Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

«Ahmed» Belhadj Bouchaib: Le coriace combattant historique

par  Mohamed Belaroui

Nous voilà encore tenus par l'obligation morale, le devoir de mémoire de rendre hommage à "Ahmed" Belhadj Bouchaib, l'un de nos valeureux révolutionnaires qui ont combattu et vaincu la France coloniale dans une guerre historique conquise par le dévouement du peuple et les sacrifices de ces moudjahidine dont plus de 1,5 million de Chouhada.

Ahmed Bouchaïb, né le 13 juillet 1918 à Témouchent et mort le 22 janvier 2012, était l'un des remarquables membres de l'Organisation spéciale (OS) et membre du groupe historique des 22 qui a décidé, préparé et agencé, le 1er novembre 1954, date de déclenchement de la révolution, bouleversement décisif et capital pour l'indépendance de l'Algérie et pour l'histoire.

Dans les rangs du mouvement national, depuis les années 40, le parcours de Bouchaib fut imprégné par un combat acharné et sans relâche, jusqu'à la souveraineté du pays. En 1963, il est élu député de l'Assemblée constituante, poursuivant ainsi sa lutte pour l'édification et le développement de l'Algérie contemporaine.

Militant de la cause nationale dès les années 40

Ahmed Bouchaib adhéra au mouvement nationaliste depuis les années 40, PPA/MTLD, puis le FLN. Ses activités se déroulèrent à travers plusieurs villes de l'Ouest dont Oran, Témouchent, Mascara, Tiaret, Tissemsilt, Relizane, Mostaganem et au centre du pays dans la région de la Mitidja, où il sera arrêté par les forces coloniales en 1955 à Boufarik. Durant tout son parcours révolutionnaire, il endura des poursuites et incarcérations. Détenu dans les prisons de Blida, de Serkadji (Alger) et d'Oran. Ses souffrances, son courage et son patriotisme seront couronnés parmi les moudjahidine et tout le peuple algérien le grand jour de l'Algérie qui recouvra sa souveraineté à la faveur des grands sacrifices consentis. Sa plus grande opération fut l'attaque de la poste d'Oran. Il a été en compagnie de Boudjemâa Souidani, le meneur du commando de l'attaque, le 5 avril 1949. Cette action initiée par Ahmed Ben Benbella et Ait Ahmed, pour s'emparer de fonds, avait pour objectif de doter en armes et équipements les membres de l'Organisation secrète (OS), achats nécessaires pour le déclenchement du combat libérateur. Cette organisation qui a été fondée en 1947, était le bras armé du MTLD et fut démantelée par les forces coloniales puis dissoute par le parti, en 1950.

Chef du commando de l'attaque de la poste d'Oran

Cette attaque a été préparée sur la base d'informations données par Bakhti Nemmiche qui était employé dans cette poste, à Ahmed Benbella, responsable de l'OS pour l'Oranie. Djelloul Bakhti Nemiche précisait que chaque premier lundi du mois, la poste d'Oran de la Recette principale (RP) réceptionnait des sommes importantes d'argent qui seront dispatchées ensuite sur les autres bureaux de poste. Le feu vert du parti PPA-MTLD fut donné difficilement, vu la complexité de la tâche. Peu de responsables du parti étaient informés de cette opération. Certains s'y sont même opposés au motif qu'il ne fallait pas confondre activités politiques avec une entreprise criminelle. Selon ses déclarations après l'indépendance, Ahmed Ben Bella, pour tenter de convaincre le parti, présenta un procédé semblable à la méthode de Pierrot le Fou qui sévissait à la même époque en France, de sorte à brouiller les cartes par cette imitation, afin que ce hold-up soit attribué à cette bande. Pour sa part, Aït Ahmed expliquera que "s'il n'est pas facile d'accepter des formes de lutte qui s'apparentent au banditisme, il ne faut pas oublier que dans les bureaux de poste, transitent les fortunes qui s'édifient sur la sueur et la misère de nos compatriotes". Cependant, le risque majeur que soit décelée l'existence de l'OS issue du parti légal PPA-MTLD, pourrait impliquer ce dernier et compromettre sa destinée. Programmée pour le 1er mars 1949, l'opération n'a pas eu lieu pour un problème de véhicule. L'opération a été reportée au prochain premier lundi du mois, soit le 5 avril 1949. Ce jour, à 7h45, le commando mené par Ahmed Bouchaib et comprenant Souidani Boudjemâa et Haddad Omar, prend d'assaut la poste, investissant la pièce qui contient l'argent. Deux agents qui comptaient les fonds furent braqués et mis dans le coin. Dehors, deux autres membres, Bouyaya Mohamed et Liourguioui Mohamed, surveillaient à la rentrée de la poste. Le temps pressant, les membres du commando devaient agir rapidement. Ils ramassèrent le maximum de billets se trouvant à leur portée, sans ouvrir le coffre, puis prennent la fuite à bord d'un véhicule pris à un médecin la veille sur action d'Ait Ahmed qui demanda à ce dernier d'ausculter un malade chez lui puis le dirigea vers le refuge de la rue Lepin, à Gambetta. Le médecin fut assommé dès sa descente de voiture par Bouchaib, puis ligoté et déplacé vers les Falaises Gambetta, sous l'œil de Benzerga jusqu'à la fin de l'opération. Le butin était de 3.178.000 francs -ce qui semble dérisoire par rapport aux fonds contenus dans le coffre fort qui n'a pas été ouvert, faute de temps et qui dépassaient les 30 millions de francs. La somme d'argent fut ensuite acheminée vers le domicile de Hamou Boutlélis par Souidani Boujemâa qui devait se déguiser en femme portant le voile. Ensuite, le député Mohamed Khider se chargera de transporter cet argent dans sa voiture officielle, vers Alger. Les noms à retenir dans cette attaque héroïque sont Ahmed Benbella, Aït Ahmed, Hamou Boutlélis, Ahmed Belhadj Bouchaib, Omar Hattab, Boudjemâa Souidani, Mohamed Khider (le député), Mohamed Khider (le chauffeur), Benzerga Benaoum, Bouyaya Mohamed, Liourguioui Mohamed ainsi que Bakhti Djelloul Nemiche. Ceci en plus d'autres membres indirectement impliqués.

Inhumé au cimetière de sa ville natale, Aïn Témouchent

Ahmed Belhadj Bouchaib est décédé à Oran le 22 janvier 2012 des suites d'une maladie et inhumé au cimetière d'Aïn Témouchent, sa ville natale. Une foule nombreuse l'accompagna à sa dernière demeure, dont plusieurs personnalités politiques, universitaires, militaires, culturelles et sportives. Un hommage à la hauteur de l'homme dans ces funérailles marquées par la présence de plusieurs ministres, walis et hauts cadres de l'Etat, civils et militaires, dont Yazid Zerhouni, Tayeb Louh, Nacer Mehal, Djamel Ould Abbès, Chérif Abbès, Said Abadou, ainsi que des représentants des moudjahidine et de plusieurs partis, FLN,RND, MSP…

Le message de condoléances du Président Bouteflika

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a adressé un message de condoléances à la famille du défunt Ahmed Bouchaïb. "Aujourd'hui, l'Algérie perd un militant de la première heure de la glorieuse guerre de libération, le moudjahid Ahmed Bouchaïb, que Dieu l'accueille en son vaste paradis ", a écrit le président Bouteflika dans son message.

«Le parcours de cet homme a été marqué par une lutte acharnée dans les rangs du mouvement national. Il était l'un des éminents membres de l'Organisation spéciale (OS) et membre du groupe historique des 22 qui a eu l'honneur de préparer le déclenchement de cet évènement décisif dans l'histoire de notre peuple», a-t-il poursuivi. "Le défunt a souffert des poursuites et incarcérations jusqu'à ce que la vérité éclate au grand jour et que le peuple recouvre sa souveraineté à la faveur des grands sacrifices consentis. Le défunt n'a ménagé aucun effort pour l'édification de l'Algérie contemporaine", lit-on encore dans le message du président de la République. "Que Dieu Tout-Puissant accorde au défunt miséricorde et clémence et l'accueille en son vaste paradis, aux côtés des martyrs et de ses pieux serviteurs. Je prie également le Très Haut, d'assister sa famille, ses proches et ses compagnons d'armes dans leur douleur et de les récompenser pour leur patience", a conclu le président Bouteflika.

L'ex-président de l'Assemblée populaire          nationale (APN), Abdelaziz Ziari, a également présenté ses condoléances à la famille du défunt. "l'Algérie perd, aujourd'hui, un militant de la première heure et une personnalité qui a joué un rôle important dans la préparation des hommes du mouvement national de la glorieuse Guerre de libération", a écrit le président de l'APN dans son message. "Le défunt était connu pour son ingéniosité, son patriotisme, son abnégation et son haut sens du sacrifice, qualités qui lui ont valu une place de leader au sein du groupe des 22 qui a préparé le déclenchement de la glorieuse révolution du 1er novembre, outre les hauts faits dont il a marqué, avec ses compagnons d'armes, la guerre de libération", a-t-il ajouté.

«En cette douloureuse épreuve, je présente au nom de tous les députés et en mon nom personnel, les condoléances les plus attristées à la famille du défunt, priant le Tout-Puissant d'accorder sa sainte miséricorde au défunt et de l'accueillir en son vaste paradis», a conclu M. Abdelaziz Ziari.