Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Après la suspension de l'APC d'Aïn El-Turck: La daïra tente d'assainir une situation de déliquescence

par Rachid Boutlelis

Une situation inédite d'inertie prévaut à l'Apc d'Aïn El-Turck depuis sa mise au placard, qui a été instruite au cours du mois de décembre dernier par le wali d'Oran et ce, pour mettre un terme à une gestion moribonde, stupidement dopée par une guerre des tranchées entre le maire et ses pairs.

Confiées au chef de daïra, les destinées de cette Apc, chef-lieu envahi par de répugnants regroupements de masures, a permis la découverte d'une insanité sans pareil en termes de gestion au niveau des services de l'urbanisme, des équipements, des finances et de l'état civil, entre autres, selon les déclarations formulées par M. Abdelghani, secrétaire général de ladite daïra, lors d'un entretien accordé au ‘Le Quotidien d'Oran'. Notre interlocuteur a déploré «le vide financier dans le budget de la trésorerie et l'insensée débandade, constatée dans la conclusion des marchés de concession des biens communaux. Tous les voyants sont au rouge, nous procédons à une véritable opération d'assainissement pour tenter de nettoyer les écuries d'Augias. Une mission ardue qui pompe toute notre énergie et suscite notre stupéfaction sur le constat de l'état des lieux ». Il importe de noter que cette même Apc a été gelée au cours du mois d'octobre 2018 par l'ex-wali d'Oran, pour les mêmes motifs et ce, après plusieurs semaines d'indolence et de farniente constatées dans la gestion insensée, absurdement booster par une morbide lutte intestine ayant opposé l'exécutif communal durant plusieurs semaines et au cours de laquelle ont lamentablement prédominé la pagnoterie, la jactance et l'indigence des esprits, qui ont sordidement paralysé les services cette Apc. Ce navrant état de fait, qui a constitué le principal sujet dans les discussions sur la place d'Aïn El Turck, s'est exécrablement répercuté sur le cadre de vie de la population et par ricochet sur celui de l'environnement de ce chef-lieu, ayant été fort malheureusement confronté, par le passé, à une série de scandales et ce, avec la suspension consécutive de trois maires durant un seul mandat, pour leur présumée implication dans des affaires liées à diverses malversations.

Notons également qu'une commission, instruite par le wali d'Oran, a été chargée d'éplucher certains dossiers liés à la gestion galvaudage de cette Apc, vivement décriée par la population.

«La mission qui nous a été confiée par le wali n'est pas de tout repos au vu de l'exécrable état des lieux de cette Apc. Nous tentons de sauver ce qui reste des branlants meubles pour préparer la saison estivale, dont l'ouverture est prévue dans moins de quatre mois» a encore confié le secrétaire général de la daïra.