Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Les F et les E d'abord 2 (Suite et fin)

par Mimi Massiva

L'exploration occidentale a noté le cas de deux tribus africaines voisines ayant les mêmes moyens de survivance. L'une vivant misérablement avec des femmes fatiguées et des enfants souvent malades. L'autre, tout le contraire. La seule différence constatée par les chercheurs c'est l'espace réservé à la femme. Chez les uns, elle n'avait pas le droit de sortir de la case. Par contre, chez les autres, elle n'avait aucune barrière à respecter sauf la participation à la guerre. Au moment des conflits, qui étaient fréquents, la femme libre contrairement à l'emmurée pouvait remplacer l'homme dans les champs pour sauver sa famille de la famine. Le monde arabe est un bon exemple, dernier pour le facteur humain, du plus petit au plus grand. Ce qui fait que pour le déstabiliser, l'accaparer dans ses griffes, l'Oncle Sam n'a pas trouvé mieux que de le «réislamiser» via la charia qui n'est applicable qu'au féminin. Subtile arme de destruction massive à double tranchant et multiples profits. Ah si elle pouvait fonctionner contre le dragon chinois ! Pays des mères tigresses qui dressent leurs rejetons à étudier dans les universités américaines et passer le week-end à bouquiner au lieu de profiter des distractions que sait offrir la magie étasunienne. Miracle du pays d'un Mao qui n'a pu voir la politique qu'au bout d'un fusil. Plus malins, les descendants préfèrent réadapter la philosophie de Confucius. En 1979, les responsables chinois étaient encore novices dans la compréhension du monde. Ils avaient le choix entre demander de l'aide aux USA ou faire appel à leurs cerveaux à l'étranger. Ils optèrent pour ce dernier. La diaspora d'outre-mer représentait 55 millions de personnes avec un poids financier de plus de 2.000 milliards et dont l'influence s'étendait à plusieurs pays : les Philippines, l'Indonésie, la Malaisie, Taïwan, etc. (12) On imagine, un jour, la Régence faire appel à la diaspora algérienne de l'étranger.

Etant donné qu'il y aura toujours une Régence pour la simple raison que, pour les maîtres du monde, elle est synonyme de l'Algérie à 100%. Quand Ferhat Abbas disait que j'ai cherché la nation sans la trouver, au lieu de le traiter de traître, il fallait l'aider à la trouver ou à la fabriquer. On dit bien que l'humanité dont on se méfie est celle qu'on reconnaît au fond de soi-même. Pourquoi de Gaulle jurait ainsi «je ne confierai jamais l'Algérie à un Ferhat Abbas ! » ? Et un Stora, réputé historien du FLN, écrire «Une Autre Algérie» avec Ferhat Abbas ? Idem pour la France où un Philippe de Villiers fait l'événement avec le livre «J'ai tiré sur le fil du mensonge et tout est venu». Un fil révélant que les pères fondateurs de l'Europe étaient des nazis, documents allemands déclassés à l'appui. Paris ne s'est pas mis à brûler et le Général n'a pas jailli en zombie de sa tombe. Et dire qu'on a vendu l'UE aux Français comme l'enfant légitime de la Resistance. Idem, quand on a juré aux pauvres parents, hostiles à la peine capitale, que les monstres violeurs et assassins d'enfants n'échapperont pas à la perpétuité. De nos jours, ils sont libérés avant que le bébé, né au moment de leur arrestation, n'atteigne l'âge de l'école maternelle.

Pire, il est question, de nos jours, du consentement de l'enfant. Le même truc utilisé quand on parle du consentement de la première épouse concernant la polygamie. Ou de celui du mariage d'enfants remis à la mode dans le monde arabo musulman pour s'adapter au marché qui va avec. Le consentement comme le refus n'a de sens qu'entre deux forces égales. Dans l'inégalité, il n'y a que la soumission. Quel résultat ont obtenu les Indignés en Espagne, le mouvement Occupy aux USA, pour ne parler que des poids lourds ? 2 ans après la Révolution française, les révolutionnaires signaient des lois pour abolir le droit de grève aux paysans tout en épargnant les patrons. Aux USA, à la veille de l'indépendance, 20% de la population blanche avaient un revenu annuel à 50 livres et plus de 1.000 pour 10% qui possédaient la moitié des biens. Deux siècles plus tard, en 1976, le pourcentage des plus riches a été divisé par 2. (13). En 2019, on parle du 1% accaparant 80% des richesses. Et quand on sait que la majorité des pauvres sont des femmes, tout est dit.

Constitution ou pas, indépendance ou pas, les «misérables» se suivent et se ressemblent avec une constante : le contrôle hégémonique de la classe des nantis. En 1870, un juriste américain écrivait : «tout gouvernement, sans exception, n'est qu' «une association secrète de voleurs et d'assassins.» Avec une logique implacable, il démontrait que toute législation est opposée au Droit naturel. Concernant la Constitution américaine: «Elle n'a nulle autorité ou obligation quelle qu'elle soit, si ce n'est un contrat entre un homme et un autre... Non seulement la Constitution n'a jamais été signée par quiconque, mais elle n'a jamais été remise par quiconque à l'agent ou au mandataire de qui que ce soit.

Par conséquent, elle ne saurait avoir plus de valeur en tant que contrat que tout autre document qui n'eut jamais été ni signé, ni remis. » (14) Que dire de la Constitution algérienne sans hululer : «Art 29 – Les citoyens sont égaux devant la loi sans que puisse prévaloir aucune discrimination pour cause de naissance, de race, de sexe, d'opinion... Art 36 – La liberté de conscience et la liberté d'opinion sont inviolables... Art 51- Le droit de créer des partis politiques est reconnu et garanti... les partis politiques ne peuvent être fondés sur une base religieuse...» Et dire qu'il y a au moins, d'après les chiffres officiels, 80% d'Algériens qui savent lire et écrire. Parmi eux, une bonne moitié d'Algériennes coincées dans l'asile du double C : Code - Constitution. Ce n'est pas facile de retirer à Zid ce qu'on a dérobé, hier, à Bouzid(a). D'où peut venir la délivrance, s'interroge une Assia Djebar condamnée au nulle part dans la maison de son père. Pourtant, forgeron de sa notoriété. Pas de la France actuelle, sans Code de la Famille, mais membre influent de l'UE qui est en train d'étudier la légalisation de la charia pour les musulmanes sans parler des espaces réservés aux femmes pour les protéger du viol. Il n'y a pas mieux qu'une discrimination pour réparer une discrimination afin que le viol soit pour tous. Quand il ne suffit plus de diviser le citoyen et la citoyenne, il faut aussi diviser le croyant et la croyante, l'incroyant de l'incroyante, et ainsi de suite. Progression géométrique au bout du balai de la sorcière.

La République sied mieux à l'imagination que la dictature. Elle a réussi à remplacer le mot père et mère et s'affiche ennemie jurée d'un gouvernement hongrois 3 fois élu démocratiquement. Ce dernier est coupable d'avoir inscrit dans la Constitution qu'un enfant a un père et une mère et que son pays a des racines chrétiennes. Pauvre Hongrie, terrorisée de se retrouver une seconde fois sous l'emprise ottomane. On doit logiquement s'attendre à ce que les élites européennes dominantes ne tardent pas à se convertir fissa à l'Islam. Et la Hongrie à se mettre à l'abri sous les bombardements de l'OTAN. Sinon, il y a un problème... pour les musulmans de souche. Hier traités de «fous de Dieu», les voilà subitement encensés pour leurs croyances par les premiers de la classe. Les convertis à la messe du casino à défaut d'église. Hier, rasant les murs, voilà les bougnouls devenus mabouls saccageant toutes les lignes rouges y compris en s'attaquant aux Blanches. Les extrêmes sont terriblement brisants pour les pauvres escargots que nous sommes restés. Que dire du viol mental.

La misère décrite par Feraoun, Hugo, Zola ou Dickiens est un conte pour enfants sages quand on lit : «Nous professionnels de la santé et de la petite enfance, souhaitons alerter l'opinion publique des graves effets d'une exposition massive et précoce des bébés et des jeunes enfants à tous les types d'écrans...

Nous recevons de très jeunes enfants stimulés principalement par les écrans, qui à 3 ans, ne nous regardent pas quand on s'adresse à eux, ne communiquent pas, ne parlent pas. Ne recherchent pas les autres, sont très agités ou très passifs... Les explorations du bébé avec les objets... sont bloquées ou perturbées, ce qui empêche le cerveau de l'enfant de se développer de façon normale. Ces deux mécanismes, captation de l'attention involontaire et temps volé aux activités exploratrices, expliquent à eux seuls les retards... chez les enfants en dehors de toute déficience neurologique.» (15) Très agité ou très passif, n'est-ce pas la description du déséquilibré, de l'hypnotisé. Objectif du programme nazi inspiré du livre Propaganda, la Bible des politiciens, du double neveu de Freud, Edward Bernay (1928). Pour Noam Chomsky, la propagande est à la démocratie ce que la violence est à un Etat totalitaire. C'est que le descendant du maître de la psychiatrie se vante de savoir «comment manipuler dans une démocratie» et de concevoir le «Gouvernement invisible».

Domaine d'une poignée de dieux qui n'ont même pas le courage d'assumer la victoire dans la visibilité. Et dire qu'ils accusent la foule de se flageller à «la main invisible» pour les nuire. Propaganda qui fait de la foule l'ennemie du peuple avec le sommaire : «1- Organiser le chaos. 2-La nouvelle propaganda. 3-Les nouveaux propagandistes. 4 -La psychologie des relations publiques. 5- L'entreprise et le grand public. 6- La propagande et l'autorité publique. 7- La propagande et les activités féminines. 8- La propagande au service de l'éducation. 9- La propagande et les œuvres sociales. 10- L'art et la science. 11- Les mécanismes de la propagande.» Ce fils du frère de madame Freud et de la sœur de Freud n'a rien oublié : «La minorité a découvert qu'elle pouvait influencer la majorité dans le sens de ses intérêts... De nos jours, la propagande intervient nécessairement dans tout ce qui a un peu d'importance sur le plan social, que ce soit dans le domaine de la politique ou de la finance, de l'industrie, de l'agriculture, de la charité ou de l'enseignement. La propagande est l'organe exécutif du gouvernement invisible.»

Exemple : comment s'y est pris le Bienné, pour faire sauter le tabou qui interdisait à une femme de fumer en public ? Permettre ainsi à l'industrie du tabac, c'est-à-dire à un George Washington Hill, président de l'American Tobacco Co., de doubler ses profits : «La ville de New York tient chaque année, à Pâques, une célèbre... parade. Lors de celle de 1929, un groupe de jeunes femmes avaient caché des cigarettes sous leurs vêtements et, à un signal donné, elles les sortirent et les allumèrent devant des journalistes et des photographes qui avaient été prévenus que des suffragettes allaient faire un coup d'éclat. Dans les jours qui suivirent, l'événement était dans tous les journaux et sur toutes les lèvres. Les jeunes femmes expliquèrent que ce qu'elles allumaient ainsi, c'était des «flambeaux de la liberté (torches of freedom)»...» Tout un symbole pour que s'impose le droit de la femme à fumer en public. Résultat : le cancer des poumons est en train d'être la première cause de mortalité des femmes en Occident.

Le Neandertal a réussi à survivre 2 millions d'années en symbiose avec la nature. Âgé d'à peine 100.000 ans, Sapiens ne fera pas de vieux os. La prophétie scientifique la plus optimiste lui donne au maximum 1.000 ans supplémentaires. Il y a quelques mois, 15.394 scientifiques de 86 pays se sont mobilisés pour lancer un ultime avertissement. Changer tout de suite de cap ou c'est la catastrophe. Aux dernières nouvelles, c'est eux qu'on persécute, nous dit Bernard Stiegler. Souvenons-nous des Algériens qui dénonçaient la corruption de leur chef et qui se retrouvaient en prison accusés de corruption. Certains rendaient l'âme sans avoir revu le soleil. Sans parler de la double peine quand il s'agissait d'Algériennes... Pas étonnant, qu'à l'aveuglette, les femmes donnent déjà l'alerte avec le Child free (zéro enfant) et son contraire (un maximum d'enfant). Questionné sur ce qui se passe en Algérie, Michel Drac, expert à disséquer le problème et à problématiser la solution, avoue son ignorance avant de lancer : «Il y a 4 ans, l'Algérie avait de 200 milliards de réserves.

De nos jours, il en reste moins de 100.

Dans 4 ans ...» On suppose qu'on n'a pas encore atteint le zéro. Et ces rues qui se féminisent gonflées de youyous, comme toujours. A ces moments-là le fils, le père, le frère et l'époux ont besoin de la mère, la fille, la sœur et l'épouse. Avant de les trahir et de se trahir. Le pouvoir excessif sur l'autre est déjà plus qu'une injustice en soi. Sans parler de celle de Dieu évoqué par Camus dans l'Homme révolté, en précisant que les lois sont censées être d'inspiration divine. Il ne reste plus à la femme qu'à se demander pourquoi continuer à nourrir la bête si au final cette dernière finirait par la dévorer ainsi que sa progéniture...

12- Mohamed Hassa, site Michel Midi, Géostratégies US face à un monde qui change

13- Une politique de l'Inégalité (Pierre Dommergues)

14- Lysander Spooner, Outrage à chefs d'Etat

15- Collectif 2017, le Monde.fr 31/05/2017