Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Tlemcen: Effervescence, faible débit Internet et manque d'eau

par Khaled Boumediene

Des accolades et des congratulations entre la famille, les proches, les amis et même entre inconnus (par pure politesse) pour souhaiter de vive voix un «Aïd Moubarak Saïd», des bêlements des bêtes sacrifiées et des odeurs de bouzelouf émanant de chaque foyer… c'est une grande effervescence qui a marqué toutes les agglomérations de la wilaya de Tlemcen durant la journée de l'Aïd El Adha célébré cette année dans la joie, le partage et la réconciliation, dimanche dernier. Des adolescents et des jeunes ont quant à eux échangé des vœux de bonne santé, de prospérité, de succès et de réussite par SMS / MMS ou encore par Facebook. Il y a lieu de souligner que le débit de la connexion Internet a été mauvais dans la matinée de cette heureuse occasion. Certaines personnes ont eu toutes les peines du monde pour effectuer leurs appels vidéo et entrer en contact avec leurs familles et proches qui se trouvent à La Mecque pour le pèlerinage. De nombreux émigrés en France, Espagne, Allemagne, Belgique et au Canada ont préféré passer leurs vacances au pays pour prendre part avec leur famille à cette grande fête religieuse de l'Islam.

«Cet Aïd coïncide bien avec les vacances, ça me permet de retrouver ma famille et de renouer avec les traditions de ce sacrifice ancestral. Ici, l'ambiance est plus conviviale pour ce rituel sacré et on sent vraiment la fête !», assure Ali, un émigré de Belgique. Il faut dire que la fête de l'Aïd El-Kébir a été caractérisée par une grande offre et une disponibilité du mouton, à cause du déplacement des dizaines d'éleveurs-vendeurs de Naâma, Méchria, El-Aricha, El Gor, Sidi-Djillali et Sebdou vers les marchés à bestiaux hebdomadaires et quotidiens situés dans de nombreux quartiers des villes et villages de la wilaya et ce, à quelques jours de l'Aïd. Des centaines de moutons ont été transportés en camion, ce qui a nettement fait plonger le prix du mouton jusqu'à 1 million de différence en comparaison de l'année précédente.

Cette situation qui a fait le bonheur de quelques pères de famille a également provoqué beaucoup de remords à d'autres personnes, qui ont acheté depuis plusieurs jours déjà leurs moutons. «Heureusement que je ne me suis pas précipité! Il y avait des moutons à gogo! Ils ont été ramenés par des éleveurs et maquignons à la dernière minute, certains plus gros ont coûté vraiment moins cher. Des moutons costauds, grands et agiles ont été proposés à de bons prix.

J'ai remarqué aussi que les moutons proposés ne sont ni borgnes, ni malades, ni boiteux, ni maigres », confie un père de famille rencontré la veille de l'Aïd à Zenata. Selon certains spécialistes, les éleveurs ont préféré tout vendre que de faire revenir avec eux leurs ovins, en raison du manque des pâturages en ces moments de sécheresse et des prix exorbitants d'aliments du bétail. Egalement cette année, il faut le souligner, les dispositions sanitaires et de bonnes conditions d'hygiène lors de la vente et même lors de l'égorgement des moutons, ont été prises à la fois par les autorités, les services vétérinaires et par les associations des éleveurs. A noter que, malgré les efforts de l'Algérienne des eaux (ADE) de Tlemcen, des perturbations ont été enregistrées dans la localité de Sidi-Benchiha de la commune de Sidi-Abdelli (daïra de Bensekrane), ce qui a poussé hier ces habitants à barrer les routes n° 19 et 35 menant vers Tlemcen et Ouled Mimoun. Selon le directeur de l'ADE de Tlemcen, M. Houalef Bekkai, «toutes les localités de la wilaya ont été suffisamment dotées en eau potable et ce, malgré que la consommation des populations ait doublé durant ces jours de l'Aïd El Adha».