Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

La mise en application de la stratégie étatique de lutte conte le coronavirus et certaines difficultés

par Berkane Larbi*

Face à la crise sanitaire due au coronavirus, en réalité, l'Etat a assumé ses responsabilités avec une efficacité notable. En effet, les étudiants algériens de Wuhan, premier foyer de l'épidémie en Chine, ont été rapatriés immédiatement après l'annonce du fléau et ont bénéficié d'une prise en charge de leurs soins.

Aussi, d'autres ressortissants algériens se trouvant dans d'autres pays, entre autres, la France, la Turquie, l'Espagne, etc., ont été rapatriés et mis en quarantaine dans des hôtels et des complexes touristiques tels que Les Andalouses et ont également bénéficié d'une prise en charge dans les meilleures conditions.

Puis, l'Etat a pris des mesures strictes pour contenir l'épidémie du Covid-19. Il s'agit principalement d'une série de mesures préventives telles que :

- la fermeture des frontières et la suspension des trafics aérien et maritime,

- la campagne de sensibilisation globale et continue,

- la fermeture des établissements d'enseignement et le lancement de plateformes d'apprentissage à distance pour permettre aux élèves de suivre leurs cours, notamment ceux concernés par les examens,

- le confinement total de la wilaya de Blida la plus touchée pour une durée de 10 jours renouvelable, avec interdiction de sortie, sauf nécessité absolue et sur autorisation de la gendarmerie ou de la police,

- l'instauration d'un couvre-feu, de 19h à 7h à Alger, dans un premier temps, puis étendu à toutes les wilayas où est apparu et où apparaîtra le virus, conformément aux observations quotidiennes du ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière,

- l'interdiction de tout rassemblement de plus de deux personnes,

- la fermeture des salles des fêtes, de célébration de festivités familiales et autres,

- les établissements et lieux recevant le public doivent respecter une distance de sécurité obligatoire d'au moins un mètre entre les personnes,

- les taxis sont également interdits de circuler à travers tout le territoire national,

- l'instauration du confinement général et de l'état d'urgence sanitaire (fermeture des mosquées, des restaurants et des cafés et suspension des activités sportives, artistiques et culturelles ainsi que des audiences dans les différents tribunaux du pays,

- la mobilisation des différents appareils sécuritaires pour garantir le respect des mesures de confinement et des exigences de l'état d'urgence sanitaire,

- la suspension des activités économiques qui ne sont pas indispensables à la vie quotidienne, avec l'annonce d'une série de mesures pour soutenir et assister les petites et moyennes entreprises et les personnes concernées par ces mesures,

- le lancement d'une dynamique sociale nationale de solidarité sans précédent (financement et dons en nature au Fonds de lutte contre le coronavirus, hôtels et cliniques privées mis à la disposition du ministère de la Santé, dons du sang, initiatives individuelles et associatives d'aide aux démunis, etc.),

- une gestion adaptée des moyens de transports publics et une opération de désinfection de ces derniers et de divers espaces publics et locaux administratifs.

L'élan de solidarité a été notamment concrétisé par les dons versés au Fonds spécial de lutte contre l'épidémie. Ce fonds dont la gestion et l'allocation les plus rationnelles doivent être assurées.

De plus, la mesure de libération de 50% des effectifs est, selon la même source, applicable également aux secteurs économiques et services publics et privés, dont les pertes occasionnées seront examinées et évaluées pour une prise en charge ultérieure par l'Etat. D'autres mesures avec effet immédiat ont été aussi prises.

Enfin et à l'effet d'alléger les procédures de dédouanement des équipements médicaux et produits sanitaires dédiés à la lutte contre le coronavirus Covid-19 à travers la mise en place d'un couloir vert.

D'autre part, l'Etat a eu recours à des décisions souveraines audacieuses, à l'instar de l'utilisation de la chloroquine pour soigner les victimes, malgré l'opposition d'un certain nombre de pays comme la France.

En ce qui concerne la population, Il faut d'abord noter que les réseaux sociaux ont joué un grand rôle dans la sensibilisation des citoyens et leur mobilisation pour le respect des mesures édictées, ainsi que pour influencer le comportement et les décisions vers le mieux et pour éviter les erreurs éventuelles… Ce qui démontre d'ailleurs les potentialités importantes de ces outils de communication en faveur des causes sociales et de développement.

*Cadre de l'Etat en retraite