Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Mis en veilleuse durant un laps de temps: Le projet de l'ensemble promotionnel prévu à la Calère remis sur rails

par H. S.

Mis en veilleuse durant un laps de temps, le projet du promotionnel de haut standing sur la place de la Pêcherie semble refaire son plein d'énergie pour repartir de plus belle. Son promoteur, l'Agence foncière, a déjà choisi l'entreprise de réalisation, déposé le dossier du permis de construire et celui du génie civil auprès de la CTC.

Au design architectural moderne sous forme d'un navire, moitié car-ferry, moitié bâteau de plaisance, cet ensemble mobilier immobilier multifonctionnel de haut standing conjugue le promotionnel intégré et les divers services gravitant autour du thème de la mer: restauration spécialité poissons et fruits de mer, shopping axé sur les activités nautiques, petit musée de la Méditerranée retraçant, notamment, l'histoire du littoral oranais avec effet ‘zoom' sur le port d'Oran, salle d'expositions agrémentée d'un grand aquarium, espace de jeux pour enfants... avec à la clé un parking souterrain. L'idée d'aménager le terrain escarpé, un talus assez abrupt du fait du dénivellement entre la route d'en haut (voie qui monte vers Sidi El-Houari via le nouveau rond-point de la Pêcherie) et la route d'en bas (voie longeant le port de pêche et débouchant sur ‘Bastos') qui se trouvait dans un piteux état et clochardisait tout le périmètre, avec notamment le vieux et dégradé massif en béton à l'arrière-fond qui servait autrefois de mur de soutènement, suggère donc de résorber un point noir, non pas au moyen trop facile d'un cache-misère (mur en voile, panneaux pub trompe-l'œil, espace vert tape à l'œil...) comme cela se faisait en d'autres temps, mais par la réalisation d'un projet bien étudié qui sied à ce haut lieu de tourisme -du moins c'est la nouvelle vocation qu'on veut imprégner à ce site.

Une démarche inclusive et interactive

Belkacem Sayeh, directeur par intérim de l'Agence foncière de la wilaya d'Oran, maître d'ouvrage du projet, indique que le bureau d'étude a été déjà choisi. Il y a lieu de rappeler que six BET avaient été présélectionnés dans le cadre du concours d'architecture lancé par l'Agence foncière relatif à ce projet immobilier prévu sur le site de la Calère. Après avoir passé au crible les dossiers techniques des soumissionnaires, au nombre de 12, le jury technique, installé par arrêté, signé par le SG de wilaya, et dont étaient membres le Conseil local de l'Ordre des architectes et des Associations à caractère patrimonial notamment, avait retenu 6 pré-qualifiés, en vue de l'étude et l'évaluation des prestations ainsi que les offres commerciales de ces « finalistes ». Suivi de très près par la wilaya, le projet de la Calère, qui relève d'un processus de réaménagement et de revitalisation du périmètre Pêcherie-Sidi El Houari, avait fait l'objet d'une mise en concurrence de maîtres d'œuvres avec comme élément-condition de conception que l'ensemble immobilier doit s'intégrer, harmonieusement, dans l'environnement du secteur à sauvegarder de Sidi El-Houari tout en ayant une fonctionnalité en rapport avec son emplacement en plein cœur de la Marina, avec à la clé une nouvelle approche basée sur la mixité d'usages pour établir une relation explicite ville-mer. Il faut noter que dans le cadre du plan de revitalisation de ce pan névralgique de la carte de la ville, tout un dispositif de mise en perspective et d'ouverture s'est inscrit dans la structure paysagère et urbaine projetée où la Marina se retrouve en première ligne. Sur les directives de la wilaya, la démarche adoptée pour la conception du projet immobilier du site de la Calère aura été inclusive, participative, ouverte à tous les acteurs professionnels et associatifs en rapport avec l'architecture, l'urbanisme, le paysagisme et la sauvegarde du patrimoine. A cet effet, des séances de travail pour l'échange d'idées, le débat et la concertation, ont regroupé les responsables de l'Agence foncière et la DUAC, des techniciens de la cellule rattachée au cabinet du wali avec des représentants du Conseil local de l'Ordre des architectes et des Associations à caractère patrimonial, lesquels ont été inclus, à juste titre, dans la composante du jury technique du concours de maîtrise d'œuvre.

Un nouveau rapport ville-mer

Ainsi, coup sur coup, les opérations s'enchaînent-elles à la Pêcherie pour métamorphoser ce site, qui incarne le mieux cet immobilisme délirant qui a longtemps plombé la ville sur le plan aménagement et ameublement urbains. Portant bien mal son nom jusque-là, la Pêcherie sort enfin sa tête de l'eau, lève l'ancre, largue les amarres, prend le large vers la terre, réconciliant sa ville avec sa mer. Après la reconfiguration de l'axe reliant la rue John Fitzgerald Kennedy au tunnel de la Corniche, la démolition d'un petit pâté d'immeubles menaçant ruine et sans aucune valeur en vue d'aménager, au lieu et à la place un mini-jardin citadin, la mise en lumière du tunnel par un éclairage d'ambiance, l'aménagement par paliers successifs de Scaléra...c'est au tour de l'Agence foncière d'entrer en scène pour donner corps à une autre idée. Celle d'un aménagement immobilier multifonctionnel de grand standing combinant le promotionnel et les divers services en rapport avec le thème port-mer.

Ainsi, ce mobilier urbain à forte consonance touristique en rapport avec la thématique mer-pêche-plaisance, du fait de sa proximité, plutôt sa centralité par rapport à la carte du périmètre de la Pêcherie, se veut-il un point d'amorce pour le réaménagement urbain, pour la nouvelle logique d'urbanisation qui s'appuie sur le nouveau POS de Sidi El-Houari « partie haute », de toute la partie basse d'Oran-ville, à partir du bas-relief de la Marina qui embrasse la mer et en montant graduellement vers le haut : Scaléra, place Kléber, dans le sens menant vers Cité Petit via le boulevard Stalingrad et la route de Ras El-Aïn, comme dans le sens du labyrinthe montagneux débouchant sur la Chapelle de la Vierge, le Fort de Santa Cruz et le Plateau de Moulay Abdelkader, en serpentant, à travers le dédale mi-forestier mi-illicite des Planteurs... En attendant le « retour » du téléphérique qui tarde à venir. Le maître d'ouvrage a, d'ores et déjà, préparé le terrain en démolissant deux kiosques illicites et en procédant à des travaux d'excavation pour mettre à plat le sol, tout en clôturant l'assiette pour sécuriser le site et minimiser les désagréments. D'une emprise au sol de 2.265 m², cet ensemble est d'une structure R+5 avec un niveau en sous-sol et un parking souterrain de 45 places. Deux mezzanines sont prévues ainsi que des restaurants, des bureaux, des espaces polyvalents, 30 appartement de types F3 et F4, notamment.