Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Les urgences du CHU d'Oran particulièrement sollicitées, le personnel à bout: Une moyenne de 50 admissions par jour

par S. M.

Le service des urgences médico-chirurgicales de l'hôpital d'Oran ont été particulièrement sollicitées durant le mois d'octobre dernier en raison de la progression des admissions causées par les hécatombes de la route, les agressions à l'arme blanche, les intoxications et les tentatives de suicide, a-t-on appris lundi de la cellule de communication de cet établissement hospitalier. Les urgences sont presque saturées, aux limites de leurs capacités. 1.516 admissions ont été enregistrées durant le seul mois d'octobre dernier, soit une moyenne de 50 par jour. La première cause reste les intoxications alimentaires avec 1.220 cas suivis par les accidents de la voie publique (170 cas) puis les agressions à l'arme blanche (85) et enfin les tentatives de suicide (41 cas). Parmi ces 41 cas de tentatives de suicide, 18 ont essayé de s'enlever la vie en absorbant des produits toxiques (détergents, raticides…), alors que 23 auraient tenté de mettre fin à leurs malheureuses vies en ingurgitant des médicaments. La majorité des candidats au suicide est recrutée parmi les jeunes et la gent féminine. Les jeunes générations demeurent en effet la proie du désespoir, du chômage, de la drogue et de l'échec scolaire. Le sentiment de solitude, les conditions sociales et l'incompréhension de l'entourage ont poussé ces personnes à commettre l'irréparable. D'autres problèmes sociaux tels que la crise du logement, le chômage, le vide culturel, les problèmes relationnels, l'échec scolaire, la drogue et l'oisiveté, sont venus se greffer à cette situation de violence. Selon une enquête menée par une équipe du CRASC sur un échantillon de 400 patients accueillis au service des urgences médico-chirurgicales (UMC) de l'hôpital d'Oran avait révélé que 17,3% des femmes justifient leur acte par «les difficultés de la vie combinées à la tristesse et au désespoir» contre seulement 12% des hommes. Les personnes âgées entre 16 et 30 ans présentent le plus gros nombre des candidats au suicide. Il importe de noter que depuis dimanche soir, la direction générale de l'hôpital d'Oran a pris l'initiative de publier les coordonnées personnelles des deux responsables de garde du service des urgences. Dans un communiqué la cellule de communication justifie cette décision par la volonté des responsables du CHUO à faciliter le contact entre les malades et le personnel médical.