Envoyer à un ami | Version à imprimer | Version en PDF

Msila: Un nouveau lycée et d'autres nouveautés

par Merzougui Mohamed

Mercredi dernier, le wali de Msila, M. Hadj Mokdad, a donné le coup d'envoi de la rentrée scolaire 2018-2019, à partir du nouveau lycée flambant neuf de la commune rurale de Khatoti Ced Eldjir située à 35 km à l'ouest du chef-lieu de wilaya et ce, en présence des autorités sécuritaires, le directeur de l'éducation, les membres de l'exécutif concernés ainsi que les élus locaux et des centaines de citoyens venus d'une vingtaine de villages pour fêter l'évènement.

S'agissant des nouveautés de cette rentrée qui s'est déroulée dans de meilleures conditions pour les trois paliers, ‘'tout a été mis en œuvre tant au plan humain que matériel pour assurer toutes les commodités en vue d'améliorer les conditions de scolarisation de 196.796 élèves répartis comme suit : primaire (67.775), moyen (95.318), secondaire (33.703), tous encadrés par 6.732 enseignants, a indiqué le directeur de l'éducation, M. Belhouchet Oualid, lors d'une conférence de presse. En ce qui concerne les nouvelles inscriptions dans les classes primaires et préscolaires, les nombres respectifs sont de 30.632 et 17.865 élèves, a-t-il ajouté.

On apprendra également l'ouverture des portes du nouveau lycée sus-cité implanté dans la ville de Msila, deux salles d'extension et 13 autres salles d'un CEM au niveau de la commune enclavée de Sidi Ameur distante de 40 km de Bousaada, 60 salles de classe, dont le financement du programme a été dégelé par le ministère des Finances, pour les groupes scolaires primaires dispatchés sur le territoire de la wilaya. Selon l'animateur de la conférence, l'Etat a dépensé près de 22 milliards de centimes pour d'autres réalisations liées à la réhabilitation et la restauration de 149 établissements scolaires, tels les travaux d'étanchéité, de réparation et d'équipements des chauffages, les sanitaires, les amenées de gaz et d'eau potable pour créer un environnement sain, ainsi que d'autres projets importants. S'agissant de la restauration, le problème a été définitivement réglé, notamment par le wali qui avait exigé l'éradication définitive des repas froids devant être servis à 178.702 élèves des trois cycles confondus, au niveau de 765 restaurants et cantines, nous dira l'orateur. Il indiquera, par ailleurs, l'opération du bénéfice de la somme de 3.000 DA qui concernera 105.000 élèves nécessiteux, l'attribution de 141 bus de transport scolaire au profit de 19.481 élèves et la disponibilité des quotas de livres scolaires dont les besoins seront couverts à 100% en direction des trois paliers concernés. Le conférencier ne s'attarda pas à parler de sa vision de la chose pédagogique et la place réservée à l'éducateur, la lutte contre la déperdition scolaire, la régularisation de la situation socioprofessionnelle du personnel, le dialogue et la concertation avec les représentants crédibles des travailleurs ainsi que les parents d'élèves et la société civile. Il y a lieu de noter que les services de la sécurité et de la Gendarmerie nationale ont mis à contribution un vaste programme de sécurisation des enfants et de protection des personnes et de leurs biens d'une manière générale. Un autre fait nouveau est l'utilisation concrète de l'énergie solaire dans le secteur de l'Education, notamment au niveau des infrastructures implantées sur les espaces ruraux enclavés et ce, dans le but d'avoir une énergie ‘'propre‘' et quasi gratuite en dehors des dépenses initiales d'installation des équipements.

Pour la circonstance, les médias locaux furent invités par le wali, M. Hadj Mokdad, à constater de visu une école primaire pilote à Msila, devant être alimentée en électricité par des panneaux solaires. A l'évidence, le wali a amorcé l'application des récentes directives émanant du département ministériel, quant à la généralisation progressive d'électrification des établissements scolaires, au niveau national, par les énergies renouvelables.