Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Suite aux nouvelles mesures de promotion du personnel: Le syndicat des corps communs de l'Education annonce des actions de protestation

par Sofiane M.

Les corps communs de l'Education nationale sont en ébullition. La cause est la dernière annonce des nouvelles mesures en faveur du personnel du secteur concernant le dossier de la promotion.

Le Syndicat national des corps communs et des ouvriers professionnels de l'Education nationale (SNCCOPEN), qui dénonce dans un communiqué l'exclusion des corps communs de ces nouvelles procédures, a annoncé deux rassemblements de protestation devant la direction de l'Education pour dénoncer cette stratégie de ségrégation menée par la tutelle. Deux sit-in sont ainsi programmés le mercredi 18 et le lundi 23 avril en cours par cette organisation syndicale. Une plate-forme de sept revendications a été élaborée par cette organisation syndicale.

Il est question de l'abrogation des articles 19 et 22 du statut général de la fonction publique, la révision à la hausse des salaires, la majoration de la prime de rendement à 40%, la promotion des corps communs titulaires de diplômes universitaires, l'intégration effective des laborantins dans le secteur et la création d'une prime spéciale pour les ouvriers professionnels. Le syndicat a aussi prévu des rassemblements régionaux à Annaba, Bordj Bou Arreridj et Ouargla.

Un sit-in national est également annoncé dans les prochains jours dans la capitale. Il est à rappeler que les articles 19 et 22 du statut général de la fonction publique stipulent que «Les emplois correspondant à des activités d'entretien, de maintenance ou de service, dans les institutions et administrations publiques, sont soumis au régime de la contractualisation (…) les agents visés sont recrutés, selon le cas et en fonction des besoins des institutions et administrations publiques, par voie de contrat à durée déterminée ou indéterminée, à temps plein ou à temps partiel. Les emplois qu'ils occupent ne leur confèrent ni la qualité de fonctionnaire, ni le droit à une intégration dans un grade de la fonction publique».

Le syndicat autonome dénonce la spoliation des acquis sociaux des corps communs réduits par le statut général à la précarité de l'emploi. Il exige la titularisation automatique de toutes les recrues. Il importe de noter que la ministre de l'Education nationale, Nouria Benghebrit, a annoncé, jeudi 5 avril en cours, de nouvelles mesures en faveur du personnel du secteur concernant le dossier de la promotion et ce sur orientation du président de la République, Abdelaziz Bouteflika. Intervenant lors d'une conférence de presse à l'issue de sa réunion avec cinq syndicats au siège du ministère, Mme Benghebrit avait indiqué que la rencontre a permis d'informer le partenaire social d'une série d'instructions ministérielles données sur orientation du président de la République Abdelaziz Bouteflika, précisant que ces procédures relatives au dossier de la promotion «ont été prises en dépit de la crise, en consécration du principe de l'attachement à la politique de la solidarité nationale et à la justice sociale».

Qualifiant ces nouvelles procédures relatives au dossier de la promotion «d'importantes», la ministre a souligné qu'il sera procédé durant 2018 et 2019 à la même modalité de promotion suivie durant les années 2015, 2016 et 2017. Elle a ajouté que cette procédure permettra à la commission installée au niveau du ministère composée de représentants des partenaires sociaux de veiller sur la transition de la promotion «sociale» au mérite pédagogique.