Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Le Mali, la Guinée, les armées et les putschs...

par Paris : Akram Belkaïd

On dirait que la même histoire chaotique est destinée à se répéter ad vitam æternam. En Afrique, le temps qui passe et les discours sur la démocratie ne changent rien à l'affaire : les coups d'Etats, qu'ils soient réussis ou non, n'ont pas disparu et reviennent régulièrement sur le devant de l'actualité. Hier, en août 2020, c'était le Mali. Aujourd'hui, c'est la Guinée. Demain ce sera... Comme toujours, le putsch mené par des militaires est la conséquence d'un contexte plus ou moins délétère qui met en exergue les réalités politiques sordides de nombre de pays du Continent.

Longtemps, Alpha Condé a représenté la figure positive de l'opposant historique, objet de toutes les menaces et de tous les empêchements. Face à des pouvoirs autocratiques ou dérivant vers la dictature, il symbolisait l'espoir de l'alternance, la promesse d'un renouveau. Or, comme c'est trop souvent le cas dans cette partie du monde. – Laurent Gbagbo en ayant été l'exemple en Côte d'Ivoire - l'opposant d'hier devient l'autocrate de demain. En 2010, après bien des combats et des déboires, Alpha Condé est enfin élu président de la Guinée. Cinq ans plus tard, il est réélu. L'histoire aurait dû s'arrêter là. Mais comme nombre de ses pairs africains (ou arabes), l'homme n'a pas voulu quitter le fauteuil présidentiel et le scénario habituel de la révision constitutionnelle s'est donc mis en place. Le texte limitait le nombre de mandats possibles à deux mais qu'importe puisqu'un « élan populaire » en exigeait un troisième... A 82 ans, Alpha Condé fut donc réélu dès le premier tour en 2020 malgré l'opposition d'une grande partie de la population, notamment la jeunesse. Allez parler de démocratie ou d'Etat de droit après cela.

Ce genre de tripatouillage ne naît pas de la volonté d'un seul homme. Il lui faut bénéficier du soutien d'un ou de plusieurs clans disposés à œuvrer à un statu quo très rentable. Il faut des courtisans et une valetaille à la colonne vertébrale très souple pour trouver une justification à ces atteintes à la Constitution. Il faut des hommes et des femmes déterminés pour semer à tout va les habituels éléments de langage qui justifient les nouveaux mandats : stabilité, poursuite des « réformes », consolidation de l'œuvre en cours, réalisations à achever, etc. On connaît l'histoire. Et cette dernière tend de plus en plus à mal se terminer.

Dimanche 5 septembre, des forces spéciales ont pris d'assaut le palais Sékhoutoureya et déposé le président Condé. Le « coûte que coûte » troisième mandat lui aura été fatal. Dans un autre pays, il avait fallu attendre le cinquième... Le chef des putschistes est le colonel Mamady Doumbouya. Ancien caporal de la Légion étrangère française, le chef des forces spéciales – dont les hommes appartiennent majoritairement à la communauté Malinké - est le nouvel homme fort de la Guinée. Pour l'heure, et c'est de bon ton, il promet une « transition inclusive et apaisée ». Que pourrait-il dire d'autre ? Malgré l'ensauvagement du monde, les formes demeurent importantes. Il faut faire semblant. Les institutions internationales qui ont condamné le coup d'Etat – alors qu'elles avaient avalisé le coup de force constitutionnel de Condé – finiront par entendre raison et composer avec le nouveau pouvoir guinéen. A condition que ce dernier évite les erreurs du passé.

En 2008, un autre militaire, le capitaine Dadis Camara avait déjà pris le pouvoir à Conakryen promettant des élections « libres, crédibles et transparentes ». On connaît la suite. Dérive autocratique, tentation de se présenter lui-même à l'élection présidentielle et massacre de manifestants réunis dans un stade de la capitale guinéenne, le 28 septembre 2009. En décembre de la même année, Dadis Camara est victime d'une tentative de meurtre et, hospitalisé à l'étranger, il doit quitter le pouvoir. Fin de l'histoire en attendant son jugement pour les tragiques événements du stade. Le colonel Dombouya a donc tout intérêt à faire oublier cet épisode. En libérant plusieurs détenus politiques, il confirme sa volonté d'apaisement mais durera-t-elle ?

Car combien de temps faudra-t-il pour que soient annoncées ses ambitions présidentielles ? Des proches d'Alpha Condé sont déjà en campagne pour le colonel putschiste. Qu'importe l'homme, pourvu que le part de prise d'intérêts soit inchangée. Dans le Mali voisin, c'est la même pièce de théâtre qui se joue ou presque. Il y a un an, le colonel AssimiGoïta, lui aussi issu des forces spéciales, déposait le président Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) et promettait un retour rapide à la légalité constitutionnelle. Les Maliens attendent toujours.

Des autocrates qui ne veulent pas passer la main et des armées dont le poids stratégique et politique a considérablement augmenté du fait des tensions au Sahel et dans le delta du Niger. La combinaison est un obstacle de taille pour toute mutation vers une démocratie apaisée. Car, dans ce qui se joue, les classes politiques civiles n'arrivent pas à se faire entendre ni à peser sur le cours des événements. On se demande comment il sera possible de briser ce cercle vicieux.