Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Selon la direction du Commerce: La permanence de l'Aïd respectée

par A. El Abci

  Le respect de la permanence par les commerçants réquisitionnés, lors des deux jours de l'Aid El Adha, a atteint les 100% et cela jusqu'au début de la matinée du deuxième jour de cette fête religieuse, selon le directeur par intérim de la direction du Commerce de la wilaya de Constantine, Azzouz Goumida. Pas moins de 2.651 commerçants ont été désignés pour assurer la permanence, lors de la fête de l'Aid El Kébir, un chiffre en augmentation de 26% par rapport au dernier Aid El Fitr de l'année en cours.

«Nous avons axé dans ces réquisitions sur tout ce qui est en relation directe avec l'approvisionnement du consommateur, dont à la tête figurent le lait, le pain, les produits alimentaires de large consommation et la farine de panification. Ainsi pas moins de 176 boulangeries ont été réquisitionnées à l'occasion, de même que les 4 laiteries, dont la laiterie ‘Numidia', pour le secteur public et les 3 autres du privé, dont ‘Safilait', sont toutes restées ouvertes et ont travaillé durant cette fête », dira le même responsable. Il fera savoir que la permanence a été respectée à 100% en ce début du 2ème jour de fête. C'est là un témoignage, dit-il, qui doit être fait en direction des citoyens et qui a pour objet de les informer sur ces mesures et dispositions prises, dont l'unique but est de leur assurer un approvisionnement en produits de large consommation et ce, durant ces jours de festivités. Il est à indiquer que, malheureusement, lorsque la pénurie d'un de ces produits vient à s'installer, le bilan des commerces ouverts durant l'Aid peut bien être sans faute, sans pour autant signifier la disponibilité du produit en question. Cela à l'instar du lait en sachet qui a manqué dans plusieurs quartiers et cités de la ‘ville des ponts', comme s'en sont plaints des habitants concernés. Il en est ainsi du centre-ville même où les rares commerces ouverts n'en avaient pas, idem pour la cité de Oued El Had, mais aussi de Djenane Ezzitoune, dont des habitants ont fait état de l'absence du fameux sachet depuis déjà les 3 jours précédents l'Aïd et qui se poursuit toujours.

A telle enseigne que l'un d'eux, un père de famille, nous a avoué en avoir cherché dans son quartier et au centre-ville, sans succès et qu'il compte aller jusqu'à à la nouvelle ville Ali Mendjeli, dans l'espoir de trouver du transport au retour.