Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Les médecins résidents attendent des décisions

par A. Zerzouri

Les représentants des 1.100 médecins résidents du CHU Constantine disent avoir été déçus, hier, après le faux bond des responsables qui ont, pourtant, promis de tenir une rencontre conjointe afin de discuter des préoccupations de cette catégorie de personnel, véritable cheville ouvrière des hôpitaux.

Suite à un énième mouvement de contestation, un sit-in ayant regroupé près de 300 médecins résidents, avant-hier, à l'intérieur du CHUC, l'administration a tenté de les rassurer en leur fixant rendez-vous pour le 29 janvier afin de débattre des revendications soulevées par les manifestants, mais tout tombera à l'eau à cause de l'absence du DG et un agenda chargé du directeur des activités médicales et paramédicales (ce dernier a été retenu par l'arrivée au CHUC d'une délégation hongroise, d'après le mot d'excuse avancé par la direction).

Somme toute, un représentant des médecins résidents, le docteur Ziad, affecté par cette tournure des évènements, accorde quand même du crédit aux responsables du CHUC quant à une prise en charge sérieuse des doléances sur la table depuis plus de deux années. «C'est une nouvelle équipe, on doit lui accorder le bénéfice du doute qu'elle fera mieux que la précédente», souhaite Dr Ziad. Ajoutant dans ce sillage que les médecins résidents veulent éviter au maximum la confrontation et les bras de fer, nuisibles en premier lieu aux malades, «et c'est pour cela qu'on préfère donner le temps au temps avant de recourir aux actions musclées», dira-t-il. Notre interlocuteur rappellera les principales revendications des médecins résidents qui portent sur des préoccupations salariales (prime de passage, prime de rendement, retard endémique dans les versements mensuels des salaires…) et autres exigences pour l'amélioration des conditions de travail. De son côté, le chargé de la communication du CHUC rassure : «L'administration est en passe de régler tout le dossier des médecins résidents». « Nous allons apporter la preuve de nos bonnes intentions lors de la rencontre qui doit se tenir avec leurs représentants dans les meilleurs délais», affirme-t-il.