Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

L'ambassadeur US: Les relations entre les Etats-Unis et l'Algérie «sont prometteuses»

par R. N.

Le nouvel ambassadeur des Etats-Unis, en Algérie, John Desrocher a prononcé, lundi, son premier discours à l'Institut Diplomatique et des Relations Internationales (IDRI), dans lequel il a affirmé «que les relations bilatérales entre les Etats-Unis et l'Algérie sont prometteuses».

Selon l'ambassadeur US, le «potentiel» des relations entre les deux pays repose sur l'approfondissement des «liens économiques et commerciaux», et «faire progresser notre lutte commune contre le terrorisme et l'extrémisme, en soutenant des solutions politiques pour les conflits en Libye et au Mali, et en renforçant la société civile et la gouvernance démocratique». Après un «bref aperçu des deux cents premières années de relations bilatérales», M. John Desrocher s'est longuement attardé sur «la manière dont ces relations pourraient évoluer», en particulier «pour renforcer, encore, ce partenariat important et dynamique».

Au programme de ces relations : «renforcer notre coopération bilatérale en matière de sécurité pour lutter contre le terrorisme et promouvoir la stabilité régionale», «développer le commerce bilatéral et l'investissement», et «travailler avec nos partenaires algériens pour favoriser les liens entre les deux peuples et le dialogue sur des sujets couvrant l'ensemble de notre relation», et «également élargir nos relations dans les domaines culturels et éducatifs».

Sur la coopération, en matière de sécurité et de la lutte antiterroriste, l'ambassadeur des Etats-Unis à Alger a rappelé que les gouvernements des deux pays «tiennent des dialogues stratégiques bilatéraux et des dialogues militaires conjoints de façon régulière». «Nous continuons à apprendre de l'expérience et de l'expertise que l'Algérie a acquise, en payant un lourd tribut, dans sa propre lutte contre le terrorisme. Nous travaillons, en étroite collaboration, pour soutenir le processus politique mené par l'ONU sur la Libye», a-t-il déclaré, saluant «les efforts déployés par l'Algérie, à la tête du comité de suivi de l'Accord d'Alger de 2015, pour promouvoir une solution politique au Mali». «Je me suis rendu à Bamako en novembre dernier et j'ai rencontré plusieurs de nos partenaires maliens et diplomates algériens. Nous reconnaissons le rôle important que joue l'Algérie, dans la promotion de la stabilité au Mali et dans la région du Sahel», a-t-il ajouté.

Au-delà des efforts sécuritaires

«Mais nos relations bilatérales vont au-delà des efforts sécuritaires et de stabilisation régionale», a affirmé M. John Desrocher. «L'Algérie a une opportunité importante de poursuivre la diversification économique, de promouvoir la croissance du secteur privé et d'attirer les investissements étrangers», dit-il, assurant que l'ambassade des Etats-Unis à Alger «facilite, également, un large éventail de programmes de coopération bilatérale qui ne cessent de croître et qui renforcent nos liens sécuritaires, économiques, de gouvernances, éducatives et culturelles».

A propos du «nouveau modèle économique» adopté par l'Algérie «pour développer et diversifier ses industries nationales», l'ambassadeur affirme que «le gouvernement américain applaudit les efforts déployés» et assure que son pays veut s'associer «à ce processus».

«En janvier dernier, le Département du Trésor a envoyé un conseiller technique, en Algérie, pour fournir des conseils sur la gestion efficace de la dette et le développement du marché de la dette intérieure. En avril, nos gouvernements ont organisé la dernière réunion annuelle du Conseil de l'Accord-cadre sur le Commerce et l'Investissement afin d'identifier les moyens de renforcer les liens économiques en réduisant les obstacles au commerce et à l'investissement», a-t-il rappelé, affirmant que «le secteur privé américain s'intéresse également, beaucoup, à l'Algérie». Il en veut pour preuve, la signature, en avril dernier, par «GE Power» d'un «contrat de services avec la société algérienne Sonelgaz, d'une valeur de 3,3 milliards de dollars, pour fournir des mises à niveau et des services à long terme, à 10 usines de gaz à travers le pays» et la sélection d'une «filiale de Honeywell International» pour «fournir des services d'ingénierie et de démarrage pour l'expansion de la raffinerie de Skikda». «Nous espérons continuer à faciliter ce type d'investissement dans votre pays, qui aident à créer des emplois pour les Algériens et les Américains», a-t-il dit.

Concernant le secteur de l'Energie, M. Desrocher estime que «l'Algérie reste l'un des principaux producteurs régionaux de pétrole et de gaz», «classée 10ème en termes de réserves mondiales de gaz et 16ème pour les réserves de pétrole». «Vu l'expertise considérable des Etats-Unis, dans le secteur de l'Energie, j'encouragerai les entreprises américaines à travailler en partenariat avec des entreprises algériennes pour développer ce secteur», a-t-il ajouté.

Soutien aux réformes pour consacrer les libertés fondamentales

A propos des réformes constitutionnelles adoptées par l'Algérie, depuis 2016, pour «renforcer le système politique algérien, consacrer les libertés fondamentales et promouvoir la société civile», il estime qu'elles «renforcent le tissu démocratique et social de l'Algérie» et sont des «facteurs clés» de sa «prospérité» et de sa «stabilité». «Notre message est clair: nous sommes aux côtés de l'Algérie alors que vous continuez sur cette voie», a-t-il assuré.

«J'ai apprécié mes rencontres avec les membres d'une société civile vibrante, en Algérie, et je suis impressionné par leur énergie et le grand nombre de personnes qui travaillent dans le domaine des droits de l'Homme, la société civile et d'autres organisations non gouvernementales en Algérie» et «en ma qualité d'ambassadeur, je vais, également, donner la priorité à l'expansion des relations, entre nos deux sociétés, à travers de nouveaux échanges universitaires et entre nos deux peuples». En matière d'échanges culturels et scientifiques, il rappelle que «l'ambassade des États-Unis offre différentes opportunités aux étudiants et aux chercheurs universitaires pour visiter notre pays».

«Par exemple, nous offrons des bourses pour étudier aux Etats-Unis, à travers le programme ‘Fulbright'. Nous offrons, également, des opportunités pour les jeunes professionnels de rencontrer et d'apprendre de leurs homologues américains, à travers le Programme international ‘Visitors Leadership'. Pour ceux qui ont besoin d'aide pour apprendre l'anglais, nous soutenons, également, l'apprentissage de la langue anglaise pour les étudiants dans tout le pays».