Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Automobile: La 1re pierre de l'usine Peugeot le 21 juillet

par Sofiane M.

Le projet de l'usine de montage des véhicules Peugeot et Citroën, à Tafraoui, dans la wilaya d'Oran, qui a connu de nombreuses péripéties ces deux dernières années, peut enfin aller de l'avant. Le groupe PSA avance la date du 21 juillet en cours pour la pose de la 1re pierre de l'unité de production. La cérémonie qui sera présidée par Jean-Christophe Quémard, vice-président exécutif du groupe de la zone Moyen-Orient et Afrique, sera aussi l'occasion pour la signature des conventions avec les fournisseurs qui accompagneront le groupe PSA, dans ce projet.

L'instabilité politique et les dernières restrictions imposées par le gouvernement aux industries de montage (CKD-SKD) ne semblent aucunement décourager le groupe PSA. Les managers de Peugeot Citroën Production Algérie ont-ils obtenu des garanties de la part du gouvernement ? La réalisation d'une usine de montage de véhicule, dans cette conjoncture économique difficile, caractérisée par des restrictions sur l'importation des kits CKD-SKD sera-t-elle rentable pour le groupe français ? Pourquoi le groupe PSA, qui avait mis le projet de l'usine en stand-by depuis février dernier, date de l'obtention du permis de construire, a décidé de relancer les travaux de construction ? Pour les observateurs avisés, la décision de relancer le projet de l'usine de montage de véhicules n'a rien de fortuit, mais elle a été murement réfléchie par les managers du groupe français. La réalisation de cette usine ne serait en fait qu'un «prétexte», selon des observateurs, pour le groupe qui espère profiter des nouveaux quotas des kits CKD-SKD appliqués, en juin dernier, par le gouvernement pour réduire la facture des importations. L'enjeu est de taille : entre 300 et 600 millions de dollars par an, pour chaque constructeur «agréé». Le gouvernement a décidé, en juin dernier, l'application des quotas des kits CKD-SKD utilisés dans le montage automobile afin de réduire la facture des importations. Les quotas alloués pour l'année 2019, aux quatre constructeurs automobiles, dont les projets et les programmes de production (modèles) ont été validés par le Conseil national de l'Investissement (CNI) avaient été communiqués par la direction des Douanes.

Le document, daté du 30 mai dernier, précise que le montant alloué à la SPA Renault-Algérie Production (RAP), pour cette année, est de 660 millions de dollars, dont 50% sont destinés aux véhicules d'une cylindrée inférieure à 2.000 cm³. Les modèles validés de ce concessionnaire franco-algérien sont la Renault ‘Symbol', la ‘Clio 4' et la ‘Dacia Sandero stepway'. Le montant alloué à la SARL Tahkout manufacturing company (Hyundai), a été plafonné, quant à lui, à 360 millions de dollars, dont 50% sont réservés aux véhicules d'une cylindrée inférieure à 2.000 cm³. Les modèles validés par le CNI de ce concessionnaire sont: Hyundai Tucson, Santarém, Accent RB, Sonata, I10, I 20, et Créta. S'agissant du montant alloué à la SPA ‘SOVAC Production', il a été plafonné à 600 millions de dollars, dont 50% sont réservés aux véhicules d'une cylindrée inférieure à 2.000 cm³. Les modèles validés de ce constructeur algéro-allemand, sont le Caddy, la Golf, la Skoda octavia et la Seat ibiza. Enfin, le montant alloué à la SARL Gloviz (KIA) est 380 millions de dollars, dont 50% consacrés aux véhicules d'une cylindrée inférieure à 2.000 cm³. Trois modèles sont validés au compte de ce constructeur algéro-sud-coréen: la KIA Rio, Cérato et la Picanto.

L'Algérie a importé pour plus de 1,234 milliard de dollars de kits (CKD-SKD) destinés au montage automobile durant les 4 premiers mois de 2019, contre plus 1,025 milliard de dollars à la même période de 2018, soit une hausse de près de 20,36%. Le montant de l'importation des collections SKD utilisées dans le montage des véhicules légers a atteint 928,07 millions de dollars durant les 4 premiers mois de 2019, contre 882,44 millions de dollars à la même période de 2018, soit une hausse de 45,63 millions de dollars (+5,17%), a précisé la direction des Etudes et Prospectives des Douanes (DEPD). Il est à rappeler que c'est en marge du COMEFA (Comité mixte économique franco-algérien), le 12 novembre 2017, et en présence de l'ex ministre de l'Industrie et des Mines, Youcef Yousfi, que le Groupe PSA avait signé, avec ses partenaires algériens, les sociétés Condor Electronics, Palpa Pro et l'Entreprise nationale de production de machines-outils (PMO), l'accord de co-entreprise pour l'installation d'une usine de production en Algérie.