Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Plus d'un demi-siècle après son déclenchement: La révolution de novembre victime du revisionnisme ?

par Mohamed Iqbal*

1954 – 2009. Cinquante-cinq ans déjà ! Plus d'un demi-siècle ! C'est à la fois une éternité et une période si courte. Une éternité si on se place du point de vue des individus mais un laps de temps dans l'histoire des nations. Mais dans un cas comme dans l'autre Novembre continue d'alimenter la controverse.

“Vous êtes à la recherche du souvenir & de ses spectres Nous, nous cherchons le spectre de l'espérance” G.Khalil Gibran

Une controverse d'autant plus préoccupante qu'elle véhicule de manière insidieuse une problématique fondamentalement inopérante (on ne peut en aucun cas refaire l'Histoire) et fortement dangereuse (la Guerre de Libération a été inutile) et qui consiste non pas à expliquer les raisons objectives et subjectives pour lesquelles les faits se sont déroulés de la sorte qu'on connaît mais plutôt à spéculer sur des alternatives «moins onéreuses» en vies humaines, en bouleversements socio-économiques et culturels et en ruptures géopolitiques et stratégiques. Bref. A bien écouter les tenants de ces alternatives, la révolution de Novembre telle qu'elle s'est déroulée et le système politico-économique et social qu'elle a engendré ont été «un fiasco total» et la situation actuelle est de loin moins bonne que celle que connaissait le pays avant l'Indépendance.

 Les arguments utilisés par ce courant de plus en plus fort au sein certaines «élites» nationales n'ont d'équivalent en abjection que leur cynisme, leur mépris et leur cupidité pour tout ce qui est national. Qu'on en juge par les arguments qui sont les plus récurrents ! La Révolution de Novembre a été coûteuse en vies humaines et nous aurions pu éviter cela si nous avions opté pour la voie pacifique. Nous aurions pu aussi garder des relations privilégiées avec la France et de ce fait maintenir «nos» Pieds - Noirs et «nos» Juifs avec lesquels le pays aurait été mieux géré et donc mieux loti. La langue française, langue du rationalisme et de la science nous aurait permis de nous engager de manière plus importante et plus déterminée dans la modernité. La Guerre de Libération et le régime post-indépendance ont bouleversé les valeurs culturelles et sociales…. etc.

 Ces arguments sont d'autant plus insidieux qu'ils procèdent d'une approche manichéenne de la réalité historique et cachent mal le désir inconscient de ces «élites» de se substituer, en terme de position sociale, aux colons d'antan alors qu'il serait peut être plus bénéfique pour tout le monde de s'affirmer en tant que couche sociale supérieure comme cela s'est fait et se fait dans la plupart des pays du monde ! Cacher des prétentions de classes pour lesquelles il faut se battre par des spéculations honteuses sur le cours de l'Histoire relève de la plus haute amoralité ! Et pour cause. Prenons ces arguments un à un et essayons de les confronter à quelques éléments concrets de la réalité historique.



D'abord le coût de la Révolution de Novembre.

Même la France qui a tardivement reconnu le caractère de «guerre» à cette période jusqu'alors défini par le prudent euphémisme «d'évènements d'Algérie» a reconnu sa responsabilité dans la tournure prise par le conflit pour n'avoir pas pris à temps les mesures économiques, sociales et politiques nécessaires du fait de la pression des lobbies coloniaux. En matière d'économie et dès 1930, les départements d'Algérie représentaient non seulement la plus grande part des déficits budgétaires mais aussi une importante balance commerciale déficitaire avec la Métropole. En matière sociale, la population algérienne qui avait le plus souffert du Krach de 1929 continuait de sombrer dans une misère sociale indescriptible malgré des financements énormes à fonds perdus dont la presque totalité bénéficiait aux colons. En matière politique et dès la fin de la Secondaire Guerre Mondiale, la France octroyait en 1944 la nationalité française à 16.000 algériens sur 9 millions et noyait dans le sang les manifestations du 8 Mai 1945 alors que les accords alliés avaient reconnu aux populations colonisées le droit à l'autodétermination.



Ensuite «la perte» des Pieds-Noirs et des Juifs.

Dans la déclaration du 1er Novembre 1954, le Front de Libération Nationale reconnaissait la qualité d'Algériens aux Pieds Noirs et appelait sans ambages cette population à se joindre aux côtés de leurs concitoyens musulmans à la revendication d'indépendance de l'Algérie dans un esprit de fraternité, de liberté et de coopération avec la France. Dans le même esprit, et dans une correspondance adressée aux responsables du Consistoire Juif, le FLN reconnaissait explicitement aux populations juives l'appartenance et l'attachement millénaires à l'Algérie malgré le décret Crémieux qui les avait insidieusement coupés du reste de la population et demandait à ce titre, leur participation à la lutte du peuple algérien pour son émancipation. Dans les deux cas, seule une infime minorité des deux communautés répondirent à l'appel. Récemment encore, le Président Ahmed Ben Bella rappelait que dés la première année de l'indépendance, il n'avait cessé de demander aux Pieds Noirs de retourner en Algérie en leur apportant toutes les garanties de protection et de sécurité, demandes qui comme on le sait, resteront sans réponse. Pour les Juifs algériens, comme d'ailleurs pour les Juifs du Maghreb en général, la création de l'État sioniste d'Israël orienta fortement les choix.



La langue française nous aurait permis d'entrer dans la modernité.

La modernité n'est pas seulement une affaire de langue. Car si tel était le cas, le Sénégal, la Cote d'Ivoire, le Mali où la langue française est officielle, ou bien le Malawi, le Nigéria et le Zimbabwe qui ont adopté la langue anglaise comme langue officielle seraient des pays modernes. La modernité comme se le demande A.Laraoui n'est-elle pas en définitive «un processus sans fin» à la conjonction de phénomènes divers, nombreux et contradictoires qui relèvement des sociétés, des cultures, des parcours historiques, des sciences, des arts, des pratiques économiques et sociales et des influences entre les nations ? Sinon comment expliquer les pieds de nez que nous assènent la dure réalité actuelle caractérisée par un retour combien inexplicable et inexpliqué d'un conservatisme messianique puissant représenté par l'administration républicaine US et décidément fortement implanté dans un pays à la pointe du modernisme comme les Etats-Unis ? Aussi faut-il se demander si à la différence de la société qui heureusement semble à la pointe du combat pour la modernité entendue comme émancipation, ce ne serait pas «nos élites» qui, dépassées, en viendraient à «revendiquer» à travers la question linguistique une sorte de statut spécial. Un peu comme les colons.



La Guerre de Libération et l'Indépendance ont bouleversé les valeurs.

Toutes les guerres bouleversent les valeurs. C'est la paix qui permet la reconstruction des valeurs. Mais la reconstruction des valeurs se fait par la société. Et comme la société a été changée par la guerre tant du point de vue de la constitution, de la mobilité interne et externe, des conditions économiques, culturelles et politiques, la reconstruction participe aussi de la reconduction ou non des valeurs antérieures jamais en totalité et toujours avec l'émergence de valeurs nouvelles. Ainsi va le monde et nul ne peut s'y opposer. Chaque société crée ses propres lois, non en fonction de ce qui a été vécu mais en fonction de son vécu propre et de sa perception de ses aspirations et de son devenir. C'est un processus de destruction-création. Ainsi va-t-il des relations individuelles, collectives, familiales et sociales. Ainsi va-t-il également des relations économiques et politiques. On peut admettre que l'Indépendance n'a pas été à la hauteur des attentes tant il est vrai que ces attentes se sont au fur et à mesure des années transformées en attentisme. En attentisme social à l'avant garde duquel se situait «les élites» sociales. Celles-là mêmes qui parlent d'alternatives !

Alors ! Novembre victime du révisionnisme ? C'est d'abord aux élites authentiques de répondre.



* Journaliste Indépendant