Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Le vaccin Sputnik V produit en Algérie en septembre

par Abdelkrim Zerzouri

Malgré les nombreux blocages pratiqués sur le plan international, notamment au niveau des pays de l'Union européenne, le vaccin russe «Sputnik V» tient bon.

L'Algérie, qui a acquis son premier lot de vaccin de cette marque le 29 janvier 2021, commencera à produire localement le vaccin anti-Covid «Sputnik V», par le groupe public Saidal, en partenariat avec le laboratoire russe, à partir de septembre prochain, a annoncé, hier mercredi 7 avril, le ministre de l'Industrie pharmaceutique, Lotfi Benbahmed. «Après avoir relevé beaucoup de défis relatifs à la Covid-19: médicaments, masques, oxygène, tests, etc., nous devons aujourd'hui relever le défi du vaccin. Nous serons au rendez-vous à la rentrée prochaine.

En septembre, nous serons prêts à produire un vaccin algérien», a déclaré M. Benbahmed sur les ondes de la Chaîne III de la Radio algérienne. Soit dans le délai annoncé par le président de la République dans son discours à la nation le 18 février dernier, où il a révélé que le vaccin russe contre le coronavirus, Sputnik V, sera fabriqué en Algérie dans les six (06) à sept (07) mois à venir.

Ce projet sera concrétisé au niveau de l'usine Saidal de Constantine, grâce au transfert technologique assuré par les Russes, à travers une plateforme numérique accessible aux experts algériens, et qui rassemble toutes les données nécessaires pour la fabrication de «Sputnik V», selon trois phases: la culture cellulaire, la répartition aseptique et le contrôle biologique. «Trois comités englobant des experts de Saidal, des universitaires, des centres de recherches, l'Institut Pasteur et des cadres du ministère, travaillent actuellement d'arrache-pied sur le transfert de la technologie offert par le fonds russe», a assuré le ministre. Outre le partenaire russe, le groupe Saidal sera accompagné par un laboratoire indien leader dans la fabrication de ce type de produit et qui a déjà produit des vaccins anti-Covid dans d'autres pays. Rappelant que ce projet est un moyen pour l'Algérie d'atteindre la «souveraineté sanitaire», M. Benbahmed a souligné que les vaccins produits localement seront également destinés aux différents pays de la région. Ce qui laisse croire que la production sera supérieure aux besoins de l'Algérie. «L'Algérie sera intégrée dans la mondialisation de la production de vaccins, elle aura toute sa part et toute sa responsabilité dans la vaccination des populations africaines», a-t-il affirmé. D'autres pays comptent également produire le vaccin russe ‘'Sputnik V'', dont le plus avancé sur ce registre reste l'Italie, qui a annoncé le mois de juillet pour l'entame de la production de ce vaccin. Rappelons dans ce contexte que le vaccin russe n'a pas encore été homologué par l'Agence européenne des médicaments (AEM) malgré une efficacité de 91,6% confirmée par la revue médicale ‘'The Lancet'', mais cela n'a pas empêché des pays de l'Union européenne (UE) de passer commandes au laboratoire russe, dont la Hongrie, la République tchèque, l'Autriche et la Slovaquie. Allant plus loin, d'autres pays de l'UE cherchent à produire chez eux le vaccin ‘‘Sputnik V''. Le Fonds souverain russe (RDIF) a annoncé, le 15 mars dernier, que des accords de production du vaccin avaient été trouvés «avec des sociétés d'Italie, d'Espagne, de France et d'Allemagne», dans l'attente de son homologation dans l'UE. «Il y a actuellement d'autres pourparlers en cours pour augmenter la production dans l'UE», avait relevé dans un communiqué le patron du Fonds, Kirill Dmitriev.