Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Reboiser oui, mais comment ?

par Mourad Hamdan*

«Si chacun œuvre de son côté, la forêt se reconstituera en harmonie»

Récemment une commission intersectorielle a été installée pour mener à bien une campagne de reboisement visant la plantation de 43 millions d'arbres pour cette année.

Nasser LEBED, auteur de l'article intitulé « Campagne de reboisement : place aux arbres du terroir » (publié par le quotidien El Watan en date du 03 Octobre 2019), préconise « la plantation des arbres de terroir pour donner à nos campagnes, montagnes, villages et villes plus d'esthétique et par-là même respecter la loi de la nature des quatre saisons ».

Cette initiative, somme toute louable, mérite tout de même d'être analysée sous divers angles à savoir :

A) La technologie

Il faut savoir que la meilleure solution actuelle pour reboiser rapidement et sans risque les zones déforestées consiste en l'utilisation de drones équipés d'une caméra multispectrale associée à un ‘Lidar'.

En survolant à basse altitude les zones déboisées, ces drones cartographient à l'aide d'une caméra multispectrale associée à un Lidar pour une représentation 3D centimétrique du terrain. Ce procédé permet d'identifier précisément les espèces végétales, les nuisibles éventuellement présents, les souches et les arbustes.

Les drones ‘planteurs' peuvent alors larguer de petites capsules biodé­gra­dables (paquets de semences associés à des éléments nutritifs) comme des missiles pour plan­ter des arbres à grande échelle aux endroits les plus appropriés. Avec cette méthode, le taux de germination est optimal. A titre d'information, dix de ces drones seraient capables théo­rique­ment de plan­ter jusqu'à 400.000 arbres par jour !

B) La photosynthèse suralimentée

La réaction de photosynthèse (mot dérivé du grec phos, «lumière») consomme du dioxyde de carbone (CO2) de l'air et de l'eau pour produire des dérivés des sucres. Pour fabriquer cette matière organique, les cellules des végétaux possèdent des compartiments appelés chloroplastes qui contiennent des pigments - comme la chlorophylle de couleur verte - transformant l'énergie lumineuse en énergie chimique.

Des modèles informatiques de la photosynthèse offrent la possibilité de tester virtuellement des milliers de changements de l'activité des gènes impliqués dans la photosynthèse. Les chercheurs peuvent aussi étudier l'impact théorique de l'intégration de gènes étrangers à la plante sur le rendement énergétique et identifier les meilleures cibles à manipuler génétiquement. Ainsi l'intégration d'ADN d'algues et de bactéries pourrait augmenter la productivité de 60% !

Attention ! L'effet des modifications génétiques sur la physiologie générale de la plante doit être pris en compte.

Exemple, retoucher une enzyme clé de la photosynthèse, telle que la Rubisco, pourrait avoir des conséquences plus larges. Celle-ci riche en azote, est un élément important, notamment pour la fabrication des graines. Améliorer la photosynthèse, c'est donc aussi prendre le risque de perturber d'autres fonctions capitales pour la plante.

C) L'organisation

Le succès d'une telle entreprise dépend essentiellement de son organisation. Celle-ci est considérée comme étant performante quand elle utilise au mieux ses ressources (matérielles, humaines et financières) afin d'atteindre ses objectifs.

De ce fait, des structures horizontales avec un management beaucoup plus collaboratif devront être mises en œuvre. En d'autres termes, le manager devra déléguer et donner davantage de responsabilités et d'autonomie à ses collaborateurs. Il devra passer de « chef » à « manager », avec un rôle d'accompagnement beaucoup plus prégnant.

Les Technologies de l'information et de la communication (TIC) porteront cette dynamique de l'horizontalité en incitant les acteurs - utilisateurs à se conformer aux orientations « Utilisateurs / Données / Clients » et par conséquent à adopter une vision transversale par processus.

Grâce à une information transparente, qui circulera aussi bien dans le sens de la hiérarchie (Top - Down) que transversalement (Bottom - Up), la réactivité des acteurs croîtra (meilleure coopération interne et meilleure compétitivité externe), le partage de l'information s'améliorera et le système de communication de manière générale sera source de mobilisation des énergies.

Tout le monde pourra disposer de l'accès à l'information et le partage des connaissances en sera plus facilité. Le pouvoir centralisé, notamment lié à l'information, tendra à disparaître pour laisser place à une toile de responsabilités plus complexe mais aussi plus pertinente.

Pour accomplir ce projet de reforestation, nous préconisons donc la répartition des responsabilités suivantes :

1)- Responsable de projet (en charge de la planification stratégique, du suivi des réalisations et de l'élaboration des rapports annuels de gestion) ;

2)- Responsable de l'importation des équipements électriques, électromécaniques, hydrauliques et des composants électroniques ;

3)- Responsable des bases de vie et de la logistique ;

4)- Responsable des études hydrauliques, des forages, des pompes immergées, des bassins d'accumulation, des stations de filtration, des drainages agricoles et de l'installation des systèmes d'irrigation ;

5)- Responsable des études de sol et des espèces d'arbres à planter (choix conditionné par les conditions agro - pédoclimatiques) et de la technologie à utiliser (drones planteurs) ;

6)- Responsable de la biotechnologie forestière. Il s'agit de la culture in vitro qui suppose une infrastructure composée de laboratoires, serres et pépinières permettant de sélectionner et produire avec une plus grande efficacité des variétés d'arbres physiologiquement et génétiquement homogènes (multiplication végétative) ;

7)- Responsable des stations d'énergie renouvelable qui garantissent une électricité fiable et compétitive en utilisant les technologies de stockage et les énergies renouvelables avec intelligence ;

8)- Responsables des zones (à définir) éligibles au reboisement. Véritables managers opérationnels qui seront chargés de l'élaboration de la cartographie des processus (démarche simple et pratique pour identifier et établir la carte des processus métier), du contrôle budgétaire, contrôle de gestion et contrôle qualité ;

9)- Responsable de l'entretien et du nettoyage des forêts et du respect des normes en matière de prévention contre les incendies (débroussaillage, pare-feux forestiers et pistes permettant de limiter la propagation des incendies de façon préventive et d'éviter les dommages socioéconomiques dus aux feux de forêt), ainsi que des systèmes de détection précoce des départs de feux et de systèmes d'alerte rapide ;

10)- Responsable de l'évaluation du potentiel économique des forêts et de l'exploitation forestière raisonnée.

Conclusion

On déplore la perte d'environ 25.000 hectares de forêt chaque année en Algérie. L'identification des causes des feux pour les prévenir et se préparer à mieux les affronter est déterminante car la déforestation et les incendies aggravent le dérèglement climatique. En effet, chaque arbre qui meurt libère l'ensemble du carbone qu'il a séquestré pendant des décennies, la quantité de CO2 ainsi libéré accélère alors le réchauffement climatique.

La photosynthèse est le processus qui permet aux végétaux chlorophylliens (à feuilles vertes) de se développer en utilisant l'énergie de la lumière, ainsi que le dioxyde de carbone (CO2) de l'atmosphère et l'eau présente dans le sol.

En libérant de l'oxygène dans l'atmosphère, la photosynthèse a rendu possible l'évolution des êtres vivants vers des formes de vie plus complexes.

Aujourd'hui encore, c'est elle qui maintient constant le taux d'oxygène dans l'atmosphère terrestre, un élément essentiel à la vie sur Terre. C'est pourquoi les forêts sont appelées «le poumon vert de la planète».

En plus des répercussions sur la planète au niveau local mais aussi au niveau mondial, le déclin du couvert forestier menace également la vie des communautés et une biodiversité d'exception.

Alors agissons rapidement, consciencieusement et surtout intelligemment car il y va de notre survie !

Enfin, sache que « dans chaque forêt il y a un arbre qui te correspond, pour ne pas te détruire protège-la ».

*Consultant en management