leader. Ses opposants se moquaient de lui, en disant qu'il est restera en fin du compte un ophtalmologue et pourtant, cela fait quatre ans qu'il gère une guerre d'envergure, ce qui est une tâche extrêmement ardue. »

Et le journal d'ajouter :

« Assad a l'intime conviction qu'il va finir par sauver le monde du sanguinaire Daech et le plus curieux dans tout cela est que les positions d'Assad qui suscitaient notre moquerie dans le temps, nous semblent désormais relativement logiques. »

La presse israélienne serait-elle plus libre qu'en France, monsieur Ploquin ?!

Qu'est devenu le Collège de France ?! Celui que j'ai connu grâce à André Miquel, grand spécialiste du monde arabe, dont l'œuvre et les conférences nous ont tant ravis il y a quelque trente ans ? Ce Collège dans lequel ont officié de grands penseurs libres, tels l'historien Maurice Agulhon et le sociologue Pierre Bourdieu -avec lesquels j'ai eu l'insigne honneur d'échanger ? De grands noms, sensibles aux attentes des étudiants (les plus faibles), toujours acérés dans leurs critiques des plus forts. Je pense aussi à Cornelius Castoriadis qui constatait, il y a près de 40 ans déjà, à propos de l'un des propagandistes du chaos, B. - H. Lévy, l'abandon de l'esprit libre et critique :

« Sous quelles conditions sociologiques et anthropologiques, dans un pays de vieille et grande culture, un “auteur” peut-il se permettre d'écrire n'importe quoi, la “critique” le porter aux nues, le public le suivre docilement -et ceux qui dévoilent l'imposture, sans nullement être réduits au silence ou emprisonnés, n'avoir aucun écho effectif ? »77

Comme ils nous manquent ces libres penseurs…

Quand à la FRS, dont j'ai remarqué in situ l'afflux massif et rapide d'argent et son réaménagement rapidement après le 9/11, dans son site parisien, rue Damesme, il suffit de suivre l'actualité de ses productions et rencontres pour se rendre compte que l'esprit critique, la liberté de pensée et d'expression semble peu goûtés hormis la ligne officielle de ses commanditaires et de ses bailleurs. Quel gâchis !

Dans une récente table ronde filmée sur Europe1, Emmanuel Todd, socio-économiste et (vrai) spécialiste de la Russie -l'un des trop rares intellectuels indépendants, avec Jacques Sapir de l'EHESS, à s'opposer à la bêtise de la russophobie obligatoire- déclarait que Le Monde, « journal de référence », est « menteur » et « dangereux »78 . Il pointait ce que de nombreux lecteurs et spectateurs constatent tous les jours : la presse anglo-saxonne, quand bien même très poutinophobe et russophobe, apporte néanmoins des faits au lecteur. Pour notre « prestigieux » quotidien, il n'y a même plus de présentation de faits. Triste constat de la presse écrite française en général. Que pourrait-elle faire sans la perfusion de l'État -c'est-à-dire de notre argent ?

Le choix que vous avez fait aurait pourtant pu être équilibré par des spécialistes objectifs et reconnus comme tels, en plus d'être courageux. Et il y en a, Syriens ou même Français. Nous pensons à des personnalités reconnues comme Richard Labévière, par exemple, qui expliquait dans un média russe :

« Sarkozy a réintégré la France au commandement intégré de l'OTAN… Et on pensait qu'avec François Hollande les choses seraient un peu différentes et qu'on reviendrait à une certaine vision gaulliste. Malheureusement, il n'en a rien été ! (…) Ainsi, on voit que l'on a une politique française qui s'appuie principalement sur l'Arabie saoudite maintenant dans le monde arabe… Pourquoi ? Espérant peut-être signer des contrats importants avec l'Arabie saoudite. Cela me semble une vision politique de courte vue et cela finira par un isolement diplomatique de la France, sinon la fin de la diplomatie française dans le monde arabe au Proche et Moyen-Orient ! »79

Autisme ? Ralliement à la meute des confrères ? Conformisme et autocensure ? Ligne rouge à ne dépasser en aucun cas ? Tout cela à la fois peut-être. Comme pour cette presse aussi orthodoxe, suiviste que médiocre, j'espère de tout mon cœur que La Croix saura sortir de ce maléfice, retrouver sa rationalité et son éthique -sa valeur d'exemple dont elle jouit encore, se garder de toute propagande que nous pourrions payer au prix fort80 .

Cette propagande, cette ignorance généralisée et imposée, me fait penser enfin au cri de Slobodan Despot, récemment auréolé d'un grand prix littéraire :

« Ce qui m'impressionne le plus, c'est la quantité d'ignorance et de bêtise qu'il vous faut déployer désormais pour entretenir votre guignolerie du « ramassis de brutes qu'il s'agit de débarrasser de leur dictateur caricatural et sanglant avant de les éduquer à servir la « vraie civilisation » (…) l'inculture généralisée du « chercheur » universitaire parisien qui prétend nous expliquer (leur) obscurantisme et (leur) arriération.

(…) Du coup, la propagande a tout envahi, jusqu'à l'air qu'on respire (…) et, surtout, vingt-cinq ans de guerres coloniales, calamiteuses, sales et ratées qui ont fait du Moyen-Orient, de la Bosnie à Kandahar, un enfer sur terre. (…) Votre gouvernement contre leur régime… ».81

Il y a véritablement urgence, en France comme en Europe. C'est ce dont s'alarme aussi John Pilger dans « Pourquoi la montée du fascisme est encore le problème » :

« Dans les années 1990 (…) les successeurs d'un mouvement nazi ukrainien eurent droit à leur chance. (…) L'apogée fut atteinte en 2014 quand l'administration Obama organisa un coup d'Etat à 5 milliards de $ contre le gouvernement élu. Les troupes de choc étaient des néo-nazis, le Secteur Droit et Svoboda. (…) Ces fascistes font maintenant partie du gouvernement de Kiev issu du coup d'Etat.»

Il poursuit :

« Une fois de plus, il y a un objectif sérieux. Les dirigeants du monde veulent non seulement que l'Ukraine soit une base de missiles; ils veulent aussi son économie. (…) Par-dessus tout, ils convoitent le puissant voisin de l'Ukraine, la Russie. Ils veulent balkaniser ou démembrer la Russie et exploiter les plus importantes ressources en gaz naturel de la Terre (…) Leur homme à Moscou était Boris Eltsine, un alcoolique, qui laissait l'économie de son pays à l'Occident. Son successeur, Poutine, a ré-établi la Russie en tant que nation souveraine; tel est son crime.

Notre responsabilité est claire. Il nous faut identifier et exposer les mensonges irresponsables des faiseurs de guerre et ne jamais collaborer avec eux. Il nous faut réveiller les grands mouvements populaires qui ont apporté une civilisation fragile aux Etats impérialistes modernes. Plus important encore, il nous faut résister à l'endoctrinement au nom de notre esprit, de notre humanité, et de notre dignité. Si nous restons silencieux, la victoire leur est assurée, et la menace d'un l'holocauste plane. »82

Le Père Rodrigo Miranda nous le dit encore et encore : « il faut respecter la diversité et la culture de l'autre, c'est comme cela qu'on garantit la paix », sinon, à terme, le risque est « une radicalisation toujours plus forte, qui est prête à contaminer également l'Europe, comme cela se produit sous nos yeux aujourd'hui. »83

Bien curieuse coïncidence, en cette fin de dimanche où je termine ce texte. Sortant avec mes courses d'un supermarché de quartier, un grand véhicule utilitaire Mercedes, flambant neuf, blanc étincelant, vitres noires, se gare près de ma voiture. Deux hommes athlétiques en sortent, le regard dur, coiffure militaire et tempes rasées. L'immatriculation est « UA », avec ce drapeau à fond bleu barré de jaune d'Ukrainia…

C'est bien la première fois que je croise ces gens, et je parie que vous ne me croyez pas.

Mesdames et messieurs les journalistes, ne continuez pas de scier la branche sur laquelle vous êtes assis, de couper même l'arbre qui nous relie les uns aux autres et nous protège tous.

Notes

68- Mgr Gollnisch, op. cit., p. 181

69- Lire : http://www.lefigaro.fr/international/2006/08/07/01003-20060807ARTFIG90130-les_chretiens_de_syrie_applaudissent_le_hezbollah.php

http://french.irib.ir/info/moyen-orient/item/319315-des-eglises-syriennes-que-le-hezbollah-a-lib%C3%A9r%C3%A9es

70- A. Vitchek, « Nothing is right in the middle-East » in Counterpunch, 3 avril 2015.

71- Dont je rappelle l'hypocrisie de l'UE et de la France à avoir déclaré (à la suite des USA) il y a quelques années sa branche militaire comme « terroriste » - et non la branche politique qui donne les ordres ! http://fr.sputniknews.com/french.ruvr.ru/news/2013_07_25/Le-Hezbollah-porte-sur-la-liste-des-organisations-terroristes-de-lUE-9242/

72- http://www.renenaba.com/la-lutte-pour-le-pouvoir-dans-le-sud-yemen-prosovietique/, http://www.mondialisation.ca/yemen-arabie-saoudite-arabie-saoudite-versus-houthistes-22/5447191

Et http://www.mondialisation.ca/yemen-arabie-saoudite-arabie-saoudite-versus-al-qaida-12/5446651

73- Après le récent carnage de Yarmouk à Damas, causé par l'assaut rapide de centaines de terroristes, en avril dernier.

74- Imaginez encore un peu la situation inédite de nos représentants officiels contrôlés au Liban à chaque check-point du Hezbollah ?! Il aurait fallu, pour éviter cette absurdité, s'enfermer ad vitam aeternam dans la belle Ambassade de France à Beyrouth.

75- Lire l'analyse d'Alain Chouet, ancien haut responsable de la DGSE, spécialiste du Moyen-Orient : http://fr.sputniknews.com/french.ruvr.ru/radio_broadcast/217362642/230257861/ « Le Hezbollah- le vice ministre russe des AE, Bogdanov a effectivement abordé la question de la livraison des armes russes au Hezbollah au cours de sa récente rencontre à Beyrouth avec Nasrallah » in http://axedelaresistance.com/la-russie-veut-livrer-directement-des-armes-au-hezbollah/. Lire ici aussi : http://fr.timesofisrael.com/le-vice-ministre-des-affaires-etrangeres-russe-rencontre-le-chef-du-hezbollah/ ; et ici : http://coolamnews.com/la-russie-au-service-du-hezbollah-au-conseil-de-securite-de-lonu/

76- Témoignage de Camille Jeanjean, « Liban, plaine de la Bekaa : aidons-nous chrétiens et musulmans », Œuvre d'Orient, p. 216 – 217, qui écrit : « Malgré la peur et les menaces d'être kidnappé, le père ne cesse d'unifier les communautés pour plus de dialogues. Il en fait son combat ! »

77- Nouvel Observateur, 9 juillet 1979.

78- https://www.youtube.com/watch?v=jIjAoCjYSKc

79- « Décès de la géostratégie française” : http://fr.sputniknews.com/french.ruvr.ru/radio_broadcast/67041912/276825831/ Rappelons que “la nouvelle direction de RFI, sous la houlette de Christine Ockrent et Alain de Pouzilhac, a viré, pour faute grave, un des meilleurs spécialistes de politique étrangère de la radio, Richard Labévière. Sous prétexte qu'il a commis l'irréparable en obtenant un entretien exclusif, le 11 juillet dernier, avec le président syrien. Et pire encore, en collaborant avec ses collègues de TV5, en voie pourtant de rapprochement, croyait-on, avec RFI. » M. Labévière a été licencié hier alors que la France cherche désespérément à renouer contact avec B. Assad aujourd'hui ! http://guerre.libreinfo.org/censure/presse-sous-pression/160-richard-labeviere-vire-de-rfi.html

80- http://www.mondialisation.ca/la-mise-en-place-dun-systeme-de-propagande-au-niveau-europeen/5438355. Lire l'article intéressant de Roberto Quaglia, « Seeking a Multipolar World Inside the Quite Unipolar Informational Medium » http://english.farsnews.com/newstext.aspx?nn=13930812000170

81- S. Despot, op. cit.

82- http://www.globalresearch.ca/why-the-rise-of-fascism-is-again-the-issue/5433762. Nous soulignons.

83- http://ilfattoquotidiano.fr/alep-un-cure-raconte-la-bataille-dans-la-ville-martyre-symbole-de-la-guerre-artificielle/