Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Paris, ses grèves, son chaos

par Paris : Akram Belkaïd

Le désordre s'était un peu calmé pour la période des fêtes (moins de monde), mais, depuis le début de la semaine, la folie générale est de retour. Paris, sans métro et avec très peu de bus (tous bondés) ressemble soudain à une ville du tiers-monde. Au présent chroniqueur, elle offre des réminiscences algéroises, cette ville où, jadis, marcher était souvent la seule solution afin d'éviter les bus transformés en bétaillères – encore fallait-il qu'il y en ait – ou les taxieurs ronchons à qui appartenait la décision de prendre le héleur ou pas.

Certes, on n'est pas à Bombay ou à Calcutta mais un seul métro, train, RER ou tram vous manque, et c'est le chaos urbain. A sept heures trente du matin, heure de convergence entre écoliers, employés, livreurs, les rues ressemblent à un terrain d'affrontement où règne la loi du plus malin. Ici, c'est une moto qui roule sur le trottoir. La personne qui sort de chez elle et qui manque de se faire renverser proteste, elle reçoit un doigt d'honneur en réponse. Se battre dès potron-jacquet ? Est-ce bien cela la définition de la civilisation. Mais poursuivons notre observation.

Sur le trottoir, toujours, il y a aussi de pauvres et fragiles piétons, tous obligés de faire attention aux motos, on l'a déjà dit, mais aussi aux vélos, aux trottinettes, aux skateboards ainsi qu'à d'autres infections roulantes dont on ne connaît pas le nom mais qui font penser à des culbuto qui penchent dangereusement. Tout ce beau monde se frôle, s'invective, ne se fait aucun cadeau, pas d'après vous je vous en prie, que des insultes grommelées dans le froid et la fatigue.

Le lecteur éloigné de ces empoignades se demandera pourquoi tous ces mouvants ne sont pas là où il conviendrait qu'ils soient, c'est-à-dire, sur le goudron ou le pavé. C'est que, cher ami, les embouteillages sont partout. Le feu est au rouge mais le gros quatre-quatre passe quand même et avec lui l'inévitable Uber. A l'intérieur, un visage stressé. L'homme est pressé, il sait qu'il sera en retard, que son patron ne voudra rien savoir, même s'il dit qu'il est sorti plus tôt de chez lui, dans le gel et la nuit noire. Ça klaxonne, ça slalome, ça insulte les livreurs qui bloquent la rue – on ne pense jamais au sang-froid et à la capacité d'endurance qu'exige ce métier dans Paris.

Revenons aux piétons. Il y en a bien plus que d'habitude. C'est normal. Certains, ont du mal à savoir où aller et se repèrent grâce à leur téléphone portable. D'autres, pensent qu'il est tout à fait naturel de consulter leurs messages ou de regarder les réseaux sociaux tout en marchant. Hé mec, t'es pas seul, tu sais. Les gens qui viennent en face ne te feront pas de cadeaux. Tu vas te prendre des coups d'épaule ou de gros sacs. Tu n'es plus à Paris, tu es à Manhattan, là où la lenteur est interdite tout comme l'arrêt soudain au milieu du flot pour, encore et toujours, regarder son téléphone.

Constatation de terrain. Il y a des gens qui ne savent pas conduire. Ça on le savait (et à ce jeu, contrairement à ce que racontent les mauvaises langues, les femmes ne sont pas pires que les hommes). Mais, la nouveauté, c'est qu'il y a une foule de bipèdes qui ne savent pas marcher. Habitués aux transports en commun, ils n'ont aucun sens du placement, de l'évitement coordonné et des règles tacites qui régissent les transhumances matinales ou vespérales. Madame, pardon de vous le rappeler, mais on marche comme on conduit : à droite. Et on se croise sur sa gauche. Jeunes gens, oui vous, vous voyez bien que le trottoir est encombré, vous ne pouvez pas avancer de front à quatre ou cinq. Oui, le monsieur qui veut vous frapper a tort mais il est un peu énervé par ses continuels gymkhanas.

Parlons encore rapidement du trottoir avant de passer à des choses plus plaisantes. La marche au long cours fait découvrir l'état calamiteux de ces bordures plus ou moins larges. Les obstacles sont partout qui empêchent la progression en ligne droite. Des bacs à plantes transformés en pissotières pour chiens et réceptacles à mégots, des tranchées mal refermées, des bandes de terre boueuse, des gravats, des meubles à punaises abandonnées là dans la nuit, des terrasses qui débordent, des trottinettes fièrement dressées qui attendent leur utilisateur, il ne manque que l'autobloquant glissant cher aux élus algériens pour compléter le panorama.

Les choses plaisantes, maintenant. Dans un boulevard en côte, droit mais en pente forte, dirait le père la baguette, un boyau étroit est réservé aux deux roues. Attention piéton ne vas pas risquer ta vie en t'y aventurant. Durant une pause, on regarde un vieux cyclo en danseuse, soufflant et ahanant comme une lanterne rouge larguée dans le col de l'Iseran. Derrière lui, un jeune gars s'agace, lui qui va plus vite, bien plus vite, grâce à son vélo électrique qui lui permet de ne pas pédaler même quand l'inclinaison dépasse les 15%. Le premier fatigue, le second veut passer à n'importe quel prix. Et il arrive ce qui doit arriver. Les deux tombent. Fracas. Ça se relève, et ça s'empoigne. Ça prétend sauver la planète mais à la première occasion, ça se castagne. Le spectateur aux mollets brûlants applaudit. Ragaillardi, il est temps pour lui de reprendre sa marche.

Conclusion lapidaire. Les mécaniques bien réglées entretiennent l'illusion. Qu'advienne un dérèglement et, soudain, le vernis saute. Les comportements décrits, on pourrait en citer d'autres, affichent tous le même masque. Celui du « j'ai le droit de mal me comporter et de faire n'importe quoi, parce que la situation l'exige et que seule ma pomme compte ». Et d'avoir la mine qui va avec : à la fois agressive et hagarde (mekhlou3a, dirait-on en Algérie), comme si la fin du monde était proche. Tiens, à propos, il y a quelques semaines, le présent chroniqueur a visionné la mini-série intitulée « L'Effondrement » qui raconte la fin de notre civilisation. Des comportements humains extrêmes à la croisée du désespoir et de la sauvagerie y sont décrits. On n'en est pas là, mais la grève prolongée dans les transports publics parisiens est un bien inquiétant révélateur.