Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Une organisation même imparfaite et préférable aux résultats du désordre

par M. Djahed B.

La logique universelle,          nous apprend que de l'infiniment petit à l'infiniment grand, tout est organisé, et qu'en absence d'une organisation parfaite, dans n'importe quel domaine, un seul résultat probant le chaos. Dans ce sens, la situation prévalant actuellement, dans notre pays, à savoir : la sortie du peuple dans la rue, n'est pas un effet du hasard ou du complot, mais la conséquence logique d'un ras-le-bol de marginalisation, combinée au manque de confiance du peuple en ses dirigeants, auxquels se rajoute l'absence d'organisations populaires représentatives pour défendre concrètement ses intérêts.

Aussi, la masse populaire qui bat le pavé depuis cinq semaines sans interruption, a eu raison de la détermination des tenants du Pouvoir, qui se sont résignés, finalement, par l'annulation du cinquième mandat, l'organisation d'une conférence inclusive et la révision de la Constitution suivie de l'élection présidentielle.

Toutefois, le manque de confiance qui s'est instauré entre la population et ses dirigeants, a provoqué l'ire du peuple qu'il l'a exprimée par l'envahissement de la rue par des masses de populations inimaginables et spectaculaires.

L'ordonnance du peuple est tombée sans appel, le changement immédiat et radical des dirigeants et du mode de gouvernance.

Cette revendication, du point de vue juridique, cadre totalement et parfaitement avec les lois de la République, étant donné que nous sommes une République Démocratique et Populaire (RADP cf. constitution) le pouvoir est donné par le peuple. A ce titre, les pouvoirs en place sont donc tenus de prendre en considération et répondre à cette revendication populaire, légitime et conforme à la réglementation en vigueur.

Cependant ce mouvement national, sans leaders connus ou reconnus, exige un départ immédiat des gouvernants et dirigeants actuelsn sans aucune forme de substitution ou de programme de prise en charge de la continuité du fonctionnement de la nation. Cette revendication équivaut à un saut dans le vide et l'inconnu, aux conséquences incalculables, voire qui peuvent induire des situations de confusions et de chaos pour la nation, en effet la nature à horreur du vide et de telles situations généreront des pléthores d'opportunistes dont la conséquence sera le retour à la case de départ.

A ce titre, il me semble évident que le bon sens et la sagesse doivent primer sur la précipitation et l'enthousiasme, et surtout de ne pas se fixer un seul objectif, à savoir : le départ du régime en place, occultant totalement le devenir de la nation.

Cette révolution pacifique du peuple et exemplaire par son ordonnancement, devrait s'achever en apothéose. A ce titre et pour éviter les dérives et récupérations, ces révolutionnaires doivent se doter de toute urgence d'une organisation parfaite et réellement représentative du peuple. Et qui soit en mesure d'assumer et d'assurer la continuité du fonctionnement du pays et de le préparer sereinement au passage vers la nouvelle organisation au régime souhaité et espéré, et cela avec un minimum de désagréments et de préjudices éventuels pour les populations et nos relations internationales.

Dans cet ordre d'idées et étant donné que les rassemblements populaires hebdomadaires, observés depuis le 22 février, regroupent en leur sein, toutes les franges représentatives de la société, hommes et femmes politiques, jeunes et moins jeunes, enseignants, cadres, juristes, médecins, étudiants, travailleurs, chômeurs…etc. qui rejettent le système en place. Donc il est logique, voir urgent de puiser dans cette masse critique de la population, une organisation provisoire dont les missions seraient de constituer un vis-à-vis au pouvoir en place et des partis politiques, pour une gestion politique de la situation avec l'objectif d'une transition pacifique et un saut qualitatif et historique vers la 2ème république..

Dans ce sens, il me semble à titre d'exemple, judicieux dans un premier temps et en toute urgence de constituer des comités de manifestants pour les coordonner et structurer une organisation représentative. Ladite organisation composée de deux ou trois membres de chaque wilaya du pays (96 à 144 représentants), afin de lui conférer un caractère représentatif de la nation. Dans une seconde phase, ils se rassemblent et se structurent pour donner un vis-à-vis aux dirigeants en place et couper, ainsi, la route à la récupération et l'opportunisme d'où qu'il vienne.

Ladite organisation serait l'Union Nationale des Manifestants pour la 2ème république, cette entité aurait pour rôle de canaliser les manifestations et leurs exigences, et pourquoi pas à postériori, ce mouvement pourrait éventuellement évoluer en formations politique répondant aux aspirations des populations qui ne se sont jamais organisées.