Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Extension du cimetière d'Ain El Beida: Des fosses septiques entravent toute opération d'inhumation

par D. B.

La présence de fosses septiques en sous-sol pour l'extension du cimetière de Ain El Beida, risque d'entraver toute opération d'inhumation, apprend-on de sources proches de la commune d'Es Senia. Nos sources indiquent que cette extension, réalisée sur l'assiette de l'ex bidonville ‘le Virage' est truffée de fosses septiques utilisées par les ex-occupants du bidonville, relogés dernièrement. « Il n'y a pas de réseau d'assainissement et les habitants du bidonville avaient recours aux fosses septiques, Après avoir démoli les constructions, les concernés n'avaient pas pensé à éradiquer ces fosses et ont , tout simplement, procédé au terrassement du terrain » assure notre interlocuteur. Ce dernier affirme que dans de telles conditions, il est impossible de procéder à des inhumation au risque de tomber sur l'une de ces fosses. « Normalement, il fallait procéder à la démolition de ces fosses et ensuite les remblayer de terre.» ajoute la même source. Outre ce problème récurrent, notre interlocuteur a tenu à signaler que la wilaya d'Oran n'a toujours pas tranché sur l'annexion de cette assiette. « Pour le moment, nous ne savons pas si cette extension sera annexée au cimetière à la commune d'Es Senia qui est en phase de saturation, ou a la commune d'Oran » souligne notre source. Lancés, en début d'année, les travaux de l'extension du cimetière de Aïn El-Beida, sur l'assiette foncière de l'ex-bidonville ‘Le Virage' (réalisation des allées et des voies piétonnes à l'intérieur du nouveau site, ainsi que l'installation d'un grand portail d'entrée), lancés après les opérations de terrassement, ont été achevés, il y-a plus de deux mois. Dans une première phase, les travaux de terrassement entamés, au lendemain de l'éradication du bidonville ont été achevés. Cette première étape a été suivie par l'installation d'un mur de clôture tout autour de l'assiette foncière récupérée. Les autres travaux avaient trait aux réseaux divers.

A travers le relogement de plus de 300 familles la wilaya d'Oran a récupéré, environ, 7 ha, sur lesquels était érigé le bidonville, qu'elle a destinés à l'élargissement du cimetière et à la réalisation d'une double voie pour faire jonction entre le boulevard périphérique et l'autoroute Est-Ouest. Plus de 5 ha donc, seront annexés au cimetière.

Aussitôt l'opération de relogement parachevée, la wilaya d'Oran a consacré un budget de 1,5 milliard de centimes à la démolition du site et à la viabilisation du terrain, en mobilisant 100 camions et 30 engins pour déblayer les débris du bidonville et les transférer vers les centres d'enfouissement technique de la région. Signalons que le projet de création d'un nouveau cimetière à Oran-est, décidé du temps de l'ex-wali, pour parer à la saturation de Aïn El-Beida, semble avoir été abandonné. Même l'extension du cimetière sur plusieurs hectares des côtés sud et est, bute toujours sur le problème des coopératives agricoles qui se trouvent, en plein milieu du terrain concerné par l'extension. L'initiative prise pour exploiter l'assiette de l'ex-bidonville ‘Le Virage' est dictée, selon nos sources, par le fait qu'Aïn El-Beïda est presque saturé.