Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

PAS SERIEUX DU TOUT !

par K. Selim

Le «Comité arabe de suivi de l'initiative de paix» n'a pas vraiment rendu service à Mahmoud Abbas en  soutenant la reprise des négociations directes et en laissant «au Président palestinien le soin d'évaluer quand les conditions permettront de débuter de telles négociations». C'est comme donner à un estropié la mission de concourir sur une course de cent mètres ou sur un marathon.

 La décision prise jeudi – seule la Syrie semble avoir exprimé de fortes réserves – n'est pas un soutien au président palestinien, qui est soumis à de grosses pressions occidentales pour reprendre les pseudo-négociations «directes». Les membres de ce comité n'ont pas l'excuse de l'ignorance. Le Premier ministre et ministre des Affaires étrangères du Qatar, Hamad Ben Jassem Al-Thani, qui préside ce comité, a souligné que les négociations directes ou indirectes ne donneront aucun résultat tant que «Netanyahu est là».

 Pourquoi faire mine d'encourager la négociation alors ? «Pour prouver au monde que nous sommes pour la paix». Le responsable qatari a ajouté qu'une lettre allait être envoyée au président américain Barack Obama, exposant «comment nous voyons tout processus de paix ou de négociation directe» ! La belle affaire, comme si «le monde» (dans la bouche d'un dirigeant arabe, cela veut dire les Etats-Unis) ne savait pas qui veut la paix et qui ne la veut pas !

 Que dit M. Amr Moussa ? Qu'il sait que M. Netanyahu n'est pas sérieux, que les Israéliens mènent un jeu politique qui consiste à gagner du temps ? Mais on y va quand même à ces négociations directes pour prouver au monde qu'Israël n'est pas sérieux !

 En définitive, ce sont les Arabes qui ne sont pas sérieux ! Ils n'essayent même pas de soutenir Mahmoud Abbas, qui tente de donner des gages à son opinion publique en maintenant des exigences élémentaires pour une reprise des négociations. Ils ne font qu'essayer de plaire aux Etats-Unis, qui sont déjà dans un contexte préélectoral où tous les acteurs font assaut de surenchère pro-sioniste.

 Les Arabes n'ont même pas essayé d'envoyer un message alambiqué – ils sont forts dans ce domaine – qui permettrait à Abbas de continuer d'essayer de résister.

 En réalité, ils ont fait un cadeau à Netanyahu, le menteur et l'assassin. Il s'est empressé de le saisir pour demander aux Palestiniens des négociations «directes et franches» et sans «préconditions». Le dirigeant israélien n'allait tout de même pas rater l'occasion qui lui est donnée !

 M. Mahmoud Abbas et ses éternels négociateurs, qui ne sont pas, loin s'en faut, des foudres de guerre, sont en réalité affaiblis par la décision du comité de suivi. Ce dernier n'avait pas le souci de soutenir Mahmoud Abbas, il avait l'obsession de ne pas déplaire à l'administration Obama. Est-il acceptable, même quand on joue au «modéré», que le Comité de suivi arabe devienne un autre instrument de pression sur les Palestiniens ? Jusque-là, ce comité semblait inutile et servait d'habillage pour conférer une légitimité à la démarche de Mahmoud Abbas. Désormais, on se rend compte qu'il est dangereux. Abbas finira bien par aller aux négociations directes qui ne mèneront nulle part. Le Comité de suivi arabe n'aura pas apporté un «plus» dans sa capacité de négocier, bien au contraire.

 Oui vraiment, ce n'est pas Netanyahu qui n'est pas sérieux !