Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Une bien triste leçon égyptienne

par Paris : Akram Belkaïd

Mardi 18 juin, les étudiants algériens, admirables de persévérance et d'opiniâtreté, ont une nouvelle fois défilé en revendiquant pour leur pays un régime civil et non militaire. Nombre d'entre eux avaient certainement à l'esprit ce qui vient de se passer en Égypte avec la mort en plein tribunal de l'ex-président égyptien Mohamed Morsi. Pour mémoire, cette figure des Frères musulmans était en détention depuis juillet 2013, date à laquelle il fut destitué par le chef de l'armée, le général – et futur maréchal et président - Abdel Fattah Al-Sissi.

On peut faire nombre de reproches à Morsi pour ce qui fut son unique année de présidence (2012-2013) – notamment une propension certaine à l'autoritarisme - mais il faut tout de même rappeler qu'il a d'abord été le premier président civil librement élu de l'histoire de l'Égypte indépendante. En ce sens, ce qui lui est arrivé symbolise parfaitement l'enlisement de son pays mais aussi, de manière plus globale, du monde arabe. Car qu'est devenue l'Égypte depuis sa destitution et son emprisonnement dans des conditions dénoncées par nombre d'organisations internationales de défense des droits humains ? Ce fut aussi le cas en mars 2018 lorsque des parlementaires britanniques, pourtant peu suspects de sympathie pour l'islamisme politique, relevèrent que sa détention relevait « de la torture ou du traitement cruel, inhumain ou dégradant. » Et ne parlons pas du fait qu'il n'était pas convenablement soigné ce qui permet à ses partisans de dire aujourd'hui qu'il a été tué à petit feu.

Mais revenons à la question initialement posée. Qu'est devenue l'Égypte depuis la chute de Morsi ? La réponse est simple. Le régime politique qui dirige ce pays n'est pas autoritaire ou autoritariste. C'est bien pire que cela. C'est une dictature violente comme en témoigne la mort par balles, en août 2013, de centaines de partisans de Mohamed Morsi, tous abattus alors qu'ils protestaient sur une place publique du Caire contre sa destitution. L'Égypte, ce sont des dizaines de milliers d'arrestations, des dizaines de condamnation à mort, des procès iniques qui ne durent parfois que quelques minutes. Mohamed Morsi, lui-même, comparaissait devant les juges en étant placé dans une pièce de verre totalement étanche sur le plan acoustique afin de lui interdire de faire entendre sa voix.

L'Égypte d'aujourd'hui, c'est le silence des opposants, quelle que soit leur orientation politique. Ce sont des chercheurs et des journalistes étrangers qui peinent à faire leur travail et qui subissent nombre de pressions. C'est une presse muselée qui évite d'aborder tous les sujets qui fâchent, nationaux ou régionaux, sauf s'il s'agit de relayer la parole officielle. Mais l'Égypte d'aujourd'hui, c'est surtout la défaite des espérances de 2011. Depuis avril dernier, le pays dispose d'une Constitution révisée qui ouvre la voie au maintien au pouvoir du président Sissi jusqu'en 2030, autrement dit une quasi-présidence à vie.

Le « tout sauf les islamistes » a beaucoup contribué à renforcer la position du président égyptien notamment vis-à-vis de l'étranger. Ses parrains saoudiens et émiratis lui sont grés d'avoir stoppé puis inversé la dynamique révolutionnaire née en janvier 2011 sur la place Tahrir du Caire. Les capitales occidentales lui vendent des armes et célèbrent un homme pragmatique qui ne cherche pas à remettre en cause le statu quo au Proche-Orient. Le maréchal-président Sissi est donc l'exemple parfait pour qui estime que seul un homme fort, de préférence un militaire, doit diriger un pays arabe. Qu'importe l'État de droit, qu'importe la démocratie, pourvu que l'ordre règne, fut-il brutal.

Tout cela se paiera. En Égypte mais aussi ailleurs. Un pays de plus de quatre-vingt millions d'habitants ne peut être durablement géré avec le gourdin et la peur. C'est d'autant plus vrai que l'économie égyptienne est sous perfusion et que Le Caire en est réduit à tendre la main vers ses riches sponsors du Golfe et à accepter les « conseils » du Fonds monétaire international (FMI). Tôt ou tard, les mêmes causes qui provoquèrent la révolte de 2011 seront à l'origine de nouvelles explosions populaires avec leurs cortèges de répression et de drames sanglants.

Tout cela pour dire que l'idée de l'homme providentiel au service de la patrie est l'un des plus gros mensonges politiques qui brouillent les jugements. C'est une vision archaïque du monde, une réminiscence de périodes féodales que l'on aimerait effacées à jamais. Un homme seul ne peut faire le bonheur de son peuple et de son pays. Pour paraphraser un chanteur célèbre, le général Sissi a rappliqué en sauveur de la République et de l'ordre moral, puis, avec la complicité active ou passive des élites, il a confisqué le pouvoir.

Tout cela doit demeurer à l'esprit des Algériennes et des Algériens. Celles et ceux qui pensent qu'il faut un homme fort pour diriger le pays doivent se rappeler que l'on disait déjà ça pour vanter la candidature d'Abdelaziz Bouteflika à un premier mandat présidentiel en 1999 (on connaît la suite...). De même, l'armée, institution pyramidale et ultra-hiérarchisée, ne peut constituer un acteur politique neutre. Et il ne suffit pas de proclamer qu'elle qu'elle doit être la garante de la démocratie et de l'État de droit. Il faut nous expliquer comment sachant que ce n'est pas sa mission puisque sa tâche principale est la défense du pays. L'actualité algérienne est telle que l'on reviendra certainement sur ce point important.