Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Qui influence les prix du pétrole ?

par Mounir Ben Abba*

L'OPEP, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole, a certainement fait l'objet de nombreuses critiques depuis des nombreuses années. Récemment, le président American M. Donald Trump a accusé l'OPEP Cartel « d'avoir volé le reste du monde » et de maintenir les prix du pétrole « artificiellement élevés ». L'organisation a parfois été accusée de rançon du monde, notamment au milieu des années 1970, lorsqu'elle a réduit ses stocks et poussé les prix à se tripler. Mais, l'OPEP exerce-t-elle toujours vraiment cette influence ?

Après la forte baisse des prix du pétrole en mi- 2014, de 0 / baril à $ 28 / baril, l'Organisation a commencé à coordonner ses actions avec les non membres pays producteurs de pétrole, notamment la Russie, dans le but de stabiliser ou d'augmenter les prix du pétrole brut. Son principal outil est de gérer ses propres niveaux de production, soit en les réduisant si elle souhaite que les prix augmentent ou en augmentant les disponibilités si elle veut que les prix baissent, au moins à un point tel que les prix ne s'effondreraient pas. Au début des années 1970, les pays de l'OPEP représentaient plus de la moitié de la production mondiale de pétrole brut. Actuellement, cette part est tombée à 40%, mais elle reste encore importante à faire un impact sur le marché mondial du pétrole. Mais les 60% restants de l'industrie comptent également.

Les principaux pays non membres de l'OPEP sont notamment les États-Unis (11,7 millions de barils / jour) et la Russie (11,2 millions barils / jour), puis la Chine 4,2 millions de barils / jour, le Canada 3,8 millions de barils / jour, le Brésil 2,6 millions / jour, le Mexique 2,2 millions de barils / jour et la Norvège 1,7 million de barils / jour. La Russie a contribué aux efforts de l'OPEP visant à augmenter les prix, qui ont débuté en 2016 avec la décision de mettre en œuvre un ajustement de la production, ce qui a représenté une réduction de 1,8 million de barils par jour.

Par la suite, les cours ont augmenté atteignant $ 86 / baril, début octobre, après avoir été moins de $ 50 le baril, au cours de la période précédant cette décision. Cependant, cela ne veut pas dire que la décision prise par l'OPEP et ses partenaires était le seul facteur. L'instabilité politique et la dégradation de la situation sécuritaire dans les pays de l'OPEP, le Venezuela, la Libye et le Nigéria, les empêche de produire la quantité de pétrole possible en théorie. À côté de cela, l'Iran a été frappé par la ré-imposition de sanctions américaines sur son programme nucléaire. La possibilité que le pétrole de l'Iran (3,8 millions de barils / jour) ne soit pas disponible sur le marché mondial, ou qu'il en soit moins, a été un facteur important qui a poussé les prix à la hausse, cette année. Mais certains des plus gros clients de l'Iran tels que la Chine, l'Inde et le Japon ont bénéficié d'exemptions temporaires et peuvent continuer à acheter du pétrole iranien, pour l'instant, sans être touchés par l'action des États-Unis. En conséquence, les prix ont en réalité baissé, car la demande de pétrole émanant d'autres consommateurs était moins importante que prévue.

Cela dit, la hausse des prix depuis la fin de 2016 est due à l'accord conclu entre l'OPEP, la Russie et d'autres pays. Au sein de l'OPEP, l'Arabie saoudite a joué un rôle-clé. Selon les estimations de l'Agence internationale de l'Energie, l'Arabie saoudite représente plus du tiers de la capacité de production totale de l'OPEP et plus de la moitié des capacités inutilisées du groupe. C'est un indicateur de la mesure dans laquelle la production est restreinte. Mais, l'Arabie saoudite hésitait à agir seule en ce qui concerne les prix. Il s'attendait donc, comme il le fait généralement, que d'autres membres de l'OPEP fassent des sacrifices, mais souhaitaient également que la Russie soit impliquée.

Il existe un troisième acteur très important dans le secteur mondial. Les États-Unis, actuellement le plus grand producteur de pétrole au monde (11,7 millions de barils / jour), sa production a dépassé l'Arabie saoudite, en janvier 2018 et la Russie en juin 2018, grâce à une production de pétrole de schiste en plein essor et à une réduction substantielle des coûts de forage pétrolier, dans le Golfe du Mexique que dans le Golfe arabe. Bien que les États-Unis doivent, toujours, importer du pétrole, maintenant, ils peuvent subvenir aux deux tiers de leur propres besoins alors qu'il y a un peu plus d'une décennie, c'était un tiers. En outre, le schiste peut réagir plus rapidement à un marché en mutation car il est un gisement de pétrole « à cycle court » où la production peut être mise en service quelques mois après une décision d'investissement. Cela en fait un atout extrêmement flexible pour ses propriétaires, qui peuvent augmenter ou réduire la production, assez rapidement, en fonction des conditions du marché. De mêm que les coûts du seuil de rentabilité sont également faibles, ce qui a aidé le schiste à prévaloir dans la récente guerre des prix avec l'OPEP.

Il était l'une des raisons pour lesquelles les prix du pétrole ont fortement chuté, après la mi-2014. De même, l'une des raisons pour lesquelles l'OPEP n'a pas réagi plus tôt, était le désir de certains membres, notamment l'Arabie saoudite, de voir les producteurs américains de schiste rincés par des prix plus bas. Alors que les grandes compagnies pétrolières russes sont proches du gouvernement et que la société dominante en Arabie saoudite, ‘Saudi Aramco', appartient à l'Etat. Les États-Unis sont très différents des autres, car leur pétrole est produit par le secteur privé qui prend ses décisions en fonction de maximisation du bénéfice. En plus, les producteurs américains de pétrole ne peuvent pas coopérer avec l'OPEP pour gérer les prix, car ce serait illégal en vertu de la législation antitrust ou de la concurrence américaine. Pour l'instant, l'OPEP a encore une importance relative, mais elle n'est pas entièrement en charge du marché mondial du pétrole. Cependant, à court-terme, les choses semblent sombres à cause de la poursuite de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, ainsi que le plus probable des désordres du Brexit, à partir du mars 2019 (mois de retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne), vont peser lourdement pour un déclin de la croissance économique mondiale. A long-terme l'avenir semble très différent, alors que les efforts mondiaux pour lutter contre le changement climatique prennent un véritable élan, depuis l'Accord de Paris, en 2015, et que le monde deviendra moins dépendant du pétrole. Malgré qu'il est difficile d'estimer quand la transition énergétique se termine, il est évident que nous nous dirigeons vers une réduction de la consommation de pétrole grâce à l'efficacité et à l'innovation dans les Energies alternatives. Volvo, le constructeur automobile suédois, a annoncé qu'à partir de 2019, il ne produira que des véhicules électriques. Les recherches dans la motion électrique sont bien avancées et estiment qu'à partir de 2022, le coût de fabrication d'une voiture électrique équivaut à celui des voitures à moteur combustible. L'Association allemande de l'automobile a récemment annoncé qu'à partir de 2028, tous les constructeurs automobiles allemands ne produiraient que des voitures électriques. De même, à partir de 2040, les véhicules à moteur à combustible seraient interdits de circulation au Royaume-Uni.

*Enseignant universitaire des Finances et Management à Londres