Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

La notion de culture

par Nouri Tayeb

Dans le cadre d'une bonne éthique et loin de toute polémique j'essaye d'apporter une contribution à la notion de culture et de montrer ses moutures sans aucune haine ni la moindre parjure.

 L'étymologie du mot culture vient en fait du mot latin colere qui veut dire «habiter» et aussi «cultiver», montrant qu'il se réfère à l'action humaine d'une manière générale. Il était utilisé dans le domaine de l'agriculture principalement.

 Le consul et orateur romain Cicéron fut le premier à appliquer le mot de l'agriculture à l'être humain. Il dit dans tusculane : Un champ si fertile soit-il ne peut être productif sans culture, et c'est la même chose pour l'humain sans enseignement.

 Si dans le dictionnaire encarta il est dit que la culture est la somme de connaissances propres à élever l'individu moralement et intellectuellement, le Larousse parle d'ensemble de connaissances acquises. On voit donc que la culture est synonyme de connaissance et que l'être cultivé est celui qui connait.

 l'UNESCO quant à elle donne la définition suivante : la culture, dans son sens le plus large, est considérée comme l'ensemble des traits distinctifs, spirituels et matériels, intellectuels et affectifs, qui caractérisent une société ou un groupe social. Elle englobe, outre les arts et les lettres, les modes de vie, les droits fondamentaux de l'être humain, les systèmes de valeurs, les traditions et les croyances- déclaration de Mexico d'août 1982-. Cette définition est plus globale et donne à la notion de culture une dimension pluridisciplinaire. Le fait de restreindre son sens à la danse ou au folklore est erroné. Les traits culturels peuvent englober aussi bien l'art de cuisiner, la manière d'aimer ou de haïr aussi bien que la manière de gouverner !

 Si dans le cadre d'une manifestation culturelle d'un groupe ou d'une tribu on arrive à cerner l'art de cuisiner, la méthode de pensée, les aspirations de ce groupe et leurs traits affectifs on est des gens de culture. Si par contre on laisse place au folklore il ne représente qu'un peu d'histoire de cette peuplade et n'aide à aucun développement et ne peut être taxé de culturel mais de folklorique ou historique pour être précis.

 L'action culturelle est une somme de connaissances qui va de la manière de se vêtir et de danser à la manière de penser ainsi que du culte avec ses us et coutumes mais aussi la philosophie de ce que peut être pour les groupes comme «la cité idéale» de Platon ou la cité vertueuse d'el-Farabi. La culture c'est un mode de vie issu du passé avec des passerelles pour l'avenir. La culture c'est le génie des artistes, la plume des auteurs, la vie dans les yeux des acteurs, un air des chanteurs mais aussi la lutte contre les oppresseurs et tout militant contre la mal-vie et les horreurs. Notre manière d'agir, de cerner les problèmes ou de les résoudre constitue des éléments culturels. Il y a la culture artistique, littéraire, ancestrale, spirituelle, religieuse, scientifique, mais aussi on peut parler de culture d'anticipation, de prévision… on peut tout y mettre.

 Dans ce contexte culturel les maitres soufis et les chercheurs spirituels ont donné une importance capitale à la connaissance du soi et de l'esprit dans la recherche de la vérité gnostique. Ils ont rapporté une citation du Prophète que la paix soit sur lui disant que celui qui s'est connu soi-même a connu son Seigneur. Chaque individu doit se connaitre en matière de capacité, d'attributs, de force et de faiblesse aussi pour prétendre connaitre son Seigneur. Par opposition celui qui ne se connait pas ne peut connaitre son Créateur.

 La culture c'est la quintessence de la connaissance et l'esprit de toute science et c'est dans ce cadre précis qu'on rapporte qu'Ibn-Abbès a expliqué dans son interprétation du Coran que l'adoration c'est la connaissance. Cette notion de connaissance entraine d'autres facteurs très importants qui sont l'observation et l'analyse. La notion de culture ne se cantonne pas dans la vision du passé seulement mais pousse le connaisseur à se projeter sur l'avenir c'est-à-dire le devenir. Un être cultivé est celui qui répond aux questions mais qui les pose aussi sans complexe. La démocratie, les droits des citoyens et les valeurs humaines sont des perles à ajouter aux actes culturels tels que définis par l'organisation UNESCO. D'ailleurs l'histoire a démontré que les dictatures sont les pires ennemis de la culture comme la citation prêtée à Goebbels ministre de la propagande dans le régime nazi qui a dit :» quand j'entends le mot culture je sors mon revolver».

 L'acte culturel c'est aussi l'amour qui doit nous bercer toujours pour vaincre l'exclusion et les faux détours et instaurer une véritable culture «cultivante» et une voie de lumière tonifiante et de saines têtes pensantes sans envie de retour à des grimaces et singeries qui nous sont présentées comme …culture.